Arte : « association relative à la télévision européenne ». Les raisons d’une exception persistante.

Logo de la chaîne ARTE
17 juin 2010 – 12h30-14h30
Intervention de Jean-Michel Utard (GSPE-Prisme)
Discussion engagée par Aline Hartemann (CSE/EHESS)
Centre d’études Européennes, Sciences-Po 13 rue de l’université (ex- ENA), M° Rue du Bac.
Résumé de la présentation, rédigée par l’intervenant : « Dans le Livre blanc sur une politique de communication (2006) présenté par la Commission européenne, l’incantation des années 80 à la nécessaire émergence de médias européens n’a plus cours. Le constat y est fait d’une irrémédiable inscription des médias dans les espaces locaux et nationaux. La stratégie de communication proposée vise à mobiliser une multiplicité d’acteurs, dont les médias ne sont qu’une composante. Dans ce contexte, la longévité d’Arte née en 1992 apparaît comme une exception paradoxale. L’analyse de sa genèse et des modalités de coopération entre acteurs de télévision de nationalités différentes est susceptible d’éclairer les résistances à l’émergence de médias européens et de contribuer à re-problématiser la question d’un espace médiatique transnational en Europe ».
Merci à Jean-Michel Utard, à Aline Hartemann et à nos autres hôtes, pour avoir fait de cette séance un lieu de rencontre constructif.

L’emprise du journalisme sur l’action publique

© Jean-Jacques Kissling
Jeudi 20 mai 2010 – 12h30-14h30 – Ce que les médias font aux politiques publiques
Intervention de Jérémie Nollet (CERAPS), Discussion engagée par Laurie Boussaguet (UVSQ)
À partir d’une monographie sur les politiques publiques françaises de gestion de la maladie de la «vache folle», ce travail s’efforce de mettre à jour les logiques structurelles de l’emprise du journalisme sur l’action publique. Plus précisément, il s’agit de faire la sociologie des usages des médias dans les champs politique et administratif pour comprendre comment des contraintes générées par le champ journalistique peuvent peser sur les pratiques des agents politiques et administratifs qui font les politiques publiques. Ce travail propose ainsi une réflexion sur les croisements entre les sociologies du journalisme, de la communication et de l’action publique.

Piratages audiovisuels: Des voies souterraines pour la mondialisation culturelle ?

Logo du site pirate "The Pirate Bay"
Pour cette séance du 16 avril 2010 au Site Pouchet, nous avions le plaisir de recevoir Tristan Mattelard (Professeur à l’UFR Cultures et Communication, Université Paris 8 ) , La discussion était engagée par Sonia Hajri (Doctorante à l’université Paris 3)
Avec la montée en puissance des moyens de reproduction numériques, le thème du piratage audiovisuel, cinématographique, musical ou informatique a vu, depuis la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, se développer une abondante littérature s’inquiétant des atteintes que celui-ci porte aux droits de propriété intellectuelle.
L’intervention de notre invité propose de s’éloigner du terrain à partir duquel est communément pensé le piratage — celui du téléchargement illicite dans les pays développés — pour cerner le phénomène dans toute la variété de ses manifestations, en privilégiant les terrains des pays du Sud et de l’Est.
Il s’agit, en s’appuyant sur les rares travaux menés sur ces terrains, de rompre avec les perspectives qui criminalisent le piratage audiovisuel pour interroger les ressorts profonds de celui-ci.
Au travers de cette analyse sur le piratage, ce sont quelques-unes des voies souterraines par lesquelles opère la mondialisation culturelle, qui jouent un rôle aussi décisif que méconnu dans l’approvisionnement en produits culturels des populations, qui sont éclairées.
Vous pouvez retrouver en cliquant ICI l’enregistrement audio de l’intervention de Tistan Mattelard et de la discussion qui s’en est suivi.

Internet est-il un espace public comme les autres ?

Illustration tirée du blog Legitiname, illustrant un article consacré à l'essor d'Internet
Séance du 26 mars 2010 – 10h-12h
Cette séance du séminaire était l’occasion de prendre connaissance et de discuter des derniers travaux de Dominique Cardon (Sociologue au laboratoire SENSE d’Orange Labs et Chercheur associé au Centre d’études des mouvements sociaux CEMS/EHESS). La discussion était engagée par Stéphanie Wojcik (CEDITEC)
Dominique Cardon avait fait de son intervention la présentation suivante : « En élargissant l’espace des prises de parole, Internet pose deux questions nouvelles à la forme traditionnelle de l’espace public. En premier lieu, il favorise des énonciations qui ne répondent pas nécessairement aux critères de publicité mis en oeuvre par les « gate-keeper » habituels, et instaure une sélection et une hiérarchisation ex-post des propos méritant l’attention publique. En second lieu, il transforme des échanges privés en échange public, notamment sur les sites de réseaux sociaux. On s’attachera à tirer des enseignements de ces deux transformations de l’architecture de l’espace public par Internet ».
Vous pouvez retrouver en cliquant ICI l’enregistrement audio de l’intervention de Dominique Cardon. Vous trouverez ICI, en bonne qualité audio, l’enregistrement de la discussion qui s’en est suivi.

