Genre, politique et discours journalistique

Implicitement sexiste ?

Genre, politique et discours journalistique

Séance du séminaire Figures Médiatiques de la représentation co-organisée avec l’association Effigies et le RT 37 de  l’Association Française de Sociologie – Université Paris I Sorbonne, Salle 1, 12 place du Panthéon, Paris 5e (RER Luxembourg, M°Odéon).

15 mars 2013, 10h-13h

« Pourquoi les journalistes de la presse de référence n’évoquent-ils pas en leur nom propre le rôle joué par le genre des personnalités politiques ? Comment interpréter cette représentation fuyante ? Aurélie Olivesi présentera la démarche de recherche qui l’a conduit, à partir de cette question, à écrire son livre Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique paru en 2012 aux Presses Universitaires du Mirail dans la collection Le Temps du Genre.

Son travail s’appuie sur un paradoxe apparu au cours de la campagne présidentielle de 2007. Cette élection présidentielle présentait une situation inédite : pour la première fois, une femme se trouvait candidate d’un parti de gouvernement en position d’éligibilité. Cette élection semblait ainsi offrir un terrain particulièrement pertinent pour étudier l’évolution du discours portant sur le genre en politique (au sens de gender, le sexe en tant qu’il est socialement construit), et la constitution du genre dans le discours médiatique.

Ce paradoxe était lié au décalage de perception de la constitution du genre en fonction du type de lecture des médias. En effet, alors qu’une observation flottante des médias durant la campagne montrait l’importance de l’identité de genre des candidats dans la construction de leur image, l’analyse précise d’éléments médiatiques isolés (comme des articles ou des reportages) ne permettait pas d’obtenir une représentation du genre qui correspondait à cette observation flottante. Au contraire, le genre des candidats ne semblait jouer aucun rôle dans les analyses de la campagne menées par les journalistes politiques.

L’enjeu de ses recherches a donc été de parvenir à obtenir un angle d’observation permettant de comprendre comment s’organisait la représentation du genre des candidats lors de l’élection présidentielle de 2007, et quel rôle jouait exactement leur genre dans la construction de leur image médiatique.

Retrouvez ici un enregistrement de l’intervention d’Aurélie Olivesi et du débat.

 

Les patrons de la presse nationale, tous mauvais

Enregistrement audio de la séance à télécharger en cliquant sur ce lien.

Le rachat des journaux régionaux du groupe La Provence par l’homme d’affaire Bernard Tapie a récemment alimenté, dans le milieu politique, un débat sur les arrière-pensées qui pourraient avoir motivé sa démarche. L’intéressé a largement contribué à nourrir ces soupçons, affirmant publiquement qu’il « ne connaît rien à la presse », laissant entendre qu’il fallait donc chercher ailleurs la motivation de ce rachat. En quoi cette anecdote est-elle symptomatique d’un certain regard sur le fonctionnement et les usages possibles de la presse en France ? On peut relever que cette conception utilitaire s’avère très répandue chez les élites françaises : l’histoire récente ne manque pas d’exemples d’industriels, de financiers, de responsables politiques qui se sont appuyés, à un moment ou à un autre, sur un ou plusieurs média dont ils étaient propriétaires pour favoriser leur candidature à la tête d’une mairie, à l’obtention d’appels d’offres, ou encore pour faire œuvre de militantisme. Au-delà, on peut noter que cette vision de la presse procède d’une idée très bien reçue, au-delà du cercle restreint des potentiels propriétaires de journaux : ces derniers seraient tout-puissants face à la rédaction de leur titre, et pourraient faire publier ce qu’ils veulent aux médias qu’ils possèdent. Cette conception de la relation entre les groupes de presse et leurs propriétaires procède d’un oubli général du monde complexe de travail des médias, de l’histoire singulière de chaque titre, du rapport fragile qu’il entretient avec son public.
Le séminaire auquel nous vous invitons se propose donc d’aborder cet impensé à partir de l’objet « patron de presse », en posant cette question : à quoi les propriétaires de médias sont-ils supposés servir? Dans quelle mesure les difficultés actuelles de la presse française, et notamment celle de la presse quotidienne, sont-elles imputables à leurs propres errances gestionnaires ? Une discussion rigoureuse et informée sur le rôle de ces dirigeants, et d’une manière plus générale sur l’environnement économico-industriel dans lequel ils exercent leurs décisions, permettra notamment d’éclairer les paradoxes dans lesquels la presse française se débat en tant qu’industrie culturelle. Plus précisément, cette discussion pourra intéresser celles et ceux qui assistent, en observateurs, aux mutations que cette activité subit face au développement protéiforme de l’économie de la gratuité.
Cette nouvelle édition du séminaire « figures médiatiques de la représentation » aura donc le plaisir de recevoir Jean Stern, journaliste et formateur (EMI-CFD/Paris X), auteur du livre Les patrons de la presse nationale, Tous mauvais (La Fabrique, 2012). Sa présentation lui donnera l’occasion de rappeler la thèse de son livre (cf. Présentation du livre par l’éditeur, en fin de ce mail), qui sera ensuite discutée par Franck Rebillard, professeur d’économie des médias à l’université Paris 3. Suivant l’habitude du séminaire, une heure de discussion sera ensuite consacrée aux échanges entre l’auteur, le discutant et le public.

