Genre, politique et discours journalistique

Implicitement sexiste ?

Genre, politique et discours journalistique

Séance du séminaire Figures Médiatiques de la représentation co-organisée avec l’association Effigies et le RT 37 de  l’Association Française de Sociologie – Université Paris I Sorbonne, Salle 1, 12 place du Panthéon, Paris 5e (RER Luxembourg, M°Odéon).

15 mars 2013, 10h-13h

« Pourquoi les journalistes de la presse de référence n’évoquent-ils pas en leur nom propre le rôle joué par le genre des personnalités politiques ? Comment interpréter cette représentation fuyante ? Aurélie Olivesi présentera la démarche de recherche qui l’a conduit, à partir de cette question, à écrire son livre Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique paru en 2012 aux Presses Universitaires du Mirail dans la collection Le Temps du Genre.

Son travail s’appuie sur un paradoxe apparu au cours de la campagne présidentielle de 2007. Cette élection présidentielle présentait une situation inédite : pour la première fois, une femme se trouvait candidate d’un parti de gouvernement en position d’éligibilité. Cette élection semblait ainsi offrir un terrain particulièrement pertinent pour étudier l’évolution du discours portant sur le genre en politique (au sens de gender, le sexe en tant qu’il est socialement construit), et la constitution du genre dans le discours médiatique.

Ce paradoxe était lié au décalage de perception de la constitution du genre en fonction du type de lecture des médias. En effet, alors qu’une observation flottante des médias durant la campagne montrait l’importance de l’identité de genre des candidats dans la construction de leur image, l’analyse précise d’éléments médiatiques isolés (comme des articles ou des reportages) ne permettait pas d’obtenir une représentation du genre qui correspondait à cette observation flottante. Au contraire, le genre des candidats ne semblait jouer aucun rôle dans les analyses de la campagne menées par les journalistes politiques.

L’enjeu de ses recherches a donc été de parvenir à obtenir un angle d’observation permettant de comprendre comment s’organisait la représentation du genre des candidats lors de l’élection présidentielle de 2007, et quel rôle jouait exactement leur genre dans la construction de leur image médiatique.

Retrouvez ici un enregistrement de l’intervention d’Aurélie Olivesi et du débat.

 

Les patrons de la presse nationale, tous mauvais

Enregistrement audio de la séance à télécharger en cliquant sur ce lien.

Le rachat des journaux régionaux du groupe La Provence par l’homme d’affaire Bernard Tapie a récemment alimenté, dans le milieu politique, un débat sur les arrière-pensées qui pourraient avoir motivé sa démarche. L’intéressé a largement contribué à nourrir ces soupçons, affirmant publiquement qu’il « ne connaît rien à la presse », laissant entendre qu’il fallait donc chercher ailleurs la motivation de ce rachat. En quoi cette anecdote est-elle symptomatique d’un certain regard sur le fonctionnement et les usages possibles de la presse en France ? On peut relever que cette conception utilitaire s’avère très répandue chez les élites françaises : l’histoire récente ne manque pas d’exemples d’industriels, de financiers, de responsables politiques qui se sont appuyés, à un moment ou à un autre, sur un ou plusieurs média dont ils étaient propriétaires pour favoriser leur candidature à la tête d’une mairie, à l’obtention d’appels d’offres, ou encore pour faire œuvre de militantisme. Au-delà, on peut noter que cette vision de la presse procède d’une idée très bien reçue, au-delà du cercle restreint des potentiels propriétaires de journaux : ces derniers seraient tout-puissants face à la rédaction de leur titre, et pourraient faire publier ce qu’ils veulent aux médias qu’ils possèdent. Cette conception de la relation entre les groupes de presse et leurs propriétaires procède d’un oubli général du monde complexe de travail des médias, de l’histoire singulière de chaque titre, du rapport fragile qu’il entretient avec son public.
Le séminaire auquel nous vous invitons se propose donc d’aborder cet impensé à partir de l’objet « patron de presse », en posant cette question : à quoi les propriétaires de médias sont-ils supposés servir? Dans quelle mesure les difficultés actuelles de la presse française, et notamment celle de la presse quotidienne, sont-elles imputables à leurs propres errances gestionnaires ? Une discussion rigoureuse et informée sur le rôle de ces dirigeants, et d’une manière plus générale sur l’environnement économico-industriel dans lequel ils exercent leurs décisions, permettra notamment d’éclairer les paradoxes dans lesquels la presse française se débat en tant qu’industrie culturelle. Plus précisément, cette discussion pourra intéresser celles et ceux qui assistent, en observateurs, aux mutations que cette activité subit face au développement protéiforme de l’économie de la gratuité.
Cette nouvelle édition du séminaire « figures médiatiques de la représentation » aura donc le plaisir de recevoir Jean Stern, journaliste et formateur (EMI-CFD/Paris X), auteur du livre Les patrons de la presse nationale, Tous mauvais (La Fabrique, 2012). Sa présentation lui donnera l’occasion de rappeler la thèse de son livre (cf. Présentation du livre par l’éditeur, en fin de ce mail), qui sera ensuite discutée par Franck Rebillard, professeur d’économie des médias à l’université Paris 3. Suivant l’habitude du séminaire, une heure de discussion sera ensuite consacrée aux échanges entre l’auteur, le discutant et le public.

