Les patrons de la presse nationale, tous mauvais

Enregistrement audio de la séance à télécharger en cliquant sur ce lien.

Le rachat des journaux régionaux du groupe La Provence par l’homme d’affaire Bernard Tapie a récemment alimenté, dans le milieu politique, un débat sur les arrière-pensées qui pourraient avoir motivé sa démarche. L’intéressé a largement contribué à nourrir ces soupçons, affirmant publiquement qu’il « ne connaît rien à la presse », laissant entendre qu’il fallait donc chercher ailleurs la motivation de ce rachat. En quoi cette anecdote est-elle symptomatique d’un certain regard sur le fonctionnement et les usages possibles de la presse en France ? On peut relever que cette conception utilitaire s’avère très répandue chez les élites françaises : l’histoire récente ne manque pas d’exemples d’industriels, de financiers, de responsables politiques qui se sont appuyés, à un moment ou à un autre, sur un ou plusieurs média dont ils étaient propriétaires pour favoriser leur candidature à la tête d’une mairie, à l’obtention d’appels d’offres, ou encore pour faire œuvre de militantisme. Au-delà, on peut noter que cette vision de la presse procède d’une idée très bien reçue, au-delà du cercle restreint des potentiels propriétaires de journaux : ces derniers seraient tout-puissants face à la rédaction de leur titre, et pourraient faire publier ce qu’ils veulent aux médias qu’ils possèdent. Cette conception de la relation entre les groupes de presse et leurs propriétaires procède d’un oubli général du monde complexe de travail des médias, de l’histoire singulière de chaque titre, du rapport fragile qu’il entretient avec son public.
Le séminaire auquel nous vous invitons se propose donc d’aborder cet impensé à partir de l’objet « patron de presse », en posant cette question : à quoi les propriétaires de médias sont-ils supposés servir? Dans quelle mesure les difficultés actuelles de la presse française, et notamment celle de la presse quotidienne, sont-elles imputables à leurs propres errances gestionnaires ? Une discussion rigoureuse et informée sur le rôle de ces dirigeants, et d’une manière plus générale sur l’environnement économico-industriel dans lequel ils exercent leurs décisions, permettra notamment d’éclairer les paradoxes dans lesquels la presse française se débat en tant qu’industrie culturelle. Plus précisément, cette discussion pourra intéresser celles et ceux qui assistent, en observateurs, aux mutations que cette activité subit face au développement protéiforme de l’économie de la gratuité.
Cette nouvelle édition du séminaire « figures médiatiques de la représentation » aura donc le plaisir de recevoir Jean Stern, journaliste et formateur (EMI-CFD/Paris X), auteur du livre Les patrons de la presse nationale, Tous mauvais (La Fabrique, 2012). Sa présentation lui donnera l’occasion de rappeler la thèse de son livre (cf. Présentation du livre par l’éditeur, en fin de ce mail), qui sera ensuite discutée par Franck Rebillard, professeur d’économie des médias à l’université Paris 3. Suivant l’habitude du séminaire, une heure de discussion sera ensuite consacrée aux échanges entre l’auteur, le discutant et le public.

Cette séance du séminaire aura lieu le 19 février prochain à 10h au site Pouchet du CNRS: 59-61 rue Pouchet, m°Brochant, Guy Moquet, Place de Clichy. L’entrée est libre, sans réservation.

 

 

Présentation du livre par les éditions La Fabrique
La presse va mal en France parce que les patrons du CAC 40 ont mis la main dessus : telle est l’idée centrale de ce livre. À la Libération, on ne parlait que de mettre les journaux à l’abri des puissances d’argent, de protéger leur indépendance. Mais au fil des années, cette louable ambition s’est effilochée. Aujourd’hui, les Arnault, les Dassault les Pigasse, les Lagardère, les Pinault, les Bolloré et autres seigneurs contrôlent la presse nationale via leurs holdings aussi opaques que rémunératrices. Jean Stern, homme de presse s’il en est, montre comment les “journalistes-managers” – July, Colombani – ont conduit Libération et Le Monde à leur perte avant d’en être éjectés sans égard. Comment les journaux qui perdent de l’argent permettent aux patrons de payer moins d’impôts ? Comment les divers “conseils de surveillance”, “chartes d’indépendance” et autres gadgets n’empêchent nullement les patrons de pressurer les rédactions en exigeant des économies ?
Les journaux finiront-ils en “fermes de contenus” où des pigistes à domicile rédigeront des “articles” à la chaîne adaptés aux algorithmes des moteurs de recherche ? C’est ce que l’on peut craindre si l’on laisse faire le capitalisme déchaîné.

