Les patrons de la presse nationale, tous mauvais

Enregistrement audio de la séance à télécharger en cliquant sur ce lien.

Le rachat des journaux régionaux du groupe La Provence par l’homme d’affaire Bernard Tapie a récemment alimenté, dans le milieu politique, un débat sur les arrière-pensées qui pourraient avoir motivé sa démarche. L’intéressé a largement contribué à nourrir ces soupçons, affirmant publiquement qu’il « ne connaît rien à la presse », laissant entendre qu’il fallait donc chercher ailleurs la motivation de ce rachat. En quoi cette anecdote est-elle symptomatique d’un certain regard sur le fonctionnement et les usages possibles de la presse en France ? On peut relever que cette conception utilitaire s’avère très répandue chez les élites françaises : l’histoire récente ne manque pas d’exemples d’industriels, de financiers, de responsables politiques qui se sont appuyés, à un moment ou à un autre, sur un ou plusieurs média dont ils étaient propriétaires pour favoriser leur candidature à la tête d’une mairie, à l’obtention d’appels d’offres, ou encore pour faire œuvre de militantisme. Au-delà, on peut noter que cette vision de la presse procède d’une idée très bien reçue, au-delà du cercle restreint des potentiels propriétaires de journaux : ces derniers seraient tout-puissants face à la rédaction de leur titre, et pourraient faire publier ce qu’ils veulent aux médias qu’ils possèdent. Cette conception de la relation entre les groupes de presse et leurs propriétaires procède d’un oubli général du monde complexe de travail des médias, de l’histoire singulière de chaque titre, du rapport fragile qu’il entretient avec son public.
Le séminaire auquel nous vous invitons se propose donc d’aborder cet impensé à partir de l’objet « patron de presse », en posant cette question : à quoi les propriétaires de médias sont-ils supposés servir? Dans quelle mesure les difficultés actuelles de la presse française, et notamment celle de la presse quotidienne, sont-elles imputables à leurs propres errances gestionnaires ? Une discussion rigoureuse et informée sur le rôle de ces dirigeants, et d’une manière plus générale sur l’environnement économico-industriel dans lequel ils exercent leurs décisions, permettra notamment d’éclairer les paradoxes dans lesquels la presse française se débat en tant qu’industrie culturelle. Plus précisément, cette discussion pourra intéresser celles et ceux qui assistent, en observateurs, aux mutations que cette activité subit face au développement protéiforme de l’économie de la gratuité.
Cette nouvelle édition du séminaire « figures médiatiques de la représentation » aura donc le plaisir de recevoir Jean Stern, journaliste et formateur (EMI-CFD/Paris X), auteur du livre Les patrons de la presse nationale, Tous mauvais (La Fabrique, 2012). Sa présentation lui donnera l’occasion de rappeler la thèse de son livre (cf. Présentation du livre par l’éditeur, en fin de ce mail), qui sera ensuite discutée par Franck Rebillard, professeur d’économie des médias à l’université Paris 3. Suivant l’habitude du séminaire, une heure de discussion sera ensuite consacrée aux échanges entre l’auteur, le discutant et le public.

Cette séance du séminaire aura lieu le 19 février prochain à 10h au site Pouchet du CNRS: 59-61 rue Pouchet, m°Brochant, Guy Moquet, Place de Clichy. L’entrée est libre, sans réservation.

 

 

Présentation du livre par les éditions La Fabrique
La presse va mal en France parce que les patrons du CAC 40 ont mis la main dessus : telle est l’idée centrale de ce livre. À la Libération, on ne parlait que de mettre les journaux à l’abri des puissances d’argent, de protéger leur indépendance. Mais au fil des années, cette louable ambition s’est effilochée. Aujourd’hui, les Arnault, les Dassault les Pigasse, les Lagardère, les Pinault, les Bolloré et autres seigneurs contrôlent la presse nationale via leurs holdings aussi opaques que rémunératrices. Jean Stern, homme de presse s’il en est, montre comment les “journalistes-managers” – July, Colombani – ont conduit Libération et Le Monde à leur perte avant d’en être éjectés sans égard. Comment les journaux qui perdent de l’argent permettent aux patrons de payer moins d’impôts ? Comment les divers “conseils de surveillance”, “chartes d’indépendance” et autres gadgets n’empêchent nullement les patrons de pressurer les rédactions en exigeant des économies ?
Les journaux finiront-ils en “fermes de contenus” où des pigistes à domicile rédigeront des “articles” à la chaîne adaptés aux algorithmes des moteurs de recherche ? C’est ce que l’on peut craindre si l’on laisse faire le capitalisme déchaîné.

Jean Stern
Jean Stern est journaliste. Ancien de Libération et de La Tribune, il a également travaillé pour 7 à Paris et Le Nouvel Économiste. Il a participé à la fondation de Gai Pied en 1978 et est l’éditeur de la revue De l’autre côté. Il est aujourd’hui directeur pédagogique de l’EMI, Scop de formation à l’université Paris X.

