Genre, politique et discours journalistique

Implicitement sexiste ?

Genre, politique et discours journalistique

Séance du séminaire Figures Médiatiques de la représentation co-organisée avec l’association Effigies et le RT 37 de  l’Association Française de Sociologie – Université Paris I Sorbonne, Salle 1, 12 place du Panthéon, Paris 5e (RER Luxembourg, M°Odéon).

15 mars 2013, 10h-13h

« Pourquoi les journalistes de la presse de référence n’évoquent-ils pas en leur nom propre le rôle joué par le genre des personnalités politiques ? Comment interpréter cette représentation fuyante ? Aurélie Olivesi présentera la démarche de recherche qui l’a conduit, à partir de cette question, à écrire son livre Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique paru en 2012 aux Presses Universitaires du Mirail dans la collection Le Temps du Genre.

Son travail s’appuie sur un paradoxe apparu au cours de la campagne présidentielle de 2007. Cette élection présidentielle présentait une situation inédite : pour la première fois, une femme se trouvait candidate d’un parti de gouvernement en position d’éligibilité. Cette élection semblait ainsi offrir un terrain particulièrement pertinent pour étudier l’évolution du discours portant sur le genre en politique (au sens de gender, le sexe en tant qu’il est socialement construit), et la constitution du genre dans le discours médiatique.

Ce paradoxe était lié au décalage de perception de la constitution du genre en fonction du type de lecture des médias. En effet, alors qu’une observation flottante des médias durant la campagne montrait l’importance de l’identité de genre des candidats dans la construction de leur image, l’analyse précise d’éléments médiatiques isolés (comme des articles ou des reportages) ne permettait pas d’obtenir une représentation du genre qui correspondait à cette observation flottante. Au contraire, le genre des candidats ne semblait jouer aucun rôle dans les analyses de la campagne menées par les journalistes politiques.

L’enjeu de ses recherches a donc été de parvenir à obtenir un angle d’observation permettant de comprendre comment s’organisait la représentation du genre des candidats lors de l’élection présidentielle de 2007, et quel rôle jouait exactement leur genre dans la construction de leur image médiatique.

Retrouvez ici un enregistrement de l’intervention d’Aurélie Olivesi et du débat.

 

Les patrons de la presse nationale, tous mauvais

Enregistrement audio de la séance à télécharger en cliquant sur ce lien.

Le rachat des journaux régionaux du groupe La Provence par l’homme d’affaire Bernard Tapie a récemment alimenté, dans le milieu politique, un débat sur les arrière-pensées qui pourraient avoir motivé sa démarche. L’intéressé a largement contribué à nourrir ces soupçons, affirmant publiquement qu’il « ne connaît rien à la presse », laissant entendre qu’il fallait donc chercher ailleurs la motivation de ce rachat. En quoi cette anecdote est-elle symptomatique d’un certain regard sur le fonctionnement et les usages possibles de la presse en France ? On peut relever que cette conception utilitaire s’avère très répandue chez les élites françaises : l’histoire récente ne manque pas d’exemples d’industriels, de financiers, de responsables politiques qui se sont appuyés, à un moment ou à un autre, sur un ou plusieurs média dont ils étaient propriétaires pour favoriser leur candidature à la tête d’une mairie, à l’obtention d’appels d’offres, ou encore pour faire œuvre de militantisme. Au-delà, on peut noter que cette vision de la presse procède d’une idée très bien reçue, au-delà du cercle restreint des potentiels propriétaires de journaux : ces derniers seraient tout-puissants face à la rédaction de leur titre, et pourraient faire publier ce qu’ils veulent aux médias qu’ils possèdent. Cette conception de la relation entre les groupes de presse et leurs propriétaires procède d’un oubli général du monde complexe de travail des médias, de l’histoire singulière de chaque titre, du rapport fragile qu’il entretient avec son public.
Le séminaire auquel nous vous invitons se propose donc d’aborder cet impensé à partir de l’objet « patron de presse », en posant cette question : à quoi les propriétaires de médias sont-ils supposés servir? Dans quelle mesure les difficultés actuelles de la presse française, et notamment celle de la presse quotidienne, sont-elles imputables à leurs propres errances gestionnaires ? Une discussion rigoureuse et informée sur le rôle de ces dirigeants, et d’une manière plus générale sur l’environnement économico-industriel dans lequel ils exercent leurs décisions, permettra notamment d’éclairer les paradoxes dans lesquels la presse française se débat en tant qu’industrie culturelle. Plus précisément, cette discussion pourra intéresser celles et ceux qui assistent, en observateurs, aux mutations que cette activité subit face au développement protéiforme de l’économie de la gratuité.
Cette nouvelle édition du séminaire « figures médiatiques de la représentation » aura donc le plaisir de recevoir Jean Stern, journaliste et formateur (EMI-CFD/Paris X), auteur du livre Les patrons de la presse nationale, Tous mauvais (La Fabrique, 2012). Sa présentation lui donnera l’occasion de rappeler la thèse de son livre (cf. Présentation du livre par l’éditeur, en fin de ce mail), qui sera ensuite discutée par Franck Rebillard, professeur d’économie des médias à l’université Paris 3. Suivant l’habitude du séminaire, une heure de discussion sera ensuite consacrée aux échanges entre l’auteur, le discutant et le public.

Cette séance du séminaire aura lieu le 19 février prochain à 10h au site Pouchet du CNRS: 59-61 rue Pouchet, m°Brochant, Guy Moquet, Place de Clichy. L’entrée est libre, sans réservation.