Jean Stern
Jean Stern est journaliste. Ancien de Libération et de La Tribune, il a également travaillé pour 7 à Paris et Le Nouvel Économiste. Il a participé à la fondation de Gai Pied en 1978 et est l’éditeur de la revue De l’autre côté. Il est aujourd’hui directeur pédagogique de l’EMI, Scop de formation à l’université Paris X.

 

Le pouvoir de mise sur agenda du Monde. Dynamique et typologie des enjeux

Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Emiliano Grossman, chargé de recherche à Sciences Po, rattaché au Centre d’études européennes.
Discutante principale : Lise Jacquez, doctorante à l’ELICO.

Présentation (rédigée par l’intervenant) : « L’intervention présentera les premiers résultats d’une enquête encore en cours sur l’interaction entre agenda médiatique et attention politique. L’objectif est double. Il s’agit d’abord de réaliser une cartographie des enjeux et de leurs spécificités dans le temps en termes d’attention politique et médiatique. Ensuite, l’objectif est de présenter une analyse dynamique des interactions entre agendas médiatiques et politiques. Elle espère ainsi contribuer à notre compréhension du pouvoir de mise sur agenda des médias et, au contraire, du pouvoir des politiques sur les médias. Sans surprise, nos analyses ne confirment aucune des deux hypothèses de manière univoque. Cette analyse s’appuie sur des données nouvelles récoltées et codées dans le cadre du projet Agendas France ».

L’intervention de Emiliano Grossman est disponible ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins – vous pourrez écouter ici le fil de la discussion qui s’en est suivi.

Concentration de la presse, pluralisme de l’information

"Menaces sur le pluralisme de l'information", photo tirée du blog La Lettre de Jaurès
Pour cette séance du vendredi 29 mai 2009, nous recevions Franck Rebillard, maître de conférences à l’Institut de la communication – Université Lyon 2, et membre du laboratoire Elico (Equipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication), pour parler entre autres choses des résultats de l’étude qu’il conduit sur les Mutations de la filière «Presse et information» (MSH Paris-Nord / Ministère de la Culture et de la Communication). Franck Rebillard étudie les modalités socio-économiques des publications de l’information journalistique, dans la presse magazine et sur le web. Il contribue au Réseau d’Etudes sur le Journalisme ainsi qu’au groupe de recherche « Acteurs et production numérique éditoriale ».
Son intervention s’est centrée sur le pluralisme de l’information, en confrontant les analyses de l’économie industrielle et celles de la socio-économie critique. Il s’agissait d’une part de s’intéresser aux conditions économiques du travail journalistique, puisque le journalisme suit depuis sa naissance les évolutions du capitalisme. D’autre part, d’opérer à partir des outils de la socio-économie critique, qui apporte un autre son de cloche que le discours économique sur la presse habituellement tenu par les théoriciens du « choix rationnel ».
On le sait, le discours économique classique repose sur des postulats qu’il présente comme allant de soi : offre et demande posées de façon indépendante, individu rationnel connaissant son intérêt et sachant faire le choix qui y correspond, règne inconditionnel des prix… Or dans les faits l’offre, la demande, le marché, et même l’acheteur et le vendeur, sont le produit d’une construction sociale, de sorte qu’on ne peut décrire adéquatement les processus dits « économiques » sans faire appel à la sociologie. On pense aux structures sociales de l’économie, un des derniers livres de Pierre Bourdieu, qui avait pour objet de comprendre que sociologie et économie constituent en fait une seule et même discipline ayant pour objet l’analyse de faits sociaux, dont les transactions économiques ne sont après tout qu’un aspect.
La présentation de Franck Rebillard s’est adossée à une enquête, le fruit d’un travail co-réalisé avec  Bertrand CABEDOCHE, Béatrice DAMIAN et Nikos SMYRNAIOS. Avec un constat de départ : la presse écrite a connu, depuis le début des années 2000, des mutations importantes, dont on peut se demander si elles sont de nature à peser sur la diversité culturelle, ou plus exactement sur le pluralisme de l’information.
Ici, le blog innove, et vous propose d’écouter la présentation telle qu’elle a effectivement eu lieu : présentation et discussion ont été intégralement enregistrés.
Dans la première partie de l’exposé, Franck Rebillard fait un rappel historique du « renversement de doctrine » dans la manière dont les pouvoirs publics français conçoivent le maintien du pluralisme de la presse. Les ordonnances de 1944 posent pour principe qu’une presse pluraliste est incompatible avec un petit nombre de groupes de presse concentrant la plupart des publications. Sur cette question, les rapports publics qui se succèdent ces dernières années (Rapport Lancelot, Rapport Tessier) formulent des positions nettement plus nuancées. La seconde partie de l’exposé est consacré à présenter, via des éléments d’une enquête réalisée auprès de responsables gestionnaires de grands groupes de presse, les effets « en acte » de cette concentration en cours dans la presse française.

