Usages « engagés » de l’information via Internet

Vendredi 27 mai 2011

Les usages « engagés » de l’information via Internet
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Josiane Jouët, Professeur en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattachée au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II) et de Jean-Baptiste Comby, Maître de Conférences en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattaché au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II)
Discutant principal : Julien Talpin, post-doctorant (CRESPPA-CSU).

Présentation : La consommation de l’information online n’échappe pas aux logiques des usages de l’information offline. Elle recouvre ainsi des modalités diversifiées et se montre étroitement tributaire des propriétés sociales des usagers. Internet s’imbrique dans des rapports aux actualités pré-existants qu’elle pourrait toutefois contribuer à accentuer. En particulier, Internet offre à ceux qui conçoivent l’information comme un devoir et un moyen de prendre part aux affaires de la cité, la possibilité de développer des relations plus « engagées » dans l’information. Cet engagement peut prendre la forme d’une consommation plus ténue, d’une participation aux commentaires en ligne de l’actualité, ou bien d’un partage de certaines informations (envoi d’un article par mail, postage d’un lien sur facebook, etc.). Cette communication se propose donc de discuter des ressorts sociopolitiques de ces investissements « engagés » dans l’information. Elle s’appuie sur quarante entretiens individuels, dix entretiens collectifs et des observations en ligne. Ces données sont produites dans le cadre du Projet ANR Médiapolis mené conjointement par le CARISM et le CEVIPOF.

 

Vous trouverez ici le fichier audio de l’intervention de nos deux invités, et ici celui de la discussion qui s’en est suivi.

Programme 2010-2011 du séminaire

Représentation graphique des principales familles de médias

SÉMINAIRE : « LES FIGURES MÉDIATIQUES DE LA REPRÉSENTATION » 2010-2011

Séminaire hébergé par le Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), équipe de recherche « Cultures et Sociétés Urbaines » (UMR 7217 du CNRS ). Les organisateurs en sont:  Gaël Villeneuve (Cresppa/CSU), Julien Talpin (Cresppa/CSU), Nicolas Hubé (Paris 1/CESSP) et Nicolas Kaciaf (UVSQ/CERAPS).

Ce séminaire répond à une double ambition. D’une part, il vise à mieux appréhender le fonctionnement des entreprises et des dispositifs médiatiques contemporains. D’autre part, il cherche à comprendre les nouvelles formes d’interdépendance qui lient l’univers médiatique aux autres espaces sociaux, dans un contexte démocratique. L’enjeu est alors non seulement de saisir ce que les logiques de la représentation médiatique font à la démocratie mais également ce que les logiques de la vie démocratique font aux médias. Sept rendez-vous seront proposés au Laboratoire Cultures et Sociétés Urbaines – CRESPPA.

Le séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées, sans inscription préalable. Les séances auront lieu au site Pouchet du CNRS le vendredi de 10h00 à 12h00. Les organisateurs du séminaire remercient les intervenants qui leur ont fait l’honneur d’accepter notre invitation. Ils remercient également le CRESPPA-CSU, « labo en lutte » contre le démantèlement du CNRS, les réformes à l’université et la précarisation massive, pour son soutien tant logistique que financier.

Les organisateurs s’efforceront de faire du séminaire un lieu d’échange ouvert, où la parole circule librement entre intervenant(e), discutant(e) et personnes présentes. L’entrée y est libre et gratuite, sans réservation préalable.

= = = = = = = = = = = = = = = = = =

Le Consulting vu par le créateur des Peanuts

Vendredi 22 octobre 2010

Les consultants et le journalisme : le conseil médias dans les entreprises de presse
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Marie Brandewinder, docteure en science politique.
Discutant principal : Nicolas Hubé, maître de conférences à l’Université Paris 1.

Présentation : Les consultants médias, au sens de consultants d’entreprise intervenant sur la gestion, l’organisation, la production et le « produit », jouent un rôle croissant dans le secteur des médias, y compris dans ceux qui – la presse quotidienne, par exemple – s’en sont longtemps passés.
Cette évolution s’inscrit dans le mouvement plus large d’importation des logiques économiques et financière dans ce secteur. Au-delà de cette généralité, la fonction exacte des consultants est difficile à cerner. Leur intervention ne semble pas affecter l’activité du média considéré, du moins si l’on  retient de celle-ci une définition industrielle de production et de commercialisation de contenu médiatique. Focalisée sur les représentations et les critères d’évaluation, l’action des consultants contribue justement à faire évoluer la définition de l’activité des entreprises de médias, à les inscrire dans de nouveaux référentiels et de nouveaux réseaux : non plus politiques ni même industriels… mais financiers.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

L'AFP en grève

Vendredi 26 novembre 2010

L’objectivité sur le fil. La production des faits journalistiques à l’Agence France-Presse
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention d’Eric Lagneau, docteur en science politique et journaliste à l’AFP.
Discutant principal : Gaël Villeneuve, docteur en science politique, membre associé du laboratoire Cresppa/CSU.