Cette séance du séminaire aura lieu le 19 février prochain à 10h au site Pouchet du CNRS: 59-61 rue Pouchet, m°Brochant, Guy Moquet, Place de Clichy. L’entrée est libre, sans réservation.

 

 

Présentation du livre par les éditions La Fabrique
La presse va mal en France parce que les patrons du CAC 40 ont mis la main dessus : telle est l’idée centrale de ce livre. À la Libération, on ne parlait que de mettre les journaux à l’abri des puissances d’argent, de protéger leur indépendance. Mais au fil des années, cette louable ambition s’est effilochée. Aujourd’hui, les Arnault, les Dassault les Pigasse, les Lagardère, les Pinault, les Bolloré et autres seigneurs contrôlent la presse nationale via leurs holdings aussi opaques que rémunératrices. Jean Stern, homme de presse s’il en est, montre comment les “journalistes-managers” – July, Colombani – ont conduit Libération et Le Monde à leur perte avant d’en être éjectés sans égard. Comment les journaux qui perdent de l’argent permettent aux patrons de payer moins d’impôts ? Comment les divers “conseils de surveillance”, “chartes d’indépendance” et autres gadgets n’empêchent nullement les patrons de pressurer les rédactions en exigeant des économies ?
Les journaux finiront-ils en “fermes de contenus” où des pigistes à domicile rédigeront des “articles” à la chaîne adaptés aux algorithmes des moteurs de recherche ? C’est ce que l’on peut craindre si l’on laisse faire le capitalisme déchaîné.

Jean Stern
Jean Stern est journaliste. Ancien de Libération et de La Tribune, il a également travaillé pour 7 à Paris et Le Nouvel Économiste. Il a participé à la fondation de Gai Pied en 1978 et est l’éditeur de la revue De l’autre côté. Il est aujourd’hui directeur pédagogique de l’EMI, Scop de formation à l’université Paris X.

 

Usages « engagés » de l’information via Internet

Vendredi 27 mai 2011

Les usages « engagés » de l’information via Internet
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Josiane Jouët, Professeur en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattachée au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II) et de Jean-Baptiste Comby, Maître de Conférences en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattaché au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II)
Discutant principal : Julien Talpin, post-doctorant (CRESPPA-CSU).

Présentation : La consommation de l’information online n’échappe pas aux logiques des usages de l’information offline. Elle recouvre ainsi des modalités diversifiées et se montre étroitement tributaire des propriétés sociales des usagers. Internet s’imbrique dans des rapports aux actualités pré-existants qu’elle pourrait toutefois contribuer à accentuer. En particulier, Internet offre à ceux qui conçoivent l’information comme un devoir et un moyen de prendre part aux affaires de la cité, la possibilité de développer des relations plus « engagées » dans l’information. Cet engagement peut prendre la forme d’une consommation plus ténue, d’une participation aux commentaires en ligne de l’actualité, ou bien d’un partage de certaines informations (envoi d’un article par mail, postage d’un lien sur facebook, etc.). Cette communication se propose donc de discuter des ressorts sociopolitiques de ces investissements « engagés » dans l’information. Elle s’appuie sur quarante entretiens individuels, dix entretiens collectifs et des observations en ligne. Ces données sont produites dans le cadre du Projet ANR Médiapolis mené conjointement par le CARISM et le CEVIPOF.

 

Vous trouverez ici le fichier audio de l’intervention de nos deux invités, et ici celui de la discussion qui s’en est suivi.