Figures du portrait de presse, problèmes de la démocratie

Luc Courchesne, "Portrait N°1"
L’invitation d’Adeline Wrona à notre séminaire relevait de trois principales préoccupations. D’une part, la question de la construction de l’image publique. La mise en scène de l’espace public par les journalistes s’accompagne le plus souvent du maniement de personnages, de figures par lesquels s’instaure un lien de proximité avec le public. Le thème majeur des recherches d’Adeline Wrona, maîtresse de conférences au CELSA, est le portrait de presse. En l’invitant, nous avions le projet de réfléchir à comment différents usages de cette mise en scène se retrouvent dans l’activité de « portraiture », de description d’un individu/modèle par les traits qu’on lui suppose les plus caractéristiques.
Notre seconde préoccupation portait sur le caractère ambigu du portrait de presse, son articulation entre le particulier et le général Ce qu’Adeline Wrona, citant Louis Quéré, appelle le « tiers abstrait », cette fonction de soudure démocratique qu’effectue cet individu général. Métonymie, antonomase, le portrait est une figure de style exprimant le tout par la partie. Ce n’était pas le moindre plaisir pour nous, sociologues et politistes de formation, de discuter avec une chercheuse de formation littéraire et SIC nous invitant à problématiser le système démocratique en nous penchant sur le mystère du signifiant qui l’articule. Notre troisième interrogation portait sur la notion de « rôle » – concept sociologique permettant d’étudier l’activité journalistique tant dans les rôles que ces professionnels endossent que ceux qu’ils font endosser à ceux qu’ils mettent en scène.
Une retranscription très imparfaite des échanges qui ont eu lieu, au cours de cette séance du 3 avril 2009 au matin dans les locaux du site Pouchet – tous nos remerciements au CSU-CRESPPA, « Labo en lutte » contre le démantèlement du CNRS, les réformes à l’université et la
précarisation massive, pour leur hébergement – ressemblerait à ce qui suit. Adeline Wrona a accepté de présenter sa recherche en cours à partir de l’article « vies minuscules, vies exemplaires » paru dans Réseaux, portant sur les Portraits of Griefs (PoG) parus dans le New York Times au lendemain du 11 septembre. Sur la question de « comment les journalistes travaillent l’image de leur modèles », l’objet « Portraits of Griefs » – portraits des disparus du Word Trade Center, icônes du deuil américain – est vite apparu comme un objet limite, donc éclairant à plus d’un titre. Ces portraits avaient pour ambition de présenter l’un après l’autre les 2310 disparus de l’attaque terroriste du WTC. Portraits d’inconnus donc, pris dans un événement à la notoriété considérable, alors même que la plupart des portraits de presse visent à mieux connaître une personnalité en vue. D’autre part, le travail des journalistes sur les PoG est bien différent de la rencontre habituelle entre journaliste et portraituré. Comment les reporters du New York Times (NYT) font-ils pour présenter ces inconnus, morts avant qu’ils aient pu les rencontrer ? On a là un défi logistique pour les journalistes, qui d’une part doivent contacter les familles et amis du disparu pour se faire une idée du personnage, et qui doivent d’autre part se relayer dans la « cellule » du NYT, composée de reporters détachés chacun pour quinze jours environ à cette tâche éprouvante. Appeler les familles – via les petits mots déposés au pied des ruines des tours – rencontrer les amis, les collègues éplorés etc. Les reporters se relaient dans cette pénible tâche de collecte d’affects et de souvenirs.
La présentation d’Adeline Wrona était discutée par Julien Talpin et Vincent Goulet. Tous deux ont souligné la limite de l’objet « PoG » dans l’articulation entre le particulier et le général. D’une part, leur forme abstraite et recroquevillée – 180 mots, un « médaillon » explique Adeline Wrona – permet mal la montée en généralité qui rendraient « exemplaires » les vies « minuscules » des disparus. D’autre part, le caractère posthume du portrait ferait d’abord du disparu un acteur « exemplaire » dans le sens « exempt de tout écart de la norme » – des morts, on ne dit que du bien. Adeline Wrona souligne que cet arraisonnement du modèle à quelques aspects moraux se retrouvent dans plus d’un portrait de presse. Et de citer pour exemple le portrait « popote » de Bret Easton Ellis paru dans la presse féminine. Dans lequel on finissait par faire dire à l’écrivain « destroy » son intérêt pour la nourriture équilibrée et les bonnes nuits de sommeil.