 

 

Présentation du livre par les éditions La Fabrique
La presse va mal en France parce que les patrons du CAC 40 ont mis la main dessus : telle est l’idée centrale de ce livre. À la Libération, on ne parlait que de mettre les journaux à l’abri des puissances d’argent, de protéger leur indépendance. Mais au fil des années, cette louable ambition s’est effilochée. Aujourd’hui, les Arnault, les Dassault les Pigasse, les Lagardère, les Pinault, les Bolloré et autres seigneurs contrôlent la presse nationale via leurs holdings aussi opaques que rémunératrices. Jean Stern, homme de presse s’il en est, montre comment les “journalistes-managers” – July, Colombani – ont conduit Libération et Le Monde à leur perte avant d’en être éjectés sans égard. Comment les journaux qui perdent de l’argent permettent aux patrons de payer moins d’impôts ? Comment les divers “conseils de surveillance”, “chartes d’indépendance” et autres gadgets n’empêchent nullement les patrons de pressurer les rédactions en exigeant des économies ?
Les journaux finiront-ils en “fermes de contenus” où des pigistes à domicile rédigeront des “articles” à la chaîne adaptés aux algorithmes des moteurs de recherche ? C’est ce que l’on peut craindre si l’on laisse faire le capitalisme déchaîné.

Jean Stern
Jean Stern est journaliste. Ancien de Libération et de La Tribune, il a également travaillé pour 7 à Paris et Le Nouvel Économiste. Il a participé à la fondation de Gai Pied en 1978 et est l’éditeur de la revue De l’autre côté. Il est aujourd’hui directeur pédagogique de l’EMI, Scop de formation à l’université Paris X.

 

Form, Style and Strategy of European Journalism, 1880-2005

Vendredi 14 janvier 2011

Form, Style and Strategy of European Journalism, 1880-2005
Site Pouchet du CNRS – 14h-16h, Salle 108

Intervention de Marcel Broersma, Professor of Journalism Studies at the University of Groningen.
Discutant principal : Nicolas Kaciaf, MCF en science politique à l’Université Versailles Saint-Quentin.

Présentation : This research project aims to study (a) the transformation of European journalism through the categories of form and style, and (b) transformations in the public sphere which accompanied this development. It will result in theses on forms of reporting, the interview and the reportage, which contested the boundaries of the public sphere, and (2) a synthesizing study on the development of European journalistic styles and their contribution to the enlargement of the public sphere. The study of the transformation of journalistic forms and styles is a new field of study. It uses a comparative approach to examine the development of journalistic practices, routines and conventions in their cultural, political and economic context. By doing so it tries to reveal the ideological framework of journalism at a certain time and place, i.e. the underlying processes which determine which issues are public and which are not.
Journalism is a performative discourse which by the choice of forms and stylistic devices aims to impose and legitimize valid representations of the social world. Journalistic texts should be understood as strategic interpretations of reality which create meaning. Both the interview and the reportage were ‘invented’ in a process of professionalisation since the 1880s to gain (a) professional authority and (b) autonomy towards politicians and other public figures. As both genres and discursive practices they embody the ideological framework of the ‘new’, non-partisan journalism.
Newspapers will be studied from countries which are representative for the three European media systems distinguished by Hallin and Mancini (2004), i.e. Great Britain, the Netherlands and France. This comparison can elucidate institutional and cultural differences which influence the pace and character of journalistic change. This project benefits from history, literary sciences and communication studies by combining content analysis and stylistic analysis of journalistic texts with historical research into their contexts.

L’intervention de Marcel Broersma et la discussion qui s’en est suivi sont disponibles ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins.

Le pouvoir de mise sur agenda du Monde. Dynamique et typologie des enjeux

Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Emiliano Grossman, chargé de recherche à Sciences Po, rattaché au Centre d’études européennes.
Discutante principale : Lise Jacquez, doctorante à l’ELICO.

Présentation (rédigée par l’intervenant) : « L’intervention présentera les premiers résultats d’une enquête encore en cours sur l’interaction entre agenda médiatique et attention politique. L’objectif est double. Il s’agit d’abord de réaliser une cartographie des enjeux et de leurs spécificités dans le temps en termes d’attention politique et médiatique. Ensuite, l’objectif est de présenter une analyse dynamique des interactions entre agendas médiatiques et politiques. Elle espère ainsi contribuer à notre compréhension du pouvoir de mise sur agenda des médias et, au contraire, du pouvoir des politiques sur les médias. Sans surprise, nos analyses ne confirment aucune des deux hypothèses de manière univoque. Cette analyse s’appuie sur des données nouvelles récoltées et codées dans le cadre du projet Agendas France ».

L’intervention de Emiliano Grossman est disponible ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins – vous pourrez écouter ici le fil de la discussion qui s’en est suivi.

L’objectivité sur le fil. La production des faits journalistiques à l’Agence France-Presse

L’intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP a été discutée par Gaël Villeneuve, docteur en science politique, membre associé du laboratoire Cresppa/CSU, et par les membres du public réunis pour l’écouter.

Rappelons le principe de cette intervention telle que l’a résumé notre intervenant : « De quelles vérités les journalistes sont-ils capables, ou, plus précisément, quels genres de vérités énoncent-ils et dans/à quelles conditions y parviennent-ils ? Dans une perspective de sociologie pragmatique (Lemieux, Latour…), et en m’efforçant d’éviter certains écueils du socio-constructivisme dans l’analyse de la production des faits journalistiques, je me suis attaché, dans une thèse de doctorat de science politique soutenue en janvier 2010 à l’IEP de Paris, à décrire le plus précisément possible l’action collective consistant à fabriquer une information jugée « objective ». Dans le prolongement de la sociologie américaine du « newsmaking » (et notamment les travaux de Gaye Tuchman), j’ai pris le parti, à travers l’exemple de l’AFP, d’analyser (en alliant entretiens, analyse des formes et des contenus, observation ethnographique et participation observante qu’autorise la position particulière de chercheur-indigène) les questions professionnelles pratiques, mais aussi les enjeux politiques, soulevés par l’objectivité en s’intéressant à ce que les agenciers font concrètement pour traduire le plus objectivement possible les événements. Cette enquête se différencie cependant de ces travaux en vérifiant l’hypothèse centrale que le respect de règles professionnelles de distanciation, encouragé par des formats d’objectivité, permet effectivement aux journalistes, dans une certaine mesure, de produire des informations plus « objectives ». Elle relève aussi les limites et les difficultés de cette solution des formats d’objectivité, en pointant leur ambivalence. L’objectif de mon intervention dans ce séminaire est de rendre compte brièvement de la démarche adoptée dans cette thèse et de soumettre à la discussion ses principaux résultats ».

