Transformations du journalisme

Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, publié aux Presses Universitaires de Rennes et co-dirigé par Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard.
La troisième séance de notre séminaire recevait trois contributrices à l’ouvrage collectif Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, publié aux Presses Universitaires de Rennes et co-dirigé par Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard. Nous recevions donc les enseignantes-chercheuses, Valérie Croissant (MCF, Lyon-II), Valérie Jeanne-Perrier (MCF, CELSA) et Roselyne Ringoot (MCF, IEP de Rennes), tous trois membres du Réseau d’Etudes sur le Journalisme. Toutes trois conduisent depuis plusieurs années des projets sur les nouvelles pratiques et les nouveaux acteurs de ce journalisme en invention. L’ouvrage auxquelles ces chercheuses ont contribué traite des transformations des pratiques journalistiques relatives à la multiplication des publications en ligne et des magazines de marque, au phénomène des blogues, au déclin de la presse d’information générale payante et au succès de la presse gratuite et des magazines. Entre rappel des enjeux et des résultats du livre, et remise en jeu de ces acquits dans de nouvelles recherches en cours, la séance s’est articulée autour de la question suivante : Peut-on rendre compte des changements en cours dans la presse autrement qu’en termes de confusion, de subversion, de domination, de renoncement ?
Partant du postulat que le journalisme n’a jamais eu l’homogénéité qu’on lui attribue, nos invitées se sont efforcées de décrire ces objets en mutation dans une perspective non normative.
Rozelyne Ringoot rappelle que ce refus d’étudier ces objets par la norme avait deux principaux enjeux. D’abord, celui de ne pas tomber dans le piège essentialiste d’une recherche du « vrai journalisme », d’un « journalisme authentique ». Le risque était d’autant plus fort que – qu’on étudie par exemple le travail des rédacteurs du magazine EPOK, édité, distribué et vendu par la FNAC, ou celui des blogueurs – le risque est patent de relayer dans ses discours le stigmate venant de la presse institutionnelle. Il s’agissait aussi, rappelle notre intervenante, de relever le défi d’engager dans l’analyse un usage hétérodoxe de la notion de « pratique discursive », empruntée au Michel Foucault de Les Mots et les Choses – lequel, ce serait trop facile, n’a pas conçu la notion pour l’étude du journalisme. Roselyne Ringoot explique que le cadre conceptuel de cette enquête s’est attaché à distinguer les différentes pratiques de discours qui ont lieu dans l’écriture journalistique d’une part, lorsque les journalistes parlent de leur travail d’autre part, et enfin lorsqu’émergent, depuis d’autres espaces, des discours d’autres acteurs sur leur pratique.
Cette approche en terme de mise en relation des pratiques, et d’analyse des logiques de dispersions à l’œuvre supposait de ne pas prendre pour référence un discours « vrai » à l’aune duquel juger les autres. L’enjeu est de développer d’une part un appareillage conceptuel suffisamment souple pour conduire des enquêtes très différentes, et suffisamment fin d’autre part pour relever la qualité spécifique de ces objets « en marge » du jeu journalistique. Objets qu’une approche plus classique, en termes de « champ » ou de « domination », ou encore de « fonction » et d’« institutions », aurait pu risquer d’écraser.
Valérie Jeanne-Perrier rappelle que son propre travail sur les blogs et les blogueurs, co-conduit avec Florence Le Cam, s’inscrivait également dans cette perspective d’aller chercher hors de la pratique instituée du journalisme. La plupart des bloggers ont en commun avec nombre de journalistes, de définir leur propre pratique soit en épousant la norme journalistique, soit en s’y référant sur le mode de la critique, de la distance ou du refus. Son enquête montre les logiques de captation et de réincorporation par les bloggers des pratiques journalistiques dominantes.
Pourquoi s’être intéressées aux blogs ? En 2003, lorsque commence l’enquête, Valérie Jeanne-Perrier et Florence Le Cam observent qu’en France et au Québec s’épanouit la pratique des blogs, dans lequel les deux chercheuses repèrent ces fameuses pratiques de « hors champ journalistiques ».
S’ensuit une observation participante, la création d’un blog – (témoignage de ce passage sur le web :  une partie du blog archivé ici). Les chercheuses remarquent que, dans la circulation des discours autour du blog et notamment dans les commentaires, s’élaborent des manières inédites de faire du journalisme – des discours de professionnels des médias auxquels se mêlent d’autres discours issus des métiers de la documentation, des développeurs Internet. Le blog devient ainsi un dispositif d’imaginaires mêlés où « quelque chose » se raconte. L’ensemble de l’enquête s’est également adossée à un corpus de 200 blogs, où les chercheuses ont analysé les stratégies de « présentation de soi » des publiants.