 

Merchants of Culture

Vendredi 25 mars 2011

Merchants of Culture, The Publishing Business in the Twenty-First Century
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention (en anglais) de John B. Thompson, Professor of Sociology at the University of Cambridge.
Discutant principal : François Briatte, doctorant à l’IEP de Grenoble et ATER à l’Université de Lille.

Présentation : These are turbulent times in the world of book publishing. For nearly five centuries the methods and practices of book publishing remained largely unchanged, but at the dawn of the twenty-first century the industry finds itself faced with perhaps the greatest challenges since Gutenberg.  A combination of economic pressures and technological change is forcing publishers to alter their practices and think hard about the future of books in the digital age.
In his latest research – the one he shall present in our seminar – Thompson situates the current challenges facing the industry in an historical context, analysing the transformation of trade publishing in the United States and Britain since the 1960s.  He gives a detailed account of how the world of trade publishing really works, dissecting the roles of publishers, agents and booksellers and showing how their practices are shaped by a field that has a distinctive structure and dynamic.  By reconstructing this dynamic he is able to shed fresh light on how bestsellers are made and on why many thousands of books and authors find themselves marooned in an industry increasingly focused on short-term growth and profitability.  Against this backcloth Thompson analyses the impact of the digital revolution on book publishing and examines the pressures – both economic and technological – that are re-shaping the field of trade publishing today.

L’intervention de John B. Thompson et la discussion qui s’en est suivi sont disponibles ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins.

L’objectivité sur le fil. La production des faits journalistiques à l’Agence France-Presse

L’intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP a été discutée par Gaël Villeneuve, docteur en science politique, membre associé du laboratoire Cresppa/CSU, et par les membres du public réunis pour l’écouter.

Rappelons le principe de cette intervention telle que l’a résumé notre intervenant : « De quelles vérités les journalistes sont-ils capables, ou, plus précisément, quels genres de vérités énoncent-ils et dans/à quelles conditions y parviennent-ils ? Dans une perspective de sociologie pragmatique (Lemieux, Latour…), et en m’efforçant d’éviter certains écueils du socio-constructivisme dans l’analyse de la production des faits journalistiques, je me suis attaché, dans une thèse de doctorat de science politique soutenue en janvier 2010 à l’IEP de Paris, à décrire le plus précisément possible l’action collective consistant à fabriquer une information jugée « objective ». Dans le prolongement de la sociologie américaine du « newsmaking » (et notamment les travaux de Gaye Tuchman), j’ai pris le parti, à travers l’exemple de l’AFP, d’analyser (en alliant entretiens, analyse des formes et des contenus, observation ethnographique et participation observante qu’autorise la position particulière de chercheur-indigène) les questions professionnelles pratiques, mais aussi les enjeux politiques, soulevés par l’objectivité en s’intéressant à ce que les agenciers font concrètement pour traduire le plus objectivement possible les événements. Cette enquête se différencie cependant de ces travaux en vérifiant l’hypothèse centrale que le respect de règles professionnelles de distanciation, encouragé par des formats d’objectivité, permet effectivement aux journalistes, dans une certaine mesure, de produire des informations plus « objectives ». Elle relève aussi les limites et les difficultés de cette solution des formats d’objectivité, en pointant leur ambivalence. L’objectif de mon intervention dans ce séminaire est de rendre compte brièvement de la démarche adoptée dans cette thèse et de soumettre à la discussion ses principaux résultats ».

L’intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP, est disponible ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins.

Quelle contribution des médias aux logiques de domination ?

Mire
La séance du 22 octobre 2009, la première de cette seconde saison du séminaire, s’est déroulée comme prévu entre 12h30 et 14h30, dans la salle Jean Monnet des bâtiments de Science Po, 59 rue Jacob. Les organisateurs remercient chaleureusement le Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po pour son soutien matériel et scientifique.
Jean-Baptiste Comby (CARISM) et Mathieu Grossetête (LaSSP) ont développé une réflexion commune sur la médiatisation et les appropriations sociales des enjeux liés aux politiques publiques.
Selon les auteurs, respectivement spécialistes de la médiatisation du changement climatique et de la sécurité routière, cette logique participe d’un mouvement plus général qui consiste à « sensibiliser » le plus grand nombre à des impératifs catégoriques, difficilement discutables
Pour Jean-Baptiste Comby, l’impératif de «sensibilisation » aux enjeux climatiques imprègne la plupart des biens symboliques produits, dans l’optique de valoriser publiquement les enjeux climatiques. Idéologiquement inscrite au cœur d’un processus de marchandisation des questions environnementales, la « sensibilisation » im-pose un cadre symbolique qui n’est pas neutre sociologiquement. Celui-ci garantit au contraire aux groupes sociaux les mieux dotés matériellement et culturellement la possibilité de faire valoir leurs manières de lire et de vivre les enjeux des changements climatiques rendus visibles.
Nous remercions les invités, ainsi que les personnes présentes pour leur contribution au débat qui a suivi leur présentation.