Usages « engagés » de l’information via Internet

Vendredi 27 mai 2011

Les usages « engagés » de l’information via Internet
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Josiane Jouët, Professeur en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattachée au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II) et de Jean-Baptiste Comby, Maître de Conférences en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattaché au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II)
Discutant principal : Julien Talpin, post-doctorant (CRESPPA-CSU).

Présentation : La consommation de l’information online n’échappe pas aux logiques des usages de l’information offline. Elle recouvre ainsi des modalités diversifiées et se montre étroitement tributaire des propriétés sociales des usagers. Internet s’imbrique dans des rapports aux actualités pré-existants qu’elle pourrait toutefois contribuer à accentuer. En particulier, Internet offre à ceux qui conçoivent l’information comme un devoir et un moyen de prendre part aux affaires de la cité, la possibilité de développer des relations plus « engagées » dans l’information. Cet engagement peut prendre la forme d’une consommation plus ténue, d’une participation aux commentaires en ligne de l’actualité, ou bien d’un partage de certaines informations (envoi d’un article par mail, postage d’un lien sur facebook, etc.). Cette communication se propose donc de discuter des ressorts sociopolitiques de ces investissements « engagés » dans l’information. Elle s’appuie sur quarante entretiens individuels, dix entretiens collectifs et des observations en ligne. Ces données sont produites dans le cadre du Projet ANR Médiapolis mené conjointement par le CARISM et le CEVIPOF.

 

Vous trouverez ici le fichier audio de l’intervention de nos deux invités, et ici celui de la discussion qui s’en est suivi.

Le pouvoir de mise sur agenda du Monde. Dynamique et typologie des enjeux

Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Emiliano Grossman, chargé de recherche à Sciences Po, rattaché au Centre d’études européennes.
Discutante principale : Lise Jacquez, doctorante à l’ELICO.

Présentation (rédigée par l’intervenant) : « L’intervention présentera les premiers résultats d’une enquête encore en cours sur l’interaction entre agenda médiatique et attention politique. L’objectif est double. Il s’agit d’abord de réaliser une cartographie des enjeux et de leurs spécificités dans le temps en termes d’attention politique et médiatique. Ensuite, l’objectif est de présenter une analyse dynamique des interactions entre agendas médiatiques et politiques. Elle espère ainsi contribuer à notre compréhension du pouvoir de mise sur agenda des médias et, au contraire, du pouvoir des politiques sur les médias. Sans surprise, nos analyses ne confirment aucune des deux hypothèses de manière univoque. Cette analyse s’appuie sur des données nouvelles récoltées et codées dans le cadre du projet Agendas France ».

L’intervention de Emiliano Grossman est disponible ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins – vous pourrez écouter ici le fil de la discussion qui s’en est suivi.

Des médias de migrants en Italie

Une page parue en juin 2008 dans le supplément "Metropoli"

Le 17 décembre 2009, entre 12h30-14h30, Eugénie Saïtta (CRAPE) nous a présenté les résultats d’une enquête en cours sur L’espace des médias des migrants en Italie, et plus précisément sur le cas du supplément « Metropoli » au quotidien « La Reppublica ». La discussion était engagée par Vincent Tiberj (CEE-Sciences Po).

Remercions au passage les chercheurs et professionnels qui se sont déplacés malgré la neige et la fatigue de fin d’année. Leur présence a grandement contribué à l’émulation de la séance.
Sur le plan scientifique, peu de travaux portent sur l’émergence et le développement de médias créés par et/ou pour les migrants. Pourtant, le programme de recherche MINORITYMEDIA – programme au sein duquel la recherche d’Eugénie Saïtta prend place – a recensé, sur la période couvrant 2000-2007, des milliers d’initiatives de ce type en Europe, dont près de 380 en Italie.
Notre invitée a présenté tout d’abord une « cartographie » des médias des minorités ethniques en Italie. L’objectif était, d’un côté de mettre en évidence l’hétérogénéité de ces initiatives sur la base d’une analyse statistique (372 médias) et, de l’autre, de produire une catégorisation qui identifie les tensions entre différents pôles (commercial, militant, indépendant, public). En analysant des médias « à la marge », il s’agissait d’éclairer la structuration du champ journalistique dans son ensemble.
L’étude de cas portait spécifiquement sur « Metropoli. Il giornale dell’italia multietnica », supplément hebdomadaire d’un des principaux quotidiens nationaux italiens (Repubblica) destiné aux immigrés résidant en Italie et dont les pages sont en partie produites par des collaborateurs d’origine étrangère. Dans quelle mesure Metropoli produit-il un discours en rupture avec celui des médias de masse et, plus généralement, avec le discours et l’ordre social dominants ? Permet-il à des groupes sociaux dominés de formaliser des intérêts et d’exprimer des revendications dans l’espace public, ou d’inventer des espaces d’expression alternatifs ?
Les représentations des migrants dans les médias de masse italiens ont été l’objet de nombreuses études qui ont montré que leur image est négative et fondée sur des lieux communs, leur visibilité dans les produits médiatiques est faible. Les inégalités structurelles et le racisme quotidien vécu par les migrants sont ignorés par les médias traditionnels.