La présentation de Valérie Croissant s’est partagé entre le compte-rendu de l’enquête à sur le magazine EPOK de la FNAC – mené avec Franck Rébillard, Anne-Lise Touboul et William Spano – et le compte-rendu de ses travaux centrés sur « l’ordinaire du journalisme ». L’enquête sur EPOK, qui démarre à partir d’une interrogation sur les « genres » journalistiques et leur hybridation, s’est en partie fixée par hasard sur ce support.
Support commercial – le journal traite des produits vendus par la FNAC, mais aussi distribué et vendu à la FNAC – EPOK se rapproche des supports de presse classique. L’enquête s’est poursuivie par l’analyse des discours des journaux institutionnels SUR la création du journal. Beaucoup de modération, très peu de dénonciation contre cette forme particulière de journalisme culturel… qui emploie par ailleurs plusieurs « plumes » du journalisme culturel de la presse.
La présentation de ces trois chercheuses nous a permis une brève visite d’objets hors-norme du journalisme, objets en mutation dans une perspective non normative – autant de nouvelles façons de faire du journalisme. Autant de pratiques à la marge qui se rapportent à un enjeu central, puisqu’elles modifient tant les pratiques des journalistes «traditionnels », que l’image que ceux-ci peuvent avoir de leurs lecteurs. L’ouvrage évoque plusieurs autres travaux novateurs qui abordent l’étude de la presse par ses objets les moins légitimes – citons parmi eux les travaux de Jamil Dakhlia sur la presse people, ou ceux d’Annette Hill au Royaume-Uni sur la « Factual TV », la TV qui reste allumée et qu’on regarde en passant devant. Se dessine ainsi une tendance forte, dans l’étude des médias, à relativiser l’importance institutionnelle des « grands médias » pour s’intéresser à des objets heuristiques, et très importants par ailleurs dans la consommation que tout un chacun en fait.
Vous pouvez cliquer ici pour écouter l’intervention de nos invitées.

Figures du portrait de presse, problèmes de la démocratie

Luc Courchesne, "Portrait N°1"
L’invitation d’Adeline Wrona à notre séminaire relevait de trois principales préoccupations. D’une part, la question de la construction de l’image publique. La mise en scène de l’espace public par les journalistes s’accompagne le plus souvent du maniement de personnages, de figures par lesquels s’instaure un lien de proximité avec le public. Le thème majeur des recherches d’Adeline Wrona, maîtresse de conférences au CELSA, est le portrait de presse. En l’invitant, nous avions le projet de réfléchir à comment différents usages de cette mise en scène se retrouvent dans l’activité de « portraiture », de description d’un individu/modèle par les traits qu’on lui suppose les plus caractéristiques.
Notre seconde préoccupation portait sur le caractère ambigu du portrait de presse, son articulation entre le particulier et le général Ce qu’Adeline Wrona, citant Louis Quéré, appelle le « tiers abstrait », cette fonction de soudure démocratique qu’effectue cet individu général. Métonymie, antonomase, le portrait est une figure de style exprimant le tout par la partie. Ce n’était pas le moindre plaisir pour nous, sociologues et politistes de formation, de discuter avec une chercheuse de formation littéraire et SIC nous invitant à problématiser le système démocratique en nous penchant sur le mystère du signifiant qui l’articule. Notre troisième interrogation portait sur la notion de « rôle » – concept sociologique permettant d’étudier l’activité journalistique tant dans les rôles que ces professionnels endossent que ceux qu’ils font endosser à ceux qu’ils mettent en scène.