Cette séance du séminaire aura lieu le 19 février prochain à 10h au site Pouchet du CNRS: 59-61 rue Pouchet, m°Brochant, Guy Moquet, Place de Clichy. L’entrée est libre, sans réservation.

 

 

Présentation du livre par les éditions La Fabrique
La presse va mal en France parce que les patrons du CAC 40 ont mis la main dessus : telle est l’idée centrale de ce livre. À la Libération, on ne parlait que de mettre les journaux à l’abri des puissances d’argent, de protéger leur indépendance. Mais au fil des années, cette louable ambition s’est effilochée. Aujourd’hui, les Arnault, les Dassault les Pigasse, les Lagardère, les Pinault, les Bolloré et autres seigneurs contrôlent la presse nationale via leurs holdings aussi opaques que rémunératrices. Jean Stern, homme de presse s’il en est, montre comment les “journalistes-managers” – July, Colombani – ont conduit Libération et Le Monde à leur perte avant d’en être éjectés sans égard. Comment les journaux qui perdent de l’argent permettent aux patrons de payer moins d’impôts ? Comment les divers “conseils de surveillance”, “chartes d’indépendance” et autres gadgets n’empêchent nullement les patrons de pressurer les rédactions en exigeant des économies ?
Les journaux finiront-ils en “fermes de contenus” où des pigistes à domicile rédigeront des “articles” à la chaîne adaptés aux algorithmes des moteurs de recherche ? C’est ce que l’on peut craindre si l’on laisse faire le capitalisme déchaîné.

Jean Stern
Jean Stern est journaliste. Ancien de Libération et de La Tribune, il a également travaillé pour 7 à Paris et Le Nouvel Économiste. Il a participé à la fondation de Gai Pied en 1978 et est l’éditeur de la revue De l’autre côté. Il est aujourd’hui directeur pédagogique de l’EMI, Scop de formation à l’université Paris X.

 

Form, Style and Strategy of European Journalism, 1880-2005

Vendredi 14 janvier 2011

Form, Style and Strategy of European Journalism, 1880-2005
Site Pouchet du CNRS – 14h-16h, Salle 108

Intervention de Marcel Broersma, Professor of Journalism Studies at the University of Groningen.
Discutant principal : Nicolas Kaciaf, MCF en science politique à l’Université Versailles Saint-Quentin.

Présentation : This research project aims to study (a) the transformation of European journalism through the categories of form and style, and (b) transformations in the public sphere which accompanied this development. It will result in theses on forms of reporting, the interview and the reportage, which contested the boundaries of the public sphere, and (2) a synthesizing study on the development of European journalistic styles and their contribution to the enlargement of the public sphere. The study of the transformation of journalistic forms and styles is a new field of study. It uses a comparative approach to examine the development of journalistic practices, routines and conventions in their cultural, political and economic context. By doing so it tries to reveal the ideological framework of journalism at a certain time and place, i.e. the underlying processes which determine which issues are public and which are not.
Journalism is a performative discourse which by the choice of forms and stylistic devices aims to impose and legitimize valid representations of the social world. Journalistic texts should be understood as strategic interpretations of reality which create meaning. Both the interview and the reportage were ‘invented’ in a process of professionalisation since the 1880s to gain (a) professional authority and (b) autonomy towards politicians and other public figures. As both genres and discursive practices they embody the ideological framework of the ‘new’, non-partisan journalism.
Newspapers will be studied from countries which are representative for the three European media systems distinguished by Hallin and Mancini (2004), i.e. Great Britain, the Netherlands and France. This comparison can elucidate institutional and cultural differences which influence the pace and character of journalistic change. This project benefits from history, literary sciences and communication studies by combining content analysis and stylistic analysis of journalistic texts with historical research into their contexts.