L’intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP, est disponible ici – les fichiers sont enregistrés et encodés par nos soins.

Les « consultants médias »

Compte-rendu de la séance du vendredi 22 octobre 2010 : merci aux intervenants et au public, nombreux et actif compte tenu du mouvement social en cours (auquel nous tenons à témoigner de notre solidarité). Rappelons le principe de l’intervention de Marie Brandewinder, discutée par Nicolas Hubé :

« Les consultants médias, au sens de consultants d’entreprise intervenant sur la gestion, l’organisation, la production et le « produit », jouent un rôle croissant dans le secteur des médias, y compris dans ceux qui – la presse quotidienne, par exemple – s’en sont longtemps passés.

Cette évolution s’inscrit dans le mouvement plus large d’importation des logiques économiques et financière dans ce secteur. Au-delà de cette généralité, la fonction exacte des consultants est difficile à cerner. Leur intervention ne semble pas affecter l’activité du média considéré, du moins si l’on  retient de celle-ci une définition industrielle de production et de commercialisation de contenu médiatique. Focalisée sur les représentations et les critères d’évaluation, l’action des consultants contribue justement à faire évoluer la définition de l’activité des entreprises de médias, à les inscrire dans de nouveaux référentiels et de nouveaux réseaux : non plus politiques ni même industriels… mais financiers.


L’intervention de Marie Brandewinder est disponible ici – les fichiers sont  enregistrés et encodés par nos soins  – vous pourrez écouter ici le fil de la discussion qui s’en est suivi.

Nous espérons vous retrouver nombreux pour la prochaine date du séminaire, vendredi 26 novembre 2010 :

L’objectivité sur le fil. La production des faits journalistiques à l’Agence France-Presse
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP.
Discutant principal : Gaël Villeneuve, docteur en science politique, membre associé du laboratoire Cresppa/CSU.


Programme 2010-2011 du séminaire

Représentation graphique des principales familles de médias

SÉMINAIRE : « LES FIGURES MÉDIATIQUES DE LA REPRÉSENTATION » 2010-2011

Séminaire hébergé par le Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), équipe de recherche « Cultures et Sociétés Urbaines » (UMR 7217 du CNRS ). Les organisateurs en sont:  Gaël Villeneuve (Cresppa/CSU), Julien Talpin (Cresppa/CSU), Nicolas Hubé (Paris 1/CESSP) et Nicolas Kaciaf (UVSQ/CERAPS).

Ce séminaire répond à une double ambition. D’une part, il vise à mieux appréhender le fonctionnement des entreprises et des dispositifs médiatiques contemporains. D’autre part, il cherche à comprendre les nouvelles formes d’interdépendance qui lient l’univers médiatique aux autres espaces sociaux, dans un contexte démocratique. L’enjeu est alors non seulement de saisir ce que les logiques de la représentation médiatique font à la démocratie mais également ce que les logiques de la vie démocratique font aux médias. Sept rendez-vous seront proposés au Laboratoire Cultures et Sociétés Urbaines – CRESPPA.

Le séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées, sans inscription préalable. Les séances auront lieu au site Pouchet du CNRS le vendredi de 10h00 à 12h00. Les organisateurs du séminaire remercient les intervenants qui leur ont fait l’honneur d’accepter notre invitation. Ils remercient également le CRESPPA-CSU, « labo en lutte » contre le démantèlement du CNRS, les réformes à l’université et la précarisation massive, pour son soutien tant logistique que financier.

Les organisateurs s’efforceront de faire du séminaire un lieu d’échange ouvert, où la parole circule librement entre intervenant(e), discutant(e) et personnes présentes. L’entrée y est libre et gratuite, sans réservation préalable.

= = = = = = = = = = = = = = = = = =

Le Consulting vu par le créateur des Peanuts

Vendredi 22 octobre 2010

Les consultants et le journalisme : le conseil médias dans les entreprises de presse
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Marie Brandewinder, docteure en science politique.
Discutant principal : Nicolas Hubé, maître de conférences à l’Université Paris 1.

Présentation : Les consultants médias, au sens de consultants d’entreprise intervenant sur la gestion, l’organisation, la production et le « produit », jouent un rôle croissant dans le secteur des médias, y compris dans ceux qui – la presse quotidienne, par exemple – s’en sont longtemps passés.
Cette évolution s’inscrit dans le mouvement plus large d’importation des logiques économiques et financière dans ce secteur. Au-delà de cette généralité, la fonction exacte des consultants est difficile à cerner. Leur intervention ne semble pas affecter l’activité du média considéré, du moins si l’on  retient de celle-ci une définition industrielle de production et de commercialisation de contenu médiatique. Focalisée sur les représentations et les critères d’évaluation, l’action des consultants contribue justement à faire évoluer la définition de l’activité des entreprises de médias, à les inscrire dans de nouveaux référentiels et de nouveaux réseaux : non plus politiques ni même industriels… mais financiers.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

L'AFP en grève

Vendredi 26 novembre 2010

L’objectivité sur le fil. La production des faits journalistiques à l’Agence France-Presse
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP.
Discutant principal : Gaël Villeneuve, docteur en science politique, membre associé du laboratoire Cresppa/CSU.