Présentation : De quelles vérités les journalistes sont-ils capables, ou, plus précisément, quels genres de vérités énoncent-ils et dans/à quelles conditions y parviennent-ils ? Dans une perspective de sociologie pragmatique (Lemieux, Latour…), et en m’efforçant d’éviter certains écueils du socio-constructivisme dans l’analyse de la production des faits journalistiques, je me suis attaché, dans une thèse de doctorat de science politique soutenue en janvier 2010 à l’IEP de Paris, à décrire le plus précisément possible l’action collective consistant à fabriquer une information jugée « objective ». Dans le prolongement de la sociologie américaine du « newsmaking » (et notamment les travaux de Gaye Tuchman), j’ai pris le parti, à travers l’exemple de l’AFP, d’analyser (en alliant entretiens, analyse des formes et des contenus, observation ethnographique et participation observante qu’autorise la position particulière de chercheur-indigène) les questions professionnelles pratiques, mais aussi les enjeux politiques, soulevés par l’objectivité en s’intéressant à ce que les agenciers font concrètement pour traduire le plus objectivement possible les événements. Cette enquête se différencie cependant de ces travaux en vérifiant l’hypothèse centrale que le respect de règles professionnelles de distanciation, encouragé par des formats d’objectivité, permet effectivement aux journalistes, dans une certaine mesure, de produire des informations plus « objectives ». Elle relève aussi les limites et les difficultés de cette solution des formats d’objectivité, en pointant leur ambivalence. L’objectif de mon intervention dans ce séminaire est de rendre compte brièvement de la démarche adoptée dans cette thèse et de soumettre à la discussion ses principaux résultats.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Une des premières "Unes" du quotidien

Vendredi 3 décembre 2010

Le pouvoir de mise sur agenda du Monde. Dynamique et typologie des enjeux
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Emiliano Grossman, chargé de recherche à Sciences Po, rattaché au Centre d’études européennes.
Discutante principale : Lise Jacquez, doctorante à l’ELICO.


Présentation
: Cette intervention présentera les premiers résultats d’une enquête encore en cours sur l’interaction entre agenda médiatique et attention politique. L’objectif est double. Il s’agit d’abord de réaliser une cartographie des enjeux et de leurs spécificités dans le temps en termes d’attention politique et médiatique. Ensuite, l’objectif est de présenter une analyse dynamique des interactions entre agendas médiatiques et politiques. Elle espère ainsi contribuer à notre compréhension du pouvoir de mise sur agenda des médias et, au contraire, du pouvoir des politiques sur les médias. Sans surprise, nos analyses ne confirment aucune des deux hypothèses de manière univoque. Cette analyse s’appuie sur des données nouvelles récoltées et codées dans le cadre du projet Agendas France.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Joseph Rouletabille, reporter inventé par le romancier Gaston Leroux

Vendredi 14 janvier 2011

Form, Style and Strategy of European Journalism, 1880-2005
Site Pouchet du CNRS – 14h-16h, Salle 108

Intervention de Marcel Broersma, Professor of Journalism Studies at the University of Groningen.
Discutant principal : Nicolas Kaciaf, MCF en science politique à l’Université Versailles Saint-Quentin.

Présentation : This research project aims to study (a) the transformation of European journalism through the categories of form and style, and (b) transformations in the public sphere which accompanied this development. It will result in theses on forms of reporting, the interview and the reportage, which contested the boundaries of the public sphere, and (2) a synthesizing study on the development of European journalistic styles and their contribution to the enlargement of the public sphere. The study of the transformation of journalistic forms and styles is a new field of study. It uses a comparative approach to examine the development of journalistic practices, routines and conventions in their cultural, political and economic context. By doing so it tries to reveal the ideological framework of journalism at a certain time and place, i.e. the underlying processes which determine which issues are public and which are not.
Journalism is a performative discourse which by the choice of forms and stylistic devices aims to impose and legitimize valid representations of the social world. Journalistic texts should be understood as strategic interpretations of reality which create meaning. Both the interview and the reportage were ‘invented’ in a process of professionalisation since the 1880s to gain (a) professional authority and (b) autonomy towards politicians and other public figures. As both genres and discursive practices they embody the ideological framework of the ‘new’, non-partisan journalism.
Newspapers will be studied from countries which are representative for the three European media systems distinguished by Hallin and Mancini (2004), i.e. Great Britain, the Netherlands and France. This comparison can elucidate institutional and cultural differences which influence the pace and character of journalistic change. This project benefits from history, literary sciences and communication studies by combining content analysis and stylistic analysis of journalistic texts with historical research into their contexts.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