L’intervention de Marcel Broersma et la discussion qui s’en est suivi sont disponibles ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins.

Le pouvoir de mise sur agenda du Monde. Dynamique et typologie des enjeux

Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Emiliano Grossman, chargé de recherche à Sciences Po, rattaché au Centre d’études européennes.
Discutante principale : Lise Jacquez, doctorante à l’ELICO.

Présentation (rédigée par l’intervenant) : « L’intervention présentera les premiers résultats d’une enquête encore en cours sur l’interaction entre agenda médiatique et attention politique. L’objectif est double. Il s’agit d’abord de réaliser une cartographie des enjeux et de leurs spécificités dans le temps en termes d’attention politique et médiatique. Ensuite, l’objectif est de présenter une analyse dynamique des interactions entre agendas médiatiques et politiques. Elle espère ainsi contribuer à notre compréhension du pouvoir de mise sur agenda des médias et, au contraire, du pouvoir des politiques sur les médias. Sans surprise, nos analyses ne confirment aucune des deux hypothèses de manière univoque. Cette analyse s’appuie sur des données nouvelles récoltées et codées dans le cadre du projet Agendas France ».

L’intervention de Emiliano Grossman est disponible ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins – vous pourrez écouter ici le fil de la discussion qui s’en est suivi.

Nicolas Hubé et les Unes de quotidiens

Durant cette première séance du séminaire, qui a eu lieu le vendredi 20 mars 2009 au matin dans la salle 159 du site Pouchet, Nicolas Hubé nous a présenté l’ouvrage tiré de sa thèse sur les « Unes » de quotidiens en France et en Allemagne. Maître de Conférences à l’Université Paris I-Sorbonne, sa thèse repose sur une analyse de discours et des observations menées dans cinq quotidiens français – trois quotidiens nationaux : Le Monde, Libération et Le Figaro, deux quotidien régionaux : L’Alsace et Le Parisien – et cinq quotidiens allemands – Frankfurter Allgemeine Zeitung, Frankfurter Rundschau, Süddeutsche Zeitung, Tageszeitung et Die Welt. Nicolas Hubé a choisi pour ce séminaire d’accentuer sa présentation sur le cas français.
Figure médiatique imposante, présente sur de nombreux supports (web, revue de presse télévisée, affichettes de kiosque), la « Une » de quotidien constituait un enjeu fort pour débuter cette réflexion sur le fonctionnement interne et la logique propre des médias dans la vie démocratique. Le spectre des réformes universitaires en cours, et particulièrement la mobilisation interprofessionnelle de la veille, pesait naturellement sur notre réflexion matinale. Il s’agissait également de comprendre, au cours de la discussion, dans quelle mesure le mouvement global de protestation des chercheurs – lecteurs et contributeurs de presse – pouvait voir les préoccupations politiques qui sont les siennes se refléter ou pas en « Une » des quotidiens.
Le travail de Nicolas Hubé offrait dans ce domaine au moins deux qualités fortes. Son enquête dans plusieurs rédactions françaises et allemandes permet de mettre sérieusement en perspective la situation hexagonale, où l’importance de la « Une » – ses changements de forme, sa promotion par l’affiche, son accroche du lecteur – est particulière. La presse quotidienne allemande, nous explique-t-il, connait aussi régulièrement des crises économiques, qui l’obligent à modifier son modèle économique. Mais, financée par la publicité et la vente par abonnement, elle ne voit pas dans le changement de « Une » la solution à son manque de ressources. Se dessine alors en contrepoint le modèle d’une presse quotidienne française sous-capitalisée, très dépendante de son marché francilien, dépendante enfin de l’achalandage quotidien qu’elle doit renouveler chaque jour en kiosque pour pallier au manque d’abonnement. La « Une » française, comme sa consœur allemande, tient autant de la vitrine de magasin que de la table des matières. Il lui faut à la fois présenter une information quotidienne hiérarchisée, structurée par des choix éditoriaux, et vendre cet ensemble au lecteur pour lui donner envie de lire. Sans doute sa structure économique fait-elle que son rôle de vitrine tient une place importante dans sa stratégie de survie. Sans doute ce modèle économique explique autant qu’il le nourrit, l’immixtion progressive de ce que Nicolas Hubé appelle dans sa présentation le « référentiel Marketing » dans la manière dont les professionnels de la presse pensent leur métier. Mais nous y reviendrons.
