Nicolas Hubé et les Unes de quotidiens

Durant cette première séance du séminaire, qui a eu lieu le vendredi 20 mars 2009 au matin dans la salle 159 du site Pouchet, Nicolas Hubé nous a présenté l’ouvrage tiré de sa thèse sur les « Unes » de quotidiens en France et en Allemagne. Maître de Conférences à l’Université Paris I-Sorbonne, sa thèse repose sur une analyse de discours et des observations menées dans cinq quotidiens français – trois quotidiens nationaux : Le Monde, Libération et Le Figaro, deux quotidien régionaux : L’Alsace et Le Parisien – et cinq quotidiens allemands – Frankfurter Allgemeine Zeitung, Frankfurter Rundschau, Süddeutsche Zeitung, Tageszeitung et Die Welt. Nicolas Hubé a choisi pour ce séminaire d’accentuer sa présentation sur le cas français.
Figure médiatique imposante, présente sur de nombreux supports (web, revue de presse télévisée, affichettes de kiosque), la « Une » de quotidien constituait un enjeu fort pour débuter cette réflexion sur le fonctionnement interne et la logique propre des médias dans la vie démocratique. Le spectre des réformes universitaires en cours, et particulièrement la mobilisation interprofessionnelle de la veille, pesait naturellement sur notre réflexion matinale. Il s’agissait également de comprendre, au cours de la discussion, dans quelle mesure le mouvement global de protestation des chercheurs – lecteurs et contributeurs de presse – pouvait voir les préoccupations politiques qui sont les siennes se refléter ou pas en « Une » des quotidiens.
Le travail de Nicolas Hubé offrait dans ce domaine au moins deux qualités fortes. Son enquête dans plusieurs rédactions françaises et allemandes permet de mettre sérieusement en perspective la situation hexagonale, où l’importance de la « Une » – ses changements de forme, sa promotion par l’affiche, son accroche du lecteur – est particulière. La presse quotidienne allemande, nous explique-t-il, connait aussi régulièrement des crises économiques, qui l’obligent à modifier son modèle économique. Mais, financée par la publicité et la vente par abonnement, elle ne voit pas dans le changement de « Une » la solution à son manque de ressources. Se dessine alors en contrepoint le modèle d’une presse quotidienne française sous-capitalisée, très dépendante de son marché francilien, dépendante enfin de l’achalandage quotidien qu’elle doit renouveler chaque jour en kiosque pour pallier au manque d’abonnement. La « Une » française, comme sa consœur allemande, tient autant de la vitrine de magasin que de la table des matières. Il lui faut à la fois présenter une information quotidienne hiérarchisée, structurée par des choix éditoriaux, et vendre cet ensemble au lecteur pour lui donner envie de lire. Sans doute sa structure économique fait-elle que son rôle de vitrine tient une place importante dans sa stratégie de survie. Sans doute ce modèle économique explique autant qu’il le nourrit, l’immixtion progressive de ce que Nicolas Hubé appelle dans sa présentation le « référentiel Marketing » dans la manière dont les professionnels de la presse pensent leur métier. Mais nous y reviendrons.
L’autre point fort de la présentation de Nicolas Hubé tient à la somme d’anecdotes et de moments signifiants avec lequel il étaye sa présentation – tous extraits de son observation ethnographique au cours de stages dans les quotidiens qu’il a choisi comme objet d’étude. Nicolas Hubé présente des extraits d’entretiens, des moments vécus de conférences de rédaction au cours desquels les journalistes et les professionnels du journal justifient leur désir de voir « leur » information traitée en « une ». D’un quotidien à l’autre, les conférences de rédaction rassemblent en général les chefs de service des différentes rubriques, chacune ayant le plus souvent en vue de voir son information du jour occuper le sommet du podium, figurer en gros titre et en première page. En observant la manière dont les journalistes justifient leur prétention à la « une », celle dont les professionnels du graphisme et de la lettrine justifient les changements de cette « une » en situation de crise, le discours des consultants chargés de superviser ces changements ou encore la façon dont les directeurs de rédactions justifient l’appel coûteux à ces mêmes consultants auprès des autres salariés, Nicolas Hubé propose donc de rassembler ces différents changements sous un concept commun, emprunté à l’analyse des politiques publiques. C’est le « référentiel », schème réflexif qui « délimite des valeurs, des normes et des relations causales qui s’imposent comme un cadre cognitif et normatif pour les acteurs engagés dans la confrontation de leurs intérêts » (Muller, 2005). On glisserait ainsi du « référentiel institutionnel » des années 1960 (et le fameux « faites emmerdant » attribué à tort à Hubert Beuve-Mery, directeur du Monde d’alors) à l’actuel « référentiel marketing » qui pense le lecteur comme une somme d’individus désirants, avides de satisfactions.
La discussion de cette présentation fut impulsée par Nicolas Kaciaf, Maître de Conférences à l’Université Versailles Saint-Quentin, ne saurait être résumée en quelques lignes. Mentionnons néanmoins que l’usage de la notion de « référentiel » s’est bien vite retrouvé sur le grill. Sur le plan conceptuel, tout d’abord : était-il si heureux d’employer ce concept-ci, plutôt par exemple que celui de « cité » proposé par Boltanski et Thévenot ? D’autre part, sur le plan socio-historique : pouvait-on considérer l’évolution de la presse française et de ses « unes » comme un déroulé linéaire vers le « référentiel marchand », alors même que le Monde commandait dès les années 1960 des enquêtes sur les revenus et le profil de son lectorat… concluant déjà à la nécessité d’attirer de plus en plus de « cadres » dont le fort pouvoir d’achat laissait augurer de fortes recettes publicitaires ? On trouve trace de ces enquêtes dans le courrier de jacques Sauvageot, directeur du Monde d’alors – courrier repris et analysé dans le livre de Nicolas Hubé.
La réponse de Nicolas Hubé laisse percevoir la complexité qui traverse l’organisation des journaux quotidiens. En effet, le référentiel marketing est déjà présent dans la presse française des années 1960, et probablement bien en-deçà – la presse à grand tirage du début du siècle porte à la « Une » les marques d’un savoir-faire marchand certain. Le rôle de ce référentiel dans les changements de Une actuels tient à la situation de crise récurrente des journaux français depuis le début des années 1980. L’appel au marketing, à son discours psychologisant, ne porte jamais aussi bien que lorsque les acteurs sont privés de la stabilité économique qui les faisaient continuer dans leur mission d’information sans avoir à s’interroger sur leur rôle (vendeur d’informations ? Educateur du citoyen ?).
Le second temps de sa réponse précise son usage de la notion de « référentiel ». Si celle-ci se rapproche de la notion de « monde » boltanskien (ensemble idéologique de référence « normant » la conduite des acteurs en situation, implicite en temps normal mais explicité en situation de crise), la notion empruntée à Pierre Muller a l’avantage d’offrir une trame conceptuelle beaucoup moins contraignante, laissant alors toute latitude pour décrire la manière dont les acteurs s’approprient en situation l’ensemble des normes référentes. Le journaliste, en position de composer le journal, s’adosse à ce référentiel pour se composer un rôle, participer à un collectif de travail où les intervenants s’insèrent, selon de mot de l’auteur, dans un grand « bazar de la rationalité ».
Bibliographie
MULLER P. (2005), « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs. », Revue française de science politique, vol 55, n°1.
HUBE N. (2008), Décrocher la « UNE ». Le choix des titres de première page de la presse quotidienne en France et en Allemagne, Presses Universitaires de Strasbourg.