Présentation : De quelles vérités les journalistes sont-ils capables, ou, plus précisément, quels genres de vérités énoncent-ils et dans/à quelles conditions y parviennent-ils ? Dans une perspective de sociologie pragmatique (Lemieux, Latour…), et en m’efforçant d’éviter certains écueils du socio-constructivisme dans l’analyse de la production des faits journalistiques, je me suis attaché, dans une thèse de doctorat de science politique soutenue en janvier 2010 à l’IEP de Paris, à décrire le plus précisément possible l’action collective consistant à fabriquer une information jugée « objective ». Dans le prolongement de la sociologie américaine du « newsmaking » (et notamment les travaux de Gaye Tuchman), j’ai pris le parti, à travers l’exemple de l’AFP, d’analyser (en alliant entretiens, analyse des formes et des contenus, observation ethnographique et participation observante qu’autorise la position particulière de chercheur-indigène) les questions professionnelles pratiques, mais aussi les enjeux politiques, soulevés par l’objectivité en s’intéressant à ce que les agenciers font concrètement pour traduire le plus objectivement possible les événements. Cette enquête se différencie cependant de ces travaux en vérifiant l’hypothèse centrale que le respect de règles professionnelles de distanciation, encouragé par des formats d’objectivité, permet effectivement aux journalistes, dans une certaine mesure, de produire des informations plus « objectives ». Elle relève aussi les limites et les difficultés de cette solution des formats d’objectivité, en pointant leur ambivalence. L’objectif de mon intervention dans ce séminaire est de rendre compte brièvement de la démarche adoptée dans cette thèse et de soumettre à la discussion ses principaux résultats.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Une des premières "Unes" du quotidien

Vendredi 3 décembre 2010

Le pouvoir de mise sur agenda du Monde. Dynamique et typologie des enjeux
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Emiliano Grossman, chargé de recherche à Sciences Po, rattaché au Centre d’études européennes.
Discutante principale : Lise Jacquez, doctorante à l’ELICO.


Présentation
: Cette intervention présentera les premiers résultats d’une enquête encore en cours sur l’interaction entre agenda médiatique et attention politique. L’objectif est double. Il s’agit d’abord de réaliser une cartographie des enjeux et de leurs spécificités dans le temps en termes d’attention politique et médiatique. Ensuite, l’objectif est de présenter une analyse dynamique des interactions entre agendas médiatiques et politiques. Elle espère ainsi contribuer à notre compréhension du pouvoir de mise sur agenda des médias et, au contraire, du pouvoir des politiques sur les médias. Sans surprise, nos analyses ne confirment aucune des deux hypothèses de manière univoque. Cette analyse s’appuie sur des données nouvelles récoltées et codées dans le cadre du projet Agendas France.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Joseph Rouletabille, reporter inventé par le romancier Gaston Leroux

Vendredi 14 janvier 2011

Form, Style and Strategy of European Journalism, 1880-2005
Site Pouchet du CNRS – 14h-16h, Salle 108

Intervention de Marcel Broersma, Professor of Journalism Studies at the University of Groningen.
Discutant principal : Nicolas Kaciaf, MCF en science politique à l’Université Versailles Saint-Quentin.

Présentation : This research project aims to study (a) the transformation of European journalism through the categories of form and style, and (b) transformations in the public sphere which accompanied this development. It will result in theses on forms of reporting, the interview and the reportage, which contested the boundaries of the public sphere, and (2) a synthesizing study on the development of European journalistic styles and their contribution to the enlargement of the public sphere. The study of the transformation of journalistic forms and styles is a new field of study. It uses a comparative approach to examine the development of journalistic practices, routines and conventions in their cultural, political and economic context. By doing so it tries to reveal the ideological framework of journalism at a certain time and place, i.e. the underlying processes which determine which issues are public and which are not.
Journalism is a performative discourse which by the choice of forms and stylistic devices aims to impose and legitimize valid representations of the social world. Journalistic texts should be understood as strategic interpretations of reality which create meaning. Both the interview and the reportage were ‘invented’ in a process of professionalisation since the 1880s to gain (a) professional authority and (b) autonomy towards politicians and other public figures. As both genres and discursive practices they embody the ideological framework of the ‘new’, non-partisan journalism.
Newspapers will be studied from countries which are representative for the three European media systems distinguished by Hallin and Mancini (2004), i.e. Great Britain, the Netherlands and France. This comparison can elucidate institutional and cultural differences which influence the pace and character of journalistic change. This project benefits from history, literary sciences and communication studies by combining content analysis and stylistic analysis of journalistic texts with historical research into their contexts.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

La couverture du livre de notre invité

Vendredi 25 mars 2011

Merchants of Culture, The Publishing Business in the Twenty-First Century
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention (en anglais) de John B. Thompson, Professor of Sociology at the University of Cambridge.
Discutant principal : François Briatte, doctorant à l’IEP de Grenoble et ATER à l’Université de Lille.

Présentation : These are turbulent times in the world of book publishing. For nearly five centuries the methods and practices of book publishing remained largely unchanged, but at the dawn of the twenty-first century the industry finds itself faced with perhaps the greatest challenges since Gutenberg.  A combination of economic pressures and technological change is forcing publishers to alter their practices and think hard about the future of books in the digital age.
In his latest research – the one he shall present in our seminar – Thompson situates the current challenges facing the industry in an historical context, analysing the transformation of trade publishing in the United States and Britain since the 1960s.  He gives a detailed account of how the world of trade publishing really works, dissecting the roles of publishers, agents and booksellers and showing how their practices are shaped by a field that has a distinctive structure and dynamic.  By reconstructing this dynamic he is able to shed fresh light on how bestsellers are made and on why many thousands of books and authors find themselves marooned in an industry increasingly focused on short-term growth and profitability.  Against this backcloth Thompson analyses the impact of the digital revolution on book publishing and examines the pressures – both economic and technological – that are re-shaping the field of trade publishing today.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Une pile de magazines

Vendredi 1er  avril 2011

Les ressources des communicants en organisation : à la recherche des communicants du secteur marchand
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Jean-Baptiste Legavre, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’UVSQ.
Discutante principale : Delphine Naudier, chargée de recherche au CNRS à l’UMR CRESPPA, équipe « Cultures et sociétés urbaines ».