La fabrique du people

Une couverture du magazine People
On s’épuiserait à compter les poncifs, élitistes ou populistes, qui s’interposent entre la presse « people » et ses observateurs.  Ceux qui en parlent ne la lisent pas, ceux qui la font restent discrets sur leur pratique. Le regard scientifique sur cet objet – la première presse en France en termes de vente – ne gagne rien à intérioriser les jugements portés sur lui.
Nous étions donc heureux de recevoir, le 19 février dernier entre 10h-12h, Jamil Dakhlia(Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université Nancy 2, CREM (Université de Metz)-LCP (CNRS, Paris) pour une intervention sur « La fabrique du people : Pratiques et identités professionnelles dans la presse de célébrités ». Caroline de Montety (Gripic / CELSA) avait accepté d’entamer la discussion ; Nous remercions nos deux invités, et le public nombreux et actif dans le cours de la discussion.
Jamil Dakhlia propose de son intervention le résumé suivant : « Taxés de complaisance quand ils offrent une image flatteuse des vedettes, ou accusés d’agressivité malsaine lorsqu’ils exploitent le filon de l’indiscrétion, les professionnels de la presse people voient leur activité systématiquement rabattue sur le registre de la faute journalistique. Sans éluder le problème de l’écart des pratiques people à la loi, à l’opinion commune ou à la doxa journalistique, seront ici examinées, grâce à des entretiens et à des observations in situ, les contraintes structurelles qu’imposent aux rédactions people leur dépendance à l’égard des agences photo, d’une part, et l’ambivalence de leurs liens aux personnalités, d’autre part. Puis seront explorés la « sphère subjective » et les systèmes de justification du journalisme échotier, en montrant comment les personnes interrogées négocient avec l’image négative qui leur est accolée pour donner du sens à leur rôle professionnel ».

Courrier des lecteurs : un débat

Esther Bellot, Dame au courrier, 1921
Ecrire au journal, pour protester ou proposer, c’est tenter de bouleverser sa condition de lecteur – particulier, noyé dans la masse – et rappeler le principe démocratique sur lequel fonctionne la presse. Je lis, j’écris, j’ai des choses à dire. A l’heure des blogs et des tchats, le courrier des lecteurs tient d’ailleurs bien la corde – que serait par exemple Télérama sans lui ? En Suisse, où l’on vote plusieurs fois par ans, il semble même avoir une particulière dignité politique.
Le 15 janvier 2010, Patrick Amey (Université de Genève (Uni-Mail) – Département de sociologie) intervenait à propos des formes de légitimation et de cadrage de l’énergie nucléaire, à travers le cas du courrier épistolaire de la presse quotidienne. Marianne Doury (LCP-CNRS)  introduisait ensuite la discussion dans notre petite salle du site Pouchet du CNRS. Merci vous deux.
Prenant appui sur une recherche empirique menée sur le Courrier des lecteurs de la presse quotidienne suisse romande, l’intervention de Patrick Amey mettait en avant quelques-unes des stratégies énonciatives utilisées par des correspondants lecteurs à la veille d’initiatives populaires visant à supprimer l’énergie nucléaire en Suisse.
Sur la base de ce courrier épistolaire, il s’agissait aussi de montrer quels sont les enjeux inhérents à un débat public, où la figure du tiers (le lectorat) et les(auto)évaluations faites des locuteurs et des acteurs investis dans le débat, peuvent expliquer les différents registres et stratégies de crédibilisation mises en place par des correspondants-lecteurs. Podcastez-vous l’intervention de Patrick Amey, c’est passionant et gratuit !
Nous avons tous apprécié apprécié l’atmosphère, la pertinence, la rétroaction d’un auditoire qui s’est approprié la discussion (téléchargeable ici). Le sujet est d’ailleurs bien actuel, à l’heure où les débats tant sur les minarets suisses que sur l’identité française mettent en scène la parole du public – semblant de démocratie participative, pauvre cache-sexe.
++++++
Quelques semaines après l’intervention de Patrick Amey, j’ai trouvé au cours de mes lectures une citation faisant écho à son intervention :
« Durant des siècles, les conditions déterminantes de la vie culturelle affrontaient un petit nombre d’écrivains à des milliers de lecteurs. La fin du siècle dernier vit se produire un changement. Avec l’extension croissante de la presse, qui ne cessait de mettre de nouveaux organes politiques, religieux, scientifiques, professionnels et locaux à la disposition des lecteurs, un nombre toujours plus grand de ceux-ci se trouvèrent engagés occasionnellement dans la vie politique et intellectuelle. Cela débuta avec les boîtes aux lettres que la presse quotidienne ouvrit à ses lecteurs – si bien que, de nos jours, il n’y a guère de travailleur européen qui ne se trouve à même de publier quelque part ses observations personnelles sur le travail sous forme de reportage ou n’importe quoi de cet ordre. La différence entre auteur et public tend ainsi à perdre son caractère fondamental. Elle n’est plus que fonctionnelle, elle peut varier d’un cas à l’autre. Le lecteur est à tout moment prêt à passer écrivain. En qualité de spécialiste qu’il a dû tant bien que mal devenir dans un processus de travail différencié à l’extrême – et le fût-il d’un infime emploi – il peut à tout moment acquérir la qualité d’auteur. Le travail lui-même prend la parole. Et sa représentation par le mot fait partie intégrante du pouvoir nécessaire à son exécution. Les compétences d’accès à la culture ne se fondent plus sur une formation spécialisée, mais sur une technique complexe et deviennent par là bien commun ».
Extrait du livre de Walter Benjamin (1892-1940), L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée (publié en 1936).