Merchants of Culture

Vendredi 25 mars 2011

Merchants of Culture, The Publishing Business in the Twenty-First Century
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention (en anglais) de John B. Thompson, Professor of Sociology at the University of Cambridge.
Discutant principal : François Briatte, doctorant à l’IEP de Grenoble et ATER à l’Université de Lille.

Présentation : These are turbulent times in the world of book publishing. For nearly five centuries the methods and practices of book publishing remained largely unchanged, but at the dawn of the twenty-first century the industry finds itself faced with perhaps the greatest challenges since Gutenberg.  A combination of economic pressures and technological change is forcing publishers to alter their practices and think hard about the future of books in the digital age.
In his latest research – the one he shall present in our seminar – Thompson situates the current challenges facing the industry in an historical context, analysing the transformation of trade publishing in the United States and Britain since the 1960s.  He gives a detailed account of how the world of trade publishing really works, dissecting the roles of publishers, agents and booksellers and showing how their practices are shaped by a field that has a distinctive structure and dynamic.  By reconstructing this dynamic he is able to shed fresh light on how bestsellers are made and on why many thousands of books and authors find themselves marooned in an industry increasingly focused on short-term growth and profitability.  Against this backcloth Thompson analyses the impact of the digital revolution on book publishing and examines the pressures – both economic and technological – that are re-shaping the field of trade publishing today.

L’intervention de John B. Thompson et la discussion qui s’en est suivi sont disponibles ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins.

Form, Style and Strategy of European Journalism, 1880-2005

Vendredi 14 janvier 2011

Form, Style and Strategy of European Journalism, 1880-2005
Site Pouchet du CNRS – 14h-16h, Salle 108

Intervention de Marcel Broersma, Professor of Journalism Studies at the University of Groningen.
Discutant principal : Nicolas Kaciaf, MCF en science politique à l’Université Versailles Saint-Quentin.

Présentation : This research project aims to study (a) the transformation of European journalism through the categories of form and style, and (b) transformations in the public sphere which accompanied this development. It will result in theses on forms of reporting, the interview and the reportage, which contested the boundaries of the public sphere, and (2) a synthesizing study on the development of European journalistic styles and their contribution to the enlargement of the public sphere. The study of the transformation of journalistic forms and styles is a new field of study. It uses a comparative approach to examine the development of journalistic practices, routines and conventions in their cultural, political and economic context. By doing so it tries to reveal the ideological framework of journalism at a certain time and place, i.e. the underlying processes which determine which issues are public and which are not.
Journalism is a performative discourse which by the choice of forms and stylistic devices aims to impose and legitimize valid representations of the social world. Journalistic texts should be understood as strategic interpretations of reality which create meaning. Both the interview and the reportage were ‘invented’ in a process of professionalisation since the 1880s to gain (a) professional authority and (b) autonomy towards politicians and other public figures. As both genres and discursive practices they embody the ideological framework of the ‘new’, non-partisan journalism.
Newspapers will be studied from countries which are representative for the three European media systems distinguished by Hallin and Mancini (2004), i.e. Great Britain, the Netherlands and France. This comparison can elucidate institutional and cultural differences which influence the pace and character of journalistic change. This project benefits from history, literary sciences and communication studies by combining content analysis and stylistic analysis of journalistic texts with historical research into their contexts.

L’intervention de Marcel Broersma et la discussion qui s’en est suivi sont disponibles ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins.

Le pouvoir de mise sur agenda du Monde. Dynamique et typologie des enjeux

Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Emiliano Grossman, chargé de recherche à Sciences Po, rattaché au Centre d’études européennes.
Discutante principale : Lise Jacquez, doctorante à l’ELICO.

Présentation (rédigée par l’intervenant) : « L’intervention présentera les premiers résultats d’une enquête encore en cours sur l’interaction entre agenda médiatique et attention politique. L’objectif est double. Il s’agit d’abord de réaliser une cartographie des enjeux et de leurs spécificités dans le temps en termes d’attention politique et médiatique. Ensuite, l’objectif est de présenter une analyse dynamique des interactions entre agendas médiatiques et politiques. Elle espère ainsi contribuer à notre compréhension du pouvoir de mise sur agenda des médias et, au contraire, du pouvoir des politiques sur les médias. Sans surprise, nos analyses ne confirment aucune des deux hypothèses de manière univoque. Cette analyse s’appuie sur des données nouvelles récoltées et codées dans le cadre du projet Agendas France ».

L’intervention de Emiliano Grossman est disponible ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins – vous pourrez écouter ici le fil de la discussion qui s’en est suivi.