Présentation : La littérature scientifique s’est fort peu penchée sur les « communicants » (du dircom à la chargé de com, du consultant en communication de crise à l’attachée de presse, etc.) et encore moins sur les communicants du secteur marchand. L’intervention se propose en conséquence de présenter les premiers résultats d’une enquête en cours portant à la fois sur les consultants d’une agence de taille moyenne et sur des profils de « grands » anciens (reconstitués par le biais d’entretiens). Elle vise à mieux cerner les ressources – et leurs évolutions – que ces acteurs déploient, en particulier en les comparant à des travaux personnels antérieurs menés sur des populations plus spécifiquement politiques ou publiques.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Le Chat de Geluck se met à Internet

Vendredi 27 mai 2011

Les usages « engagés » de l’information via Internet
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Josiane Jouët, Professeur en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattachée au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II) et de Jean-Baptiste Comby, Maître de Conférences en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattaché au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II)
Discutant principal : Julien Talpin, post-doctorant (CRESPPA-CSU).

Présentation : La consommation de l’information online n’échappe pas aux logiques des usages de l’information offline. Elle recouvre ainsi des modalités diversifiées et se montre étroitement tributaire des propriétés sociales des usagers. Internet s’imbrique dans des rapports aux actualités pré-existants qu’elle pourrait toutefois contribuer à accentuer. En particulier, Internet offre à ceux qui conçoivent l’information comme un devoir et un moyen de prendre part aux affaires de la cité, la possibilité de développer des relations plus « engagées » dans l’information. Cet engagement peut prendre la forme d’une consommation plus ténue, d’une participation aux commentaires en ligne de l’actualité, ou bien d’un partage de certaines informations (envoi d’un article par mail, postage d’un lien sur facebook, etc.). Cette communication se propose donc de discuter des ressorts sociopolitiques de ces investissements « engagés » dans l’information. Elle s’appuie sur quarante entretiens individuels, dix entretiens collectifs et des observations en ligne. Ces données sont produites dans le cadre du Projet ANR Médiapolis mené conjointement par le CARISM et le CEVIPOF.


Les séances du séminaire auront lieu au  site Pouchet du CNRS : 59/61 rue Pouchet, M°Brochant / Guy Mocquet / Porte de Clichy

L’emprise du journalisme sur l’action publique

© Jean-Jacques Kissling
Jeudi 20 mai 2010 – 12h30-14h30 – Ce que les médias font aux politiques publiques
Intervention de Jérémie Nollet (CERAPS), Discussion engagée par Laurie Boussaguet (UVSQ)
À partir d’une monographie sur les politiques publiques françaises de gestion de la maladie de la «vache folle», ce travail s’efforce de mettre à jour les logiques structurelles de l’emprise du journalisme sur l’action publique. Plus précisément, il s’agit de faire la sociologie des usages des médias dans les champs politique et administratif pour comprendre comment des contraintes générées par le champ journalistique peuvent peser sur les pratiques des agents politiques et administratifs qui font les politiques publiques. Ce travail propose ainsi une réflexion sur les croisements entre les sociologies du journalisme, de la communication et de l’action publique.

La fabrique du people

Une couverture du magazine People
On s’épuiserait à compter les poncifs, élitistes ou populistes, qui s’interposent entre la presse « people » et ses observateurs.  Ceux qui en parlent ne la lisent pas, ceux qui la font restent discrets sur leur pratique. Le regard scientifique sur cet objet – la première presse en France en termes de vente – ne gagne rien à intérioriser les jugements portés sur lui.
Nous étions donc heureux de recevoir, le 19 février dernier entre 10h-12h, Jamil Dakhlia(Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université Nancy 2, CREM (Université de Metz)-LCP (CNRS, Paris) pour une intervention sur « La fabrique du people : Pratiques et identités professionnelles dans la presse de célébrités ». Caroline de Montety (Gripic / CELSA) avait accepté d’entamer la discussion ; Nous remercions nos deux invités, et le public nombreux et actif dans le cours de la discussion.
Jamil Dakhlia propose de son intervention le résumé suivant : « Taxés de complaisance quand ils offrent une image flatteuse des vedettes, ou accusés d’agressivité malsaine lorsqu’ils exploitent le filon de l’indiscrétion, les professionnels de la presse people voient leur activité systématiquement rabattue sur le registre de la faute journalistique. Sans éluder le problème de l’écart des pratiques people à la loi, à l’opinion commune ou à la doxa journalistique, seront ici examinées, grâce à des entretiens et à des observations in situ, les contraintes structurelles qu’imposent aux rédactions people leur dépendance à l’égard des agences photo, d’une part, et l’ambivalence de leurs liens aux personnalités, d’autre part. Puis seront explorés la « sphère subjective » et les systèmes de justification du journalisme échotier, en montrant comment les personnes interrogées négocient avec l’image négative qui leur est accolée pour donner du sens à leur rôle professionnel ».

