Usages « engagés » de l’information via Internet

Vendredi 27 mai 2011

Les usages « engagés » de l’information via Internet
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Josiane Jouët, Professeur en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattachée au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II) et de Jean-Baptiste Comby, Maître de Conférences en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattaché au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II)
Discutant principal : Julien Talpin, post-doctorant (CRESPPA-CSU).

Présentation : La consommation de l’information online n’échappe pas aux logiques des usages de l’information offline. Elle recouvre ainsi des modalités diversifiées et se montre étroitement tributaire des propriétés sociales des usagers. Internet s’imbrique dans des rapports aux actualités pré-existants qu’elle pourrait toutefois contribuer à accentuer. En particulier, Internet offre à ceux qui conçoivent l’information comme un devoir et un moyen de prendre part aux affaires de la cité, la possibilité de développer des relations plus « engagées » dans l’information. Cet engagement peut prendre la forme d’une consommation plus ténue, d’une participation aux commentaires en ligne de l’actualité, ou bien d’un partage de certaines informations (envoi d’un article par mail, postage d’un lien sur facebook, etc.). Cette communication se propose donc de discuter des ressorts sociopolitiques de ces investissements « engagés » dans l’information. Elle s’appuie sur quarante entretiens individuels, dix entretiens collectifs et des observations en ligne. Ces données sont produites dans le cadre du Projet ANR Médiapolis mené conjointement par le CARISM et le CEVIPOF.

 

Vous trouverez ici le fichier audio de l’intervention de nos deux invités, et ici celui de la discussion qui s’en est suivi.