Une retranscription très imparfaite des échanges qui ont eu lieu, au cours de cette séance du 3 avril 2009 au matin dans les locaux du site Pouchet – tous nos remerciements au CSU-CRESPPA, « Labo en lutte » contre le démantèlement du CNRS, les réformes à l’université et la
précarisation massive, pour leur hébergement – ressemblerait à ce qui suit. Adeline Wrona a accepté de présenter sa recherche en cours à partir de l’article « vies minuscules, vies exemplaires » paru dans Réseaux, portant sur les Portraits of Griefs (PoG) parus dans le New York Times au lendemain du 11 septembre. Sur la question de « comment les journalistes travaillent l’image de leur modèles », l’objet « Portraits of Griefs » – portraits des disparus du Word Trade Center, icônes du deuil américain – est vite apparu comme un objet limite, donc éclairant à plus d’un titre. Ces portraits avaient pour ambition de présenter l’un après l’autre les 2310 disparus de l’attaque terroriste du WTC. Portraits d’inconnus donc, pris dans un événement à la notoriété considérable, alors même que la plupart des portraits de presse visent à mieux connaître une personnalité en vue. D’autre part, le travail des journalistes sur les PoG est bien différent de la rencontre habituelle entre journaliste et portraituré. Comment les reporters du New York Times (NYT) font-ils pour présenter ces inconnus, morts avant qu’ils aient pu les rencontrer ? On a là un défi logistique pour les journalistes, qui d’une part doivent contacter les familles et amis du disparu pour se faire une idée du personnage, et qui doivent d’autre part se relayer dans la « cellule » du NYT, composée de reporters détachés chacun pour quinze jours environ à cette tâche éprouvante. Appeler les familles – via les petits mots déposés au pied des ruines des tours – rencontrer les amis, les collègues éplorés etc. Les reporters se relaient dans cette pénible tâche de collecte d’affects et de souvenirs.
La présentation d’Adeline Wrona était discutée par Julien Talpin et Vincent Goulet. Tous deux ont souligné la limite de l’objet « PoG » dans l’articulation entre le particulier et le général. D’une part, leur forme abstraite et recroquevillée – 180 mots, un « médaillon » explique Adeline Wrona – permet mal la montée en généralité qui rendraient « exemplaires » les vies « minuscules » des disparus. D’autre part, le caractère posthume du portrait ferait d’abord du disparu un acteur « exemplaire » dans le sens « exempt de tout écart de la norme » – des morts, on ne dit que du bien. Adeline Wrona souligne que cet arraisonnement du modèle à quelques aspects moraux se retrouvent dans plus d’un portrait de presse. Et de citer pour exemple le portrait « popote » de Bret Easton Ellis paru dans la presse féminine. Dans lequel on finissait par faire dire à l’écrivain « destroy » son intérêt pour la nourriture équilibrée et les bonnes nuits de sommeil.
Cette jonction entre la figure morale et l’individu décrit est au cœur de la seconde problématique dite « de la partie pour le tout ». Les sociétés démocratiques sont aujourd’hui, comme Pierre Rosanvallon le souligne dans son dernier ouvrage, en quête de nouvelles formes de légitimité leur permettant d’articulant l’individu particulier à l’intérêt général. En ce sens, la portraiture journalistique propose un lien entre l’individu et le groupe, en s’appuyant sur quelques liens forts – le rapport que le modèle entretient avec sa famille, sa religion, sa nourriture, son cercle d’amis, son pays, son travail. La mise en scène de ces liens au cours de la description de l’individu semble pouvoir en effet réactiver le lien entre le lecteur, le modèle et les entités abstraites qui constituent leur monde commun. Adeline Wrona souligne par ailleurs une dimension idéologique supplémentaire du portrait, qui réside dans sa forme sérielle, systématique, son « moule ». Le journaliste y insère son modèle, ce qui lui permet de soumettre upon objet sémantique convaincant aux lecteurs dans le temps court de la parution. Cette forme porteuse d’idéologie – leçon de la linguistique structurale – ramène le portrait de presse à la société qui le produit (notamment à on interprétation taylorienne de la soudure démocratique).
Enfin, la question du portrait comme composition du « rôle » par le « texte » est apparue par saccades, sans prendre un rôle central dans cette séance. Pourtant, la discussion était tentante, dans cette dynamique de réflexion sur la médiatisation de ces récits de vie que sont les portraits. Les portraits de presse mettent-ils en scène des « rôles » ? « Ce que vous appelez “rôle”, je préfère l’appeler “récit” » précise Adeline Wrona. Il y a cette forte similitude du rôle au récit, attestée par les formes contemporaines de présentation de soi en politique. Ainsi du livre de Christian Salmon sur le Storytelling, où l’acteur public se présente par le déroulement d’un récit dans lequel le spectateur peut se laisser inclure.
Ce rapprochement entre « récit » littéraire et « rôle » sociologique, gratification permise par le caractère interdisciplinaire de cette rencontre, donne à penser à la sociologie du journalisme jusque dans sa dimension ethnographique. Dans le geste même où elle traque les corps au travail, en action, que récolte-t-elle sinon des signes ? De nombreuses études de dispositifs médiatiques, notamment réalisées sous le patronage théorique de Goffman, donnent à comprendre les rôles joués par les acteurs comme une conjonction de signes. Des figures qui sont autant de ressources disponibles au journaliste lorsqu’il veut faire converger sur sa mise en scène publique la somme des intérêts individuels.