Courrier des lecteurs : un débat

Esther Bellot, Dame au courrier, 1921
Ecrire au journal, pour protester ou proposer, c’est tenter de bouleverser sa condition de lecteur – particulier, noyé dans la masse – et rappeler le principe démocratique sur lequel fonctionne la presse. Je lis, j’écris, j’ai des choses à dire. A l’heure des blogs et des tchats, le courrier des lecteurs tient d’ailleurs bien la corde – que serait par exemple Télérama sans lui ? En Suisse, où l’on vote plusieurs fois par ans, il semble même avoir une particulière dignité politique.
Le 15 janvier 2010, Patrick Amey (Université de Genève (Uni-Mail) – Département de sociologie) intervenait à propos des formes de légitimation et de cadrage de l’énergie nucléaire, à travers le cas du courrier épistolaire de la presse quotidienne. Marianne Doury (LCP-CNRS)  introduisait ensuite la discussion dans notre petite salle du site Pouchet du CNRS. Merci vous deux.
Prenant appui sur une recherche empirique menée sur le Courrier des lecteurs de la presse quotidienne suisse romande, l’intervention de Patrick Amey mettait en avant quelques-unes des stratégies énonciatives utilisées par des correspondants lecteurs à la veille d’initiatives populaires visant à supprimer l’énergie nucléaire en Suisse.
Sur la base de ce courrier épistolaire, il s’agissait aussi de montrer quels sont les enjeux inhérents à un débat public, où la figure du tiers (le lectorat) et les(auto)évaluations faites des locuteurs et des acteurs investis dans le débat, peuvent expliquer les différents registres et stratégies de crédibilisation mises en place par des correspondants-lecteurs. Podcastez-vous l’intervention de Patrick Amey, c’est passionant et gratuit !
Nous avons tous apprécié apprécié l’atmosphère, la pertinence, la rétroaction d’un auditoire qui s’est approprié la discussion (téléchargeable ici). Le sujet est d’ailleurs bien actuel, à l’heure où les débats tant sur les minarets suisses que sur l’identité française mettent en scène la parole du public – semblant de démocratie participative, pauvre cache-sexe.
++++++
Quelques semaines après l’intervention de Patrick Amey, j’ai trouvé au cours de mes lectures une citation faisant écho à son intervention :
« Durant des siècles, les conditions déterminantes de la vie culturelle affrontaient un petit nombre d’écrivains à des milliers de lecteurs. La fin du siècle dernier vit se produire un changement. Avec l’extension croissante de la presse, qui ne cessait de mettre de nouveaux organes politiques, religieux, scientifiques, professionnels et locaux à la disposition des lecteurs, un nombre toujours plus grand de ceux-ci se trouvèrent engagés occasionnellement dans la vie politique et intellectuelle. Cela débuta avec les boîtes aux lettres que la presse quotidienne ouvrit à ses lecteurs – si bien que, de nos jours, il n’y a guère de travailleur européen qui ne se trouve à même de publier quelque part ses observations personnelles sur le travail sous forme de reportage ou n’importe quoi de cet ordre. La différence entre auteur et public tend ainsi à perdre son caractère fondamental. Elle n’est plus que fonctionnelle, elle peut varier d’un cas à l’autre. Le lecteur est à tout moment prêt à passer écrivain. En qualité de spécialiste qu’il a dû tant bien que mal devenir dans un processus de travail différencié à l’extrême – et le fût-il d’un infime emploi – il peut à tout moment acquérir la qualité d’auteur. Le travail lui-même prend la parole. Et sa représentation par le mot fait partie intégrante du pouvoir nécessaire à son exécution. Les compétences d’accès à la culture ne se fondent plus sur une formation spécialisée, mais sur une technique complexe et deviennent par là bien commun ».
Extrait du livre de Walter Benjamin (1892-1940), L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée (publié en 1936).

La journée des femmes dans les médias britanniques

Emblème du Mouvement de Libération de la Femme
Ce vendredi 18 décembre, nous recevions la Pr. Pam Moores (Aston University, Birmingham). Sylvain Parasie (LATTS), sociologue et maître de conférences à l’université Paris Est/Marne-la-Vallée, avait accepté un rôle de discutant. Nous les remercions grandement tous les deux.
Merci aux chercheuses et doctorantes qui, bravant la neige, vinrent assister à cette séance et contribuer ainsi à sa réussite.
Au Royaume-Uni, la Journée Internationale des Femmes (JIDF) est l’occasion pour de nombreux groupes d’intérêts actifs de marquer l’événement. Au niveau de la vie associative locale, à travers des festivals culturels dans les grandes villes, et même dans certains milieux syndicalistes et politiques, les célébrations ne manquent pas.
Comment ces célébrations sont-elles traitées dans les médias ? Ceux-ci jouent-il un rôle de relais entre ces groupes d’intérêt, leurs activités lors du 8 mars, et le public ? Dans l’agencement des médias et de la réalité vécue, quels agendas dominent ?
Telles furent les questions principales que posa notre invité dans son exposé. Quelles en furent les réponses?…

Des médias de migrants en Italie

Une page parue en juin 2008 dans le supplément "Metropoli"

Le 17 décembre 2009, entre 12h30-14h30, Eugénie Saïtta (CRAPE) nous a présenté les résultats d’une enquête en cours sur L’espace des médias des migrants en Italie, et plus précisément sur le cas du supplément « Metropoli » au quotidien « La Reppublica ». La discussion était engagée par Vincent Tiberj (CEE-Sciences Po).