La journée des femmes dans les médias britanniques

Emblème du Mouvement de Libération de la Femme
Ce vendredi 18 décembre, nous recevions la Pr. Pam Moores (Aston University, Birmingham). Sylvain Parasie (LATTS), sociologue et maître de conférences à l’université Paris Est/Marne-la-Vallée, avait accepté un rôle de discutant. Nous les remercions grandement tous les deux.
Merci aux chercheuses et doctorantes qui, bravant la neige, vinrent assister à cette séance et contribuer ainsi à sa réussite.
Au Royaume-Uni, la Journée Internationale des Femmes (JIDF) est l’occasion pour de nombreux groupes d’intérêts actifs de marquer l’événement. Au niveau de la vie associative locale, à travers des festivals culturels dans les grandes villes, et même dans certains milieux syndicalistes et politiques, les célébrations ne manquent pas.
Comment ces célébrations sont-elles traitées dans les médias ? Ceux-ci jouent-il un rôle de relais entre ces groupes d’intérêt, leurs activités lors du 8 mars, et le public ? Dans l’agencement des médias et de la réalité vécue, quels agendas dominent ?
Telles furent les questions principales que posa notre invité dans son exposé. Quelles en furent les réponses?…

Des médias de migrants en Italie

Une page parue en juin 2008 dans le supplément "Metropoli"

Le 17 décembre 2009, entre 12h30-14h30, Eugénie Saïtta (CRAPE) nous a présenté les résultats d’une enquête en cours sur L’espace des médias des migrants en Italie, et plus précisément sur le cas du supplément « Metropoli » au quotidien « La Reppublica ». La discussion était engagée par Vincent Tiberj (CEE-Sciences Po).

Remercions au passage les chercheurs et professionnels qui se sont déplacés malgré la neige et la fatigue de fin d’année. Leur présence a grandement contribué à l’émulation de la séance.
Sur le plan scientifique, peu de travaux portent sur l’émergence et le développement de médias créés par et/ou pour les migrants. Pourtant, le programme de recherche MINORITYMEDIA – programme au sein duquel la recherche d’Eugénie Saïtta prend place – a recensé, sur la période couvrant 2000-2007, des milliers d’initiatives de ce type en Europe, dont près de 380 en Italie.
Notre invitée a présenté tout d’abord une « cartographie » des médias des minorités ethniques en Italie. L’objectif était, d’un côté de mettre en évidence l’hétérogénéité de ces initiatives sur la base d’une analyse statistique (372 médias) et, de l’autre, de produire une catégorisation qui identifie les tensions entre différents pôles (commercial, militant, indépendant, public). En analysant des médias « à la marge », il s’agissait d’éclairer la structuration du champ journalistique dans son ensemble.
L’étude de cas portait spécifiquement sur « Metropoli. Il giornale dell’italia multietnica », supplément hebdomadaire d’un des principaux quotidiens nationaux italiens (Repubblica) destiné aux immigrés résidant en Italie et dont les pages sont en partie produites par des collaborateurs d’origine étrangère. Dans quelle mesure Metropoli produit-il un discours en rupture avec celui des médias de masse et, plus généralement, avec le discours et l’ordre social dominants ? Permet-il à des groupes sociaux dominés de formaliser des intérêts et d’exprimer des revendications dans l’espace public, ou d’inventer des espaces d’expression alternatifs ?
Les représentations des migrants dans les médias de masse italiens ont été l’objet de nombreuses études qui ont montré que leur image est négative et fondée sur des lieux communs, leur visibilité dans les produits médiatiques est faible. Les inégalités structurelles et le racisme quotidien vécu par les migrants sont ignorés par les médias traditionnels.