Cette jonction entre la figure morale et l’individu décrit est au cœur de la seconde problématique dite « de la partie pour le tout ». Les sociétés démocratiques sont aujourd’hui, comme Pierre Rosanvallon le souligne dans son dernier ouvrage, en quête de nouvelles formes de légitimité leur permettant d’articulant l’individu particulier à l’intérêt général. En ce sens, la portraiture journalistique propose un lien entre l’individu et le groupe, en s’appuyant sur quelques liens forts – le rapport que le modèle entretient avec sa famille, sa religion, sa nourriture, son cercle d’amis, son pays, son travail. La mise en scène de ces liens au cours de la description de l’individu semble pouvoir en effet réactiver le lien entre le lecteur, le modèle et les entités abstraites qui constituent leur monde commun. Adeline Wrona souligne par ailleurs une dimension idéologique supplémentaire du portrait, qui réside dans sa forme sérielle, systématique, son « moule ». Le journaliste y insère son modèle, ce qui lui permet de soumettre upon objet sémantique convaincant aux lecteurs dans le temps court de la parution. Cette forme porteuse d’idéologie – leçon de la linguistique structurale – ramène le portrait de presse à la société qui le produit (notamment à on interprétation taylorienne de la soudure démocratique).
Enfin, la question du portrait comme composition du « rôle » par le « texte » est apparue par saccades, sans prendre un rôle central dans cette séance. Pourtant, la discussion était tentante, dans cette dynamique de réflexion sur la médiatisation de ces récits de vie que sont les portraits. Les portraits de presse mettent-ils en scène des « rôles » ? « Ce que vous appelez “rôle”, je préfère l’appeler “récit” » précise Adeline Wrona. Il y a cette forte similitude du rôle au récit, attestée par les formes contemporaines de présentation de soi en politique. Ainsi du livre de Christian Salmon sur le Storytelling, où l’acteur public se présente par le déroulement d’un récit dans lequel le spectateur peut se laisser inclure.
Ce rapprochement entre « récit » littéraire et « rôle » sociologique, gratification permise par le caractère interdisciplinaire de cette rencontre, donne à penser à la sociologie du journalisme jusque dans sa dimension ethnographique. Dans le geste même où elle traque les corps au travail, en action, que récolte-t-elle sinon des signes ? De nombreuses études de dispositifs médiatiques, notamment réalisées sous le patronage théorique de Goffman, donnent à comprendre les rôles joués par les acteurs comme une conjonction de signes. Des figures qui sont autant de ressources disponibles au journaliste lorsqu’il veut faire converger sur sa mise en scène publique la somme des intérêts individuels.
Bibliographie
Pierre Rosanvallon, La Légitimité Démocratique – Impartialité, Reflexivité, Proximité, Paris, Seuil, 2008.
Christian Salmon, Storytelling. La Machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2007.
Adeline Wrona, « Vies minuscules, vies exemplaires : récit d’individu et actualité. Le cas des portraits of grief parus dans le new york times après le 11 septembre 2001 », Paris, Réseaux n°132, 2005.
IMAGE
L’image qui illustre cet article est tirée de l’oeuvre de Luc Courchesne. artiste qui vit et travaille à Montréal (Québec). Professeur à l’École de design industriel de l’Université de Montréal,cer artiste est très ancré dans la communauté montréalaise des arts médiatiques. Co-fondateur et longtemps président du conseil d’administration de la Société des arts technologiques (SAT), il est notamment l’auteur de du « Portrait N°1 » que voici. L’œuvre nous a paru illustrer de façon pertinente le caractère à la fois fictionnel et de rencontre déterminée avec un personnage qui est indissociable de l’exercice de portraiture.
Pour une plus ample information sur cet artiste :
http://www.fondation-langlois.org/e-art/f/luc-courchesne.html