Transformations du journalisme

Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, publié aux Presses Universitaires de Rennes et co-dirigé par Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard.
La troisième séance de notre séminaire recevait trois contributrices à l’ouvrage collectif Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, publié aux Presses Universitaires de Rennes et co-dirigé par Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard. Nous recevions donc les enseignantes-chercheuses, Valérie Croissant (MCF, Lyon-II), Valérie Jeanne-Perrier (MCF, CELSA) et Roselyne Ringoot (MCF, IEP de Rennes), tous trois membres du Réseau d’Etudes sur le Journalisme. Toutes trois conduisent depuis plusieurs années des projets sur les nouvelles pratiques et les nouveaux acteurs de ce journalisme en invention. L’ouvrage auxquelles ces chercheuses ont contribué traite des transformations des pratiques journalistiques relatives à la multiplication des publications en ligne et des magazines de marque, au phénomène des blogues, au déclin de la presse d’information générale payante et au succès de la presse gratuite et des magazines. Entre rappel des enjeux et des résultats du livre, et remise en jeu de ces acquits dans de nouvelles recherches en cours, la séance s’est articulée autour de la question suivante : Peut-on rendre compte des changements en cours dans la presse autrement qu’en termes de confusion, de subversion, de domination, de renoncement ?
Partant du postulat que le journalisme n’a jamais eu l’homogénéité qu’on lui attribue, nos invitées se sont efforcées de décrire ces objets en mutation dans une perspective non normative.
Rozelyne Ringoot rappelle que ce refus d’étudier ces objets par la norme avait deux principaux enjeux. D’abord, celui de ne pas tomber dans le piège essentialiste d’une recherche du « vrai journalisme », d’un « journalisme authentique ». Le risque était d’autant plus fort que – qu’on étudie par exemple le travail des rédacteurs du magazine EPOK, édité, distribué et vendu par la FNAC, ou celui des blogueurs – le risque est patent de relayer dans ses discours le stigmate venant de la presse institutionnelle. Il s’agissait aussi, rappelle notre intervenante, de relever le défi d’engager dans l’analyse un usage hétérodoxe de la notion de « pratique discursive », empruntée au Michel Foucault de Les Mots et les Choses – lequel, ce serait trop facile, n’a pas conçu la notion pour l’étude du journalisme. Roselyne Ringoot explique que le cadre conceptuel de cette enquête s’est attaché à distinguer les différentes pratiques de discours qui ont lieu dans l’écriture journalistique d’une part, lorsque les journalistes parlent de leur travail d’autre part, et enfin lorsqu’émergent, depuis d’autres espaces, des discours d’autres acteurs sur leur pratique.
Cette approche en terme de mise en relation des pratiques, et d’analyse des logiques de dispersions à l’œuvre supposait de ne pas prendre pour référence un discours « vrai » à l’aune duquel juger les autres. L’enjeu est de développer d’une part un appareillage conceptuel suffisamment souple pour conduire des enquêtes très différentes, et suffisamment fin d’autre part pour relever la qualité spécifique de ces objets « en marge » du jeu journalistique. Objets qu’une approche plus classique, en termes de « champ » ou de « domination », ou encore de « fonction » et d’« institutions », aurait pu risquer d’écraser.
Valérie Jeanne-Perrier rappelle que son propre travail sur les blogs et les blogueurs, co-conduit avec Florence Le Cam, s’inscrivait également dans cette perspective d’aller chercher hors de la pratique instituée du journalisme. La plupart des bloggers ont en commun avec nombre de journalistes, de définir leur propre pratique soit en épousant la norme journalistique, soit en s’y référant sur le mode de la critique, de la distance ou du refus. Son enquête montre les logiques de captation et de réincorporation par les bloggers des pratiques journalistiques dominantes.
Pourquoi s’être intéressées aux blogs ? En 2003, lorsque commence l’enquête, Valérie Jeanne-Perrier et Florence Le Cam observent qu’en France et au Québec s’épanouit la pratique des blogs, dans lequel les deux chercheuses repèrent ces fameuses pratiques de « hors champ journalistiques ».
S’ensuit une observation participante, la création d’un blog – (témoignage de ce passage sur le web :  une partie du blog archivé ici). Les chercheuses remarquent que, dans la circulation des discours autour du blog et notamment dans les commentaires, s’élaborent des manières inédites de faire du journalisme – des discours de professionnels des médias auxquels se mêlent d’autres discours issus des métiers de la documentation, des développeurs Internet. Le blog devient ainsi un dispositif d’imaginaires mêlés où « quelque chose » se raconte. L’ensemble de l’enquête s’est également adossée à un corpus de 200 blogs, où les chercheuses ont analysé les stratégies de « présentation de soi » des publiants.
La présentation de Valérie Croissant s’est partagé entre le compte-rendu de l’enquête à sur le magazine EPOK de la FNAC – mené avec Franck Rébillard, Anne-Lise Touboul et William Spano – et le compte-rendu de ses travaux centrés sur « l’ordinaire du journalisme ». L’enquête sur EPOK, qui démarre à partir d’une interrogation sur les « genres » journalistiques et leur hybridation, s’est en partie fixée par hasard sur ce support.
Support commercial – le journal traite des produits vendus par la FNAC, mais aussi distribué et vendu à la FNAC – EPOK se rapproche des supports de presse classique. L’enquête s’est poursuivie par l’analyse des discours des journaux institutionnels SUR la création du journal. Beaucoup de modération, très peu de dénonciation contre cette forme particulière de journalisme culturel… qui emploie par ailleurs plusieurs « plumes » du journalisme culturel de la presse.
La présentation de ces trois chercheuses nous a permis une brève visite d’objets hors-norme du journalisme, objets en mutation dans une perspective non normative – autant de nouvelles façons de faire du journalisme. Autant de pratiques à la marge qui se rapportent à un enjeu central, puisqu’elles modifient tant les pratiques des journalistes «traditionnels », que l’image que ceux-ci peuvent avoir de leurs lecteurs. L’ouvrage évoque plusieurs autres travaux novateurs qui abordent l’étude de la presse par ses objets les moins légitimes – citons parmi eux les travaux de Jamil Dakhlia sur la presse people, ou ceux d’Annette Hill au Royaume-Uni sur la « Factual TV », la TV qui reste allumée et qu’on regarde en passant devant. Se dessine ainsi une tendance forte, dans l’étude des médias, à relativiser l’importance institutionnelle des « grands médias » pour s’intéresser à des objets heuristiques, et très importants par ailleurs dans la consommation que tout un chacun en fait.
Vous pouvez cliquer ici pour écouter l’intervention de nos invitées.