Des rapports de pouvoir dans la culture

Publicité colonialiste pour le chocolat Banania, créée en 1914 par le journaliste Pierre Lardet
Pour cette séance du 4 décembre dernier, le Professeur Eric Macé était l’invité de notre séminaire. Spécialiste des médias, auteur avec Eric Maigret d’un ouvrage sur les Cultural Studies, Eric Macé nous a présenté, au cours d’un exposé décapant émaillé de discussions avec les autres chercheurs présents, son mode d’entrée par les médias dans les « CS ».
Au-delà d’une acclimatation française des travaux de « l’école de Birmingham », il s’agissait bien pour Eric Macé de décrire les montées en généralité sociologiques qui le conduisent aujourd’hui à travailler sur des objets comme les pratiques transgenres et la question des ethnicités et des discriminations ethnoraciales.Pour une présentation plus précise et complète des différentes étapes de la démonstration, résumée par Eric Macé au début de son intervention, cliquez ici.
Parcourue d’exemples – images, extraits d’émission TV et web – la présentation a une portée théorique forte, qu’on pourrait résumer par cette question : comment penser un monde structuré par des rapports de pouvoir? L’enjeu étant de discuter les approches sociologiques en termes de domination. Vous trouverez ici- hélas sans les images – l’enregistrement de l’exposé.
=========================
Biblio-web
La Société et son double. Une journée ordinaire de télévision – Xavier Molénat, Éric Macé, Armand Colin/Ina, une présentation par le magazine Sciences Humaines.
Apartcatoutvabien.com est le premier site de comédie islamique. Il réalise et diffuse des films comiques avec des acteurs musulmans. Eric Macé a illustré sa présentation avec le sketch « le côté obscur ».
Pour nous présenter un face-à-face saisissant entre le contre-stéréotype Rachid Arab et l’anti-stéréotype Jamel Debbouze, Eric Macé nous a passé ce sketch.
On ne présente plus l’excellent ouvrage d’Erik Neveu et d’Armand Mattelard Introduction aux Cultural Studies (La Découverte, 2008). Vous trouverez iciune version PDF d’un article des deux auteurs, paru dans Réseaux, où l’on retrouve les grands traits de cet ouvrage.

Quelle contribution des médias aux logiques de domination ?

Mire
La séance du 22 octobre 2009, la première de cette seconde saison du séminaire, s’est déroulée comme prévu entre 12h30 et 14h30, dans la salle Jean Monnet des bâtiments de Science Po, 59 rue Jacob. Les organisateurs remercient chaleureusement le Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po pour son soutien matériel et scientifique.
Jean-Baptiste Comby (CARISM) et Mathieu Grossetête (LaSSP) ont développé une réflexion commune sur la médiatisation et les appropriations sociales des enjeux liés aux politiques publiques.
Selon les auteurs, respectivement spécialistes de la médiatisation du changement climatique et de la sécurité routière, cette logique participe d’un mouvement plus général qui consiste à « sensibiliser » le plus grand nombre à des impératifs catégoriques, difficilement discutables
Pour Jean-Baptiste Comby, l’impératif de «sensibilisation » aux enjeux climatiques imprègne la plupart des biens symboliques produits, dans l’optique de valoriser publiquement les enjeux climatiques. Idéologiquement inscrite au cœur d’un processus de marchandisation des questions environnementales, la « sensibilisation » im-pose un cadre symbolique qui n’est pas neutre sociologiquement. Celui-ci garantit au contraire aux groupes sociaux les mieux dotés matériellement et culturellement la possibilité de faire valoir leurs manières de lire et de vivre les enjeux des changements climatiques rendus visibles.
Nous remercions les invités, ainsi que les personnes présentes pour leur contribution au débat qui a suivi leur présentation.