Remercions au passage les chercheurs et professionnels qui se sont déplacés malgré la neige et la fatigue de fin d’année. Leur présence a grandement contribué à l’émulation de la séance.
Sur le plan scientifique, peu de travaux portent sur l’émergence et le développement de médias créés par et/ou pour les migrants. Pourtant, le programme de recherche MINORITYMEDIA – programme au sein duquel la recherche d’Eugénie Saïtta prend place – a recensé, sur la période couvrant 2000-2007, des milliers d’initiatives de ce type en Europe, dont près de 380 en Italie.
Notre invitée a présenté tout d’abord une « cartographie » des médias des minorités ethniques en Italie. L’objectif était, d’un côté de mettre en évidence l’hétérogénéité de ces initiatives sur la base d’une analyse statistique (372 médias) et, de l’autre, de produire une catégorisation qui identifie les tensions entre différents pôles (commercial, militant, indépendant, public). En analysant des médias « à la marge », il s’agissait d’éclairer la structuration du champ journalistique dans son ensemble.
L’étude de cas portait spécifiquement sur « Metropoli. Il giornale dell’italia multietnica », supplément hebdomadaire d’un des principaux quotidiens nationaux italiens (Repubblica) destiné aux immigrés résidant en Italie et dont les pages sont en partie produites par des collaborateurs d’origine étrangère. Dans quelle mesure Metropoli produit-il un discours en rupture avec celui des médias de masse et, plus généralement, avec le discours et l’ordre social dominants ? Permet-il à des groupes sociaux dominés de formaliser des intérêts et d’exprimer des revendications dans l’espace public, ou d’inventer des espaces d’expression alternatifs ?
Les représentations des migrants dans les médias de masse italiens ont été l’objet de nombreuses études qui ont montré que leur image est négative et fondée sur des lieux communs, leur visibilité dans les produits médiatiques est faible. Les inégalités structurelles et le racisme quotidien vécu par les migrants sont ignorés par les médias traditionnels.

Quelle contribution des médias aux logiques de domination ?

Mire
La séance du 22 octobre 2009, la première de cette seconde saison du séminaire, s’est déroulée comme prévu entre 12h30 et 14h30, dans la salle Jean Monnet des bâtiments de Science Po, 59 rue Jacob. Les organisateurs remercient chaleureusement le Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po pour son soutien matériel et scientifique.
Jean-Baptiste Comby (CARISM) et Mathieu Grossetête (LaSSP) ont développé une réflexion commune sur la médiatisation et les appropriations sociales des enjeux liés aux politiques publiques.
Selon les auteurs, respectivement spécialistes de la médiatisation du changement climatique et de la sécurité routière, cette logique participe d’un mouvement plus général qui consiste à « sensibiliser » le plus grand nombre à des impératifs catégoriques, difficilement discutables
Pour Jean-Baptiste Comby, l’impératif de «sensibilisation » aux enjeux climatiques imprègne la plupart des biens symboliques produits, dans l’optique de valoriser publiquement les enjeux climatiques. Idéologiquement inscrite au cœur d’un processus de marchandisation des questions environnementales, la « sensibilisation » im-pose un cadre symbolique qui n’est pas neutre sociologiquement. Celui-ci garantit au contraire aux groupes sociaux les mieux dotés matériellement et culturellement la possibilité de faire valoir leurs manières de lire et de vivre les enjeux des changements climatiques rendus visibles.
Nous remercions les invités, ainsi que les personnes présentes pour leur contribution au débat qui a suivi leur présentation.

La banlieue comme enjeu de lutte symbolique

Julie Sedel, La banlieue comme enjeu de lutte symbolique. Contribution à l’étude des relations entre médias et champs sociaux, Le Bord de l'Eau 2009

Pour la cinquième séance de notre séminaire (et dernière de cette année universitaire) nous recevions Julie Sedel, docteure en sociologie du Centre de sociologie européenne, à propos de la thèse qu’elle a soutenue en 2007, sous le titre « La banlieue comme enjeu de lutte symbolique. Contribution à l’étude des relations entre médias et champs sociaux » (travail auquel le jury du Prix de la recherche de l’Inathèque a attribué une mention spéciale en 2008).