L’objectivité sur le fil. La production des faits journalistiques à l’Agence France-Presse

L’intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP a été discutée par Gaël Villeneuve, docteur en science politique, membre associé du laboratoire Cresppa/CSU, et par les membres du public réunis pour l’écouter.

Rappelons le principe de cette intervention telle que l’a résumé notre intervenant : « De quelles vérités les journalistes sont-ils capables, ou, plus précisément, quels genres de vérités énoncent-ils et dans/à quelles conditions y parviennent-ils ? Dans une perspective de sociologie pragmatique (Lemieux, Latour…), et en m’efforçant d’éviter certains écueils du socio-constructivisme dans l’analyse de la production des faits journalistiques, je me suis attaché, dans une thèse de doctorat de science politique soutenue en janvier 2010 à l’IEP de Paris, à décrire le plus précisément possible l’action collective consistant à fabriquer une information jugée « objective ». Dans le prolongement de la sociologie américaine du « newsmaking » (et notamment les travaux de Gaye Tuchman), j’ai pris le parti, à travers l’exemple de l’AFP, d’analyser (en alliant entretiens, analyse des formes et des contenus, observation ethnographique et participation observante qu’autorise la position particulière de chercheur-indigène) les questions professionnelles pratiques, mais aussi les enjeux politiques, soulevés par l’objectivité en s’intéressant à ce que les agenciers font concrètement pour traduire le plus objectivement possible les événements. Cette enquête se différencie cependant de ces travaux en vérifiant l’hypothèse centrale que le respect de règles professionnelles de distanciation, encouragé par des formats d’objectivité, permet effectivement aux journalistes, dans une certaine mesure, de produire des informations plus « objectives ». Elle relève aussi les limites et les difficultés de cette solution des formats d’objectivité, en pointant leur ambivalence. L’objectif de mon intervention dans ce séminaire est de rendre compte brièvement de la démarche adoptée dans cette thèse et de soumettre à la discussion ses principaux résultats ».

L’intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP, est disponible ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins.

La journée des femmes dans les médias britanniques

Emblème du Mouvement de Libération de la Femme
Ce vendredi 18 décembre, nous recevions la Pr. Pam Moores (Aston University, Birmingham). Sylvain Parasie (LATTS), sociologue et maître de conférences à l’université Paris Est/Marne-la-Vallée, avait accepté un rôle de discutant. Nous les remercions grandement tous les deux.
Merci aux chercheuses et doctorantes qui, bravant la neige, vinrent assister à cette séance et contribuer ainsi à sa réussite.
Au Royaume-Uni, la Journée Internationale des Femmes (JIDF) est l’occasion pour de nombreux groupes d’intérêts actifs de marquer l’événement. Au niveau de la vie associative locale, à travers des festivals culturels dans les grandes villes, et même dans certains milieux syndicalistes et politiques, les célébrations ne manquent pas.
Comment ces célébrations sont-elles traitées dans les médias ? Ceux-ci jouent-il un rôle de relais entre ces groupes d’intérêt, leurs activités lors du 8 mars, et le public ? Dans l’agencement des médias et de la réalité vécue, quels agendas dominent ?
Telles furent les questions principales que posa notre invité dans son exposé. Quelles en furent les réponses?…

La banlieue comme enjeu de lutte symbolique

Julie Sedel, La banlieue comme enjeu de lutte symbolique. Contribution à l’étude des relations entre médias et champs sociaux, Le Bord de l'Eau 2009

Pour la cinquième séance de notre séminaire (et dernière de cette année universitaire) nous recevions Julie Sedel, docteure en sociologie du Centre de sociologie européenne, à propos de la thèse qu’elle a soutenue en 2007, sous le titre « La banlieue comme enjeu de lutte symbolique. Contribution à l’étude des relations entre médias et champs sociaux » (travail auquel le jury du Prix de la recherche de l’Inathèque a attribué une mention spéciale en 2008).