Bibliographie
Pierre Rosanvallon, La Légitimité Démocratique – Impartialité, Reflexivité, Proximité, Paris, Seuil, 2008.
Christian Salmon, Storytelling. La Machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2007.
Adeline Wrona, « Vies minuscules, vies exemplaires : récit d’individu et actualité. Le cas des portraits of grief parus dans le new york times après le 11 septembre 2001 », Paris, Réseaux n°132, 2005.
IMAGE
L’image qui illustre cet article est tirée de l’oeuvre de Luc Courchesne. artiste qui vit et travaille à Montréal (Québec). Professeur à l’École de design industriel de l’Université de Montréal,cer artiste est très ancré dans la communauté montréalaise des arts médiatiques. Co-fondateur et longtemps président du conseil d’administration de la Société des arts technologiques (SAT), il est notamment l’auteur de du « Portrait N°1 » que voici. L’œuvre nous a paru illustrer de façon pertinente le caractère à la fois fictionnel et de rencontre déterminée avec un personnage qui est indissociable de l’exercice de portraiture.
Pour une plus ample information sur cet artiste :
http://www.fondation-langlois.org/e-art/f/luc-courchesne.html

Nicolas Hubé et les Unes de quotidiens

Durant cette première séance du séminaire, qui a eu lieu le vendredi 20 mars 2009 au matin dans la salle 159 du site Pouchet, Nicolas Hubé nous a présenté l’ouvrage tiré de sa thèse sur les « Unes » de quotidiens en France et en Allemagne. Maître de Conférences à l’Université Paris I-Sorbonne, sa thèse repose sur une analyse de discours et des observations menées dans cinq quotidiens français – trois quotidiens nationaux : Le Monde, Libération et Le Figaro, deux quotidien régionaux : L’Alsace et Le Parisien – et cinq quotidiens allemands – Frankfurter Allgemeine Zeitung, Frankfurter Rundschau, Süddeutsche Zeitung, Tageszeitung et Die Welt. Nicolas Hubé a choisi pour ce séminaire d’accentuer sa présentation sur le cas français.
Figure médiatique imposante, présente sur de nombreux supports (web, revue de presse télévisée, affichettes de kiosque), la « Une » de quotidien constituait un enjeu fort pour débuter cette réflexion sur le fonctionnement interne et la logique propre des médias dans la vie démocratique. Le spectre des réformes universitaires en cours, et particulièrement la mobilisation interprofessionnelle de la veille, pesait naturellement sur notre réflexion matinale. Il s’agissait également de comprendre, au cours de la discussion, dans quelle mesure le mouvement global de protestation des chercheurs – lecteurs et contributeurs de presse – pouvait voir les préoccupations politiques qui sont les siennes se refléter ou pas en « Une » des quotidiens.
Le travail de Nicolas Hubé offrait dans ce domaine au moins deux qualités fortes. Son enquête dans plusieurs rédactions françaises et allemandes permet de mettre sérieusement en perspective la situation hexagonale, où l’importance de la « Une » – ses changements de forme, sa promotion par l’affiche, son accroche du lecteur – est particulière. La presse quotidienne allemande, nous explique-t-il, connait aussi régulièrement des crises économiques, qui l’obligent à modifier son modèle économique. Mais, financée par la publicité et la vente par abonnement, elle ne voit pas dans le changement de « Une » la solution à son manque de ressources. Se dessine alors en contrepoint le modèle d’une presse quotidienne française sous-capitalisée, très dépendante de son marché francilien, dépendante enfin de l’achalandage quotidien qu’elle doit renouveler chaque jour en kiosque pour pallier au manque d’abonnement. La « Une » française, comme sa consœur allemande, tient autant de la vitrine de magasin que de la table des matières. Il lui faut à la fois présenter une information quotidienne hiérarchisée, structurée par des choix éditoriaux, et vendre cet ensemble au lecteur pour lui donner envie de lire. Sans doute sa structure économique fait-elle que son rôle de vitrine tient une place importante dans sa stratégie de survie. Sans doute ce modèle économique explique autant qu’il le nourrit, l’immixtion progressive de ce que Nicolas Hubé appelle dans sa présentation le « référentiel Marketing » dans la manière dont les professionnels de la presse pensent leur métier. Mais nous y reviendrons.