L’autre point fort de la présentation de Nicolas Hubé tient à la somme d’anecdotes et de moments signifiants avec lequel il étaye sa présentation – tous extraits de son observation ethnographique au cours de stages dans les quotidiens qu’il a choisi comme objet d’étude. Nicolas Hubé présente des extraits d’entretiens, des moments vécus de conférences de rédaction au cours desquels les journalistes et les professionnels du journal justifient leur désir de voir « leur » information traitée en « une ». D’un quotidien à l’autre, les conférences de rédaction rassemblent en général les chefs de service des différentes rubriques, chacune ayant le plus souvent en vue de voir son information du jour occuper le sommet du podium, figurer en gros titre et en première page. En observant la manière dont les journalistes justifient leur prétention à la « une », celle dont les professionnels du graphisme et de la lettrine justifient les changements de cette « une » en situation de crise, le discours des consultants chargés de superviser ces changements ou encore la façon dont les directeurs de rédactions justifient l’appel coûteux à ces mêmes consultants auprès des autres salariés, Nicolas Hubé propose donc de rassembler ces différents changements sous un concept commun, emprunté à l’analyse des politiques publiques. C’est le « référentiel », schème réflexif qui « délimite des valeurs, des normes et des relations causales qui s’imposent comme un cadre cognitif et normatif pour les acteurs engagés dans la confrontation de leurs intérêts » (Muller, 2005). On glisserait ainsi du « référentiel institutionnel » des années 1960 (et le fameux « faites emmerdant » attribué à tort à Hubert Beuve-Mery, directeur du Monde d’alors) à l’actuel « référentiel marketing » qui pense le lecteur comme une somme d’individus désirants, avides de satisfactions.
La discussion de cette présentation fut impulsée par Nicolas Kaciaf, Maître de Conférences à l’Université Versailles Saint-Quentin, ne saurait être résumée en quelques lignes. Mentionnons néanmoins que l’usage de la notion de « référentiel » s’est bien vite retrouvé sur le grill. Sur le plan conceptuel, tout d’abord : était-il si heureux d’employer ce concept-ci, plutôt par exemple que celui de « cité » proposé par Boltanski et Thévenot ? D’autre part, sur le plan socio-historique : pouvait-on considérer l’évolution de la presse française et de ses « unes » comme un déroulé linéaire vers le « référentiel marchand », alors même que le Monde commandait dès les années 1960 des enquêtes sur les revenus et le profil de son lectorat… concluant déjà à la nécessité d’attirer de plus en plus de « cadres » dont le fort pouvoir d’achat laissait augurer de fortes recettes publicitaires ? On trouve trace de ces enquêtes dans le courrier de jacques Sauvageot, directeur du Monde d’alors – courrier repris et analysé dans le livre de Nicolas Hubé.
La réponse de Nicolas Hubé laisse percevoir la complexité qui traverse l’organisation des journaux quotidiens. En effet, le référentiel marketing est déjà présent dans la presse française des années 1960, et probablement bien en-deçà – la presse à grand tirage du début du siècle porte à la « Une » les marques d’un savoir-faire marchand certain. Le rôle de ce référentiel dans les changements de Une actuels tient à la situation de crise récurrente des journaux français depuis le début des années 1980. L’appel au marketing, à son discours psychologisant, ne porte jamais aussi bien que lorsque les acteurs sont privés de la stabilité économique qui les faisaient continuer dans leur mission d’information sans avoir à s’interroger sur leur rôle (vendeur d’informations ? Educateur du citoyen ?).
Le second temps de sa réponse précise son usage de la notion de « référentiel ». Si celle-ci se rapproche de la notion de « monde » boltanskien (ensemble idéologique de référence « normant » la conduite des acteurs en situation, implicite en temps normal mais explicité en situation de crise), la notion empruntée à Pierre Muller a l’avantage d’offrir une trame conceptuelle beaucoup moins contraignante, laissant alors toute latitude pour décrire la manière dont les acteurs s’approprient en situation l’ensemble des normes référentes. Le journaliste, en position de composer le journal, s’adosse à ce référentiel pour se composer un rôle, participer à un collectif de travail où les intervenants s’insèrent, selon de mot de l’auteur, dans un grand « bazar de la rationalité ».
Bibliographie
MULLER P. (2005), « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs. », Revue française de science politique, vol 55, n°1.
HUBE N. (2008), Décrocher la « UNE ». Le choix des titres de première page de la presse quotidienne en France et en Allemagne, Presses Universitaires de Strasbourg.