Julie Sedel venait plus précisément présenter les principaux résultats de son enquête, qu’elle vient récemment de publier dans une version remaniée  aux éditions INA / Bord de l’eau, sous le titre « Les médias et la banlieue », ainsi qu’une réflexion sur les problèmes que pose l’étude des relations entre univers sociaux différents, en l’occurrence les milieux populaires et les milieux plutôt dominants.
L’objectif de cette séance était de revenir sur l’impact des médias dans la construction et la mise en scène publiques des problèmes sociaux, en creusant un cas concret, celui des « banlieues »
Cet ouvrage vient d’apporter une pierre supplémentaire au petit édifice qui commence à se constituer en France autour d’une perspective de sociologie de la construction des problèmes publics, à travers une approche dédiée spécifiquement à l’étude du rôle des médias dans ce processus.
On sent en effet depuis quelques années un frémissement dans ce sens, aussi bien en provenance de la science politique, de la sociologie ou des sciences de l’information et de la communication, avec des travaux portant sur les problèmes de santé publique (sang contaminé1, amiante2), d’environnement (changements climatique3), de sécurité (sécurité routière4), la « nouvelle question sociale »5, pour ne citer que ces derniers.
Pour sa part, Julie Sedel proposait de discuter les résultats d’une longue enquête sur le terrain (menée dans deux ensembles de cités en région parisienne, à Gennevilliers et Pantin) et dans plusieurs rédactions de grands médias écrits et audiovisuels (Le Monde, Le Parisien, France 2 et France 3). Son propos est d’expliquer comment et pourquoi les journalistes construisent une image négative de la banlieue, et comment les acteurs intéressés (aussi bien les municipalités concernées et les services de communication qui en dépendent que les groupes sociaux ou associatifs sur le terrain) tentent d’y résister.
L’intérêt de ce travail est multiple :
– il interroge des processus qui commencent à être documentés sur les transformations du journalisme, pour le dire vite, mais en leur donnant corps et consistance, en observant comment ils s’appliquent concrètement à des enjeux sociaux ;
-il tisse également des liens et des ponts entre plusieurs approches disciplinaires, sociologie des médias d’un côté et « sociologie des banlieues » (qui combine plusieurs perspectives en termes de sociologie urbaine, sociologie de la jeunesse, sociologie des classes populaires, sociologie de l’immigration, etc.) de l’autre
-il a également le « bon goût » d’éviter un certain nombre d’écueils qui guettent toujours des travaux de ce type, comme le médiacentrisme ou le misérabilisme, en montrant que même les groupes sociaux considérés comme faibles (en l’occurrence les associations de quartier) sont capables d’accumuler et de recycler des ressources pour mettre en œuvre des stratégies médiatiques face aux médias dits dominants.
-plus généralement il permet de creuser la question de la circulation du répertoire de représentation des problèmes sociaux, processus fait de réinventions et d’hybridations lors du passage par l’espace public médiatique.
– ce travail est au-delà attentif à la complexité dans la construction de cette image publique des banlieues, image qui est le fruit d’une production collective complexe
La présentation est disponible en fichier audio à l’adresse :http://dl.free.fr/rtGwjShhD (cliquer, puis ouvrir avec le lecteur de votre choix).
Son intervention était discutée par Dominique Marchetti, chargé de recherche au CSE et sociologue des médias. Dominique Marchetti intervenait à titre de spécialiste de ce type de questionnement : sa thèse de sociologie portait sur la médiatisation d’un autre problème social, l’affaire du sang contaminé, et il s’est penché depuis sur d’autres problèmes, notamment l’Europe6 et plus récemment la sécurité routière7.
Photo de couverture : © David Kneafsey – Fotolia.com
1 Dominique Marchetti, Contribution à une sociologie des transformations du champ journalistique dans les années 80 et 90. A propos d’ « événements sida » et du « scandale du sang contaminé, thèse de sociologie, EHESS, 1997
2 Emmanuel Henry, Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007
3 Jean-Baptiste Comby, Créer un climat favorable. Les enjeux liés aux changements climatiques : valorisation publique, médiatisation et appropriation au quotidien, thèse en sciences de l’information et de la communication, Paris II, 2008
4 Mathieu Grossetête, La sécurité routière au radar des inégalités sociales. Codage et décodages d’un problème public, thèse de science politique, IEP de Toulouse, 2008.
5 Guillaume Garcia, Les causes des « sans » à l’épreuve de la médiatisation. La construction médiatique des mobilisations sociales émergentes : enjeux et perspectives, thèse de science politique, Paris IX-Dauphine, 2005.
6 Dominique Marchetti (dir.), En quête d’Europe. Médias européens et médiatisation de l’Europe, Rennes, PUR, 2004.
7 Dominique Marchetti (dir.), Communication et médiatisation de l’État. La politique invisible, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble,  coll. « Communication, Médias et Sociétés », 2008