Julie Sedel venait plus précisément présenter les principaux résultats de son enquête, qu’elle vient récemment de publier dans une version remaniée  aux éditions INA / Bord de l’eau, sous le titre « Les médias et la banlieue », ainsi qu’une réflexion sur les problèmes que pose l’étude des relations entre univers sociaux différents, en l’occurrence les milieux populaires et les milieux plutôt dominants.
L’objectif de cette séance était de revenir sur l’impact des médias dans la construction et la mise en scène publiques des problèmes sociaux, en creusant un cas concret, celui des « banlieues »
Cet ouvrage vient d’apporter une pierre supplémentaire au petit édifice qui commence à se constituer en France autour d’une perspective de sociologie de la construction des problèmes publics, à travers une approche dédiée spécifiquement à l’étude du rôle des médias dans ce processus.
On sent en effet depuis quelques années un frémissement dans ce sens, aussi bien en provenance de la science politique, de la sociologie ou des sciences de l’information et de la communication, avec des travaux portant sur les problèmes de santé publique (sang contaminé1, amiante2), d’environnement (changements climatique3), de sécurité (sécurité routière4), la « nouvelle question sociale »5, pour ne citer que ces derniers.
Pour sa part, Julie Sedel proposait de discuter les résultats d’une longue enquête sur le terrain (menée dans deux ensembles de cités en région parisienne, à Gennevilliers et Pantin) et dans plusieurs rédactions de grands médias écrits et audiovisuels (Le Monde, Le Parisien, France 2 et France 3). Son propos est d’expliquer comment et pourquoi les journalistes construisent une image négative de la banlieue, et comment les acteurs intéressés (aussi bien les municipalités concernées et les services de communication qui en dépendent que les groupes sociaux ou associatifs sur le terrain) tentent d’y résister.
L’intérêt de ce travail est multiple :
– il interroge des processus qui commencent à être documentés sur les transformations du journalisme, pour le dire vite, mais en leur donnant corps et consistance, en observant comment ils s’appliquent concrètement à des enjeux sociaux ;
-il tisse également des liens et des ponts entre plusieurs approches disciplinaires, sociologie des médias d’un côté et « sociologie des banlieues » (qui combine plusieurs perspectives en termes de sociologie urbaine, sociologie de la jeunesse, sociologie des classes populaires, sociologie de l’immigration, etc.) de l’autre
-il a également le « bon goût » d’éviter un certain nombre d’écueils qui guettent toujours des travaux de ce type, comme le médiacentrisme ou le misérabilisme, en montrant que même les groupes sociaux considérés comme faibles (en l’occurrence les associations de quartier) sont capables d’accumuler et de recycler des ressources pour mettre en œuvre des stratégies médiatiques face aux médias dits dominants.
-plus généralement il permet de creuser la question de la circulation du répertoire de représentation des problèmes sociaux, processus fait de réinventions et d’hybridations lors du passage par l’espace public médiatique.
– ce travail est au-delà attentif à la complexité dans la construction de cette image publique des banlieues, image qui est le fruit d’une production collective complexe
La présentation est disponible en fichier audio à l’adresse :http://dl.free.fr/rtGwjShhD (cliquer, puis ouvrir avec le lecteur de votre choix).
Son intervention était discutée par Dominique Marchetti, chargé de recherche au CSE et sociologue des médias. Dominique Marchetti intervenait à titre de spécialiste de ce type de questionnement : sa thèse de sociologie portait sur la médiatisation d’un autre problème social, l’affaire du sang contaminé, et il s’est penché depuis sur d’autres problèmes, notamment l’Europe6 et plus récemment la sécurité routière7.
Photo de couverture : © David Kneafsey – Fotolia.com
1 Dominique Marchetti, Contribution à une sociologie des transformations du champ journalistique dans les années 80 et 90. A propos d’ « événements sida » et du « scandale du sang contaminé, thèse de sociologie, EHESS, 1997
2 Emmanuel Henry, Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007
3 Jean-Baptiste Comby, Créer un climat favorable. Les enjeux liés aux changements climatiques : valorisation publique, médiatisation et appropriation au quotidien, thèse en sciences de l’information et de la communication, Paris II, 2008
4 Mathieu Grossetête, La sécurité routière au radar des inégalités sociales. Codage et décodages d’un problème public, thèse de science politique, IEP de Toulouse, 2008.
5 Guillaume Garcia, Les causes des « sans » à l’épreuve de la médiatisation. La construction médiatique des mobilisations sociales émergentes : enjeux et perspectives, thèse de science politique, Paris IX-Dauphine, 2005.
6 Dominique Marchetti (dir.), En quête d’Europe. Médias européens et médiatisation de l’Europe, Rennes, PUR, 2004.
7 Dominique Marchetti (dir.), Communication et médiatisation de l’État. La politique invisible, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble,  coll. « Communication, Médias et Sociétés », 2008

Concentration de la presse, pluralisme de l’information

"Menaces sur le pluralisme de l'information", photo tirée du blog La Lettre de Jaurès
Pour cette séance du vendredi 29 mai 2009, nous recevions Franck Rebillard, maître de conférences à l’Institut de la communication – Université Lyon 2, et membre du laboratoire Elico (Equipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication), pour parler entre autres choses des résultats de l’étude qu’il conduit sur les Mutations de la filière «Presse et information» (MSH Paris-Nord / Ministère de la Culture et de la Communication). Franck Rebillard étudie les modalités socio-économiques des publications de l’information journalistique, dans la presse magazine et sur le web. Il contribue au Réseau d’Etudes sur le Journalisme ainsi qu’au groupe de recherche « Acteurs et production numérique éditoriale ».
Son intervention s’est centrée sur le pluralisme de l’information, en confrontant les analyses de l’économie industrielle et celles de la socio-économie critique. Il s’agissait d’une part de s’intéresser aux conditions économiques du travail journalistique, puisque le journalisme suit depuis sa naissance les évolutions du capitalisme. D’autre part, d’opérer à partir des outils de la socio-économie critique, qui apporte un autre son de cloche que le discours économique sur la presse habituellement tenu par les théoriciens du « choix rationnel ».
On le sait, le discours économique classique repose sur des postulats qu’il présente comme allant de soi : offre et demande posées de façon indépendante, individu rationnel connaissant son intérêt et sachant faire le choix qui y correspond, règne inconditionnel des prix… Or dans les faits l’offre, la demande, le marché, et même l’acheteur et le vendeur, sont le produit d’une construction sociale, de sorte qu’on ne peut décrire adéquatement les processus dits « économiques » sans faire appel à la sociologie. On pense aux structures sociales de l’économie, un des derniers livres de Pierre Bourdieu, qui avait pour objet de comprendre que sociologie et économie constituent en fait une seule et même discipline ayant pour objet l’analyse de faits sociaux, dont les transactions économiques ne sont après tout qu’un aspect.
La présentation de Franck Rebillard s’est adossée à une enquête, le fruit d’un travail co-réalisé avec  Bertrand CABEDOCHE, Béatrice DAMIAN et Nikos SMYRNAIOS. Avec un constat de départ : la presse écrite a connu, depuis le début des années 2000, des mutations importantes, dont on peut se demander si elles sont de nature à peser sur la diversité culturelle, ou plus exactement sur le pluralisme de l’information.
Ici, le blog innove, et vous propose d’écouter la présentation telle qu’elle a effectivement eu lieu : présentation et discussion ont été intégralement enregistrés.
Dans la première partie de l’exposé, Franck Rebillard fait un rappel historique du « renversement de doctrine » dans la manière dont les pouvoirs publics français conçoivent le maintien du pluralisme de la presse. Les ordonnances de 1944 posent pour principe qu’une presse pluraliste est incompatible avec un petit nombre de groupes de presse concentrant la plupart des publications. Sur cette question, les rapports publics qui se succèdent ces dernières années (Rapport Lancelot, Rapport Tessier) formulent des positions nettement plus nuancées. La seconde partie de l’exposé est consacré à présenter, via des éléments d’une enquête réalisée auprès de responsables gestionnaires de grands groupes de presse, les effets « en acte » de cette concentration en cours dans la presse française.