L’autre point fort de la présentation de Nicolas Hubé tient à la somme d’anecdotes et de moments signifiants avec lequel il étaye sa présentation – tous extraits de son observation ethnographique au cours de stages dans les quotidiens qu’il a choisi comme objet d’étude. Nicolas Hubé présente des extraits d’entretiens, des moments vécus de conférences de rédaction au cours desquels les journalistes et les professionnels du journal justifient leur désir de voir « leur » information traitée en « une ». D’un quotidien à l’autre, les conférences de rédaction rassemblent en général les chefs de service des différentes rubriques, chacune ayant le plus souvent en vue de voir son information du jour occuper le sommet du podium, figurer en gros titre et en première page. En observant la manière dont les journalistes justifient leur prétention à la « une », celle dont les professionnels du graphisme et de la lettrine justifient les changements de cette « une » en situation de crise, le discours des consultants chargés de superviser ces changements ou encore la façon dont les directeurs de rédactions justifient l’appel coûteux à ces mêmes consultants auprès des autres salariés, Nicolas Hubé propose donc de rassembler ces différents changements sous un concept commun, emprunté à l’analyse des politiques publiques. C’est le « référentiel », schème réflexif qui « délimite des valeurs, des normes et des relations causales qui s’imposent comme un cadre cognitif et normatif pour les acteurs engagés dans la confrontation de leurs intérêts » (Muller, 2005). On glisserait ainsi du « référentiel institutionnel » des années 1960 (et le fameux « faites emmerdant » attribué à tort à Hubert Beuve-Mery, directeur du Monde d’alors) à l’actuel « référentiel marketing » qui pense le lecteur comme une somme d’individus désirants, avides de satisfactions.
La discussion de cette présentation fut impulsée par Nicolas Kaciaf, Maître de Conférences à l’Université Versailles Saint-Quentin, ne saurait être résumée en quelques lignes. Mentionnons néanmoins que l’usage de la notion de « référentiel » s’est bien vite retrouvé sur le grill. Sur le plan conceptuel, tout d’abord : était-il si heureux d’employer ce concept-ci, plutôt par exemple que celui de « cité » proposé par Boltanski et Thévenot ? D’autre part, sur le plan socio-historique : pouvait-on considérer l’évolution de la presse française et de ses « unes » comme un déroulé linéaire vers le « référentiel marchand », alors même que le Monde commandait dès les années 1960 des enquêtes sur les revenus et le profil de son lectorat… concluant déjà à la nécessité d’attirer de plus en plus de « cadres » dont le fort pouvoir d’achat laissait augurer de fortes recettes publicitaires ? On trouve trace de ces enquêtes dans le courrier de jacques Sauvageot, directeur du Monde d’alors – courrier repris et analysé dans le livre de Nicolas Hubé.
La réponse de Nicolas Hubé laisse percevoir la complexité qui traverse l’organisation des journaux quotidiens. En effet, le référentiel marketing est déjà présent dans la presse française des années 1960, et probablement bien en-deçà – la presse à grand tirage du début du siècle porte à la « Une » les marques d’un savoir-faire marchand certain. Le rôle de ce référentiel dans les changements de Une actuels tient à la situation de crise récurrente des journaux français depuis le début des années 1980. L’appel au marketing, à son discours psychologisant, ne porte jamais aussi bien que lorsque les acteurs sont privés de la stabilité économique qui les faisaient continuer dans leur mission d’information sans avoir à s’interroger sur leur rôle (vendeur d’informations ? Educateur du citoyen ?).
Le second temps de sa réponse précise son usage de la notion de « référentiel ». Si celle-ci se rapproche de la notion de « monde » boltanskien (ensemble idéologique de référence « normant » la conduite des acteurs en situation, implicite en temps normal mais explicité en situation de crise), la notion empruntée à Pierre Muller a l’avantage d’offrir une trame conceptuelle beaucoup moins contraignante, laissant alors toute latitude pour décrire la manière dont les acteurs s’approprient en situation l’ensemble des normes référentes. Le journaliste, en position de composer le journal, s’adosse à ce référentiel pour se composer un rôle, participer à un collectif de travail où les intervenants s’insèrent, selon de mot de l’auteur, dans un grand « bazar de la rationalité ».
Bibliographie
MULLER P. (2005), « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs. », Revue française de science politique, vol 55, n°1.
HUBE N. (2008), Décrocher la « UNE ». Le choix des titres de première page de la presse quotidienne en France et en Allemagne, Presses Universitaires de Strasbourg.