La couverture du livre de notre invité

Vendredi 25 mars 2011

Merchants of Culture, The Publishing Business in the Twenty-First Century
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention (en anglais) de John B. Thompson, Professor of Sociology at the University of Cambridge.
Discutant principal : François Briatte, doctorant à l’IEP de Grenoble et ATER à l’Université de Lille.

Présentation : These are turbulent times in the world of book publishing. For nearly five centuries the methods and practices of book publishing remained largely unchanged, but at the dawn of the twenty-first century the industry finds itself faced with perhaps the greatest challenges since Gutenberg.  A combination of economic pressures and technological change is forcing publishers to alter their practices and think hard about the future of books in the digital age.
In his latest research – the one he shall present in our seminar – Thompson situates the current challenges facing the industry in an historical context, analysing the transformation of trade publishing in the United States and Britain since the 1960s.  He gives a detailed account of how the world of trade publishing really works, dissecting the roles of publishers, agents and booksellers and showing how their practices are shaped by a field that has a distinctive structure and dynamic.  By reconstructing this dynamic he is able to shed fresh light on how bestsellers are made and on why many thousands of books and authors find themselves marooned in an industry increasingly focused on short-term growth and profitability.  Against this backcloth Thompson analyses the impact of the digital revolution on book publishing and examines the pressures – both economic and technological – that are re-shaping the field of trade publishing today.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Une pile de magazines

Vendredi 1er  avril 2011

Les ressources des communicants en organisation : à la recherche des communicants du secteur marchand
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Jean-Baptiste Legavre, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’UVSQ.
Discutante principale : Delphine Naudier, chargée de recherche au CNRS à l’UMR CRESPPA, équipe « Cultures et sociétés urbaines ».

Présentation : La littérature scientifique s’est fort peu penchée sur les « communicants » (du dircom à la chargé de com, du consultant en communication de crise à l’attachée de presse, etc.) et encore moins sur les communicants du secteur marchand. L’intervention se propose en conséquence de présenter les premiers résultats d’une enquête en cours portant à la fois sur les consultants d’une agence de taille moyenne et sur des profils de « grands » anciens (reconstitués par le biais d’entretiens). Elle vise à mieux cerner les ressources – et leurs évolutions – que ces acteurs déploient, en particulier en les comparant à des travaux personnels antérieurs menés sur des populations plus spécifiquement politiques ou publiques.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Le Chat de Geluck se met à Internet

Vendredi 27 mai 2011

Les usages « engagés » de l’information via Internet
Site Pouchet du CNRS – 10h-12h, Salle 124

Intervention de Josiane Jouët, Professeur en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattachée au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II) et de Jean-Baptiste Comby, Maître de Conférences en sociologie des médias à l’Institut Français de Presse et chercheur rattaché au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire Sur les Médias (Université Paris II)
Discutant principal : Julien Talpin, post-doctorant (CRESPPA-CSU).

Présentation : La consommation de l’information online n’échappe pas aux logiques des usages de l’information offline. Elle recouvre ainsi des modalités diversifiées et se montre étroitement tributaire des propriétés sociales des usagers. Internet s’imbrique dans des rapports aux actualités pré-existants qu’elle pourrait toutefois contribuer à accentuer. En particulier, Internet offre à ceux qui conçoivent l’information comme un devoir et un moyen de prendre part aux affaires de la cité, la possibilité de développer des relations plus « engagées » dans l’information. Cet engagement peut prendre la forme d’une consommation plus ténue, d’une participation aux commentaires en ligne de l’actualité, ou bien d’un partage de certaines informations (envoi d’un article par mail, postage d’un lien sur facebook, etc.). Cette communication se propose donc de discuter des ressorts sociopolitiques de ces investissements « engagés » dans l’information. Elle s’appuie sur quarante entretiens individuels, dix entretiens collectifs et des observations en ligne. Ces données sont produites dans le cadre du Projet ANR Médiapolis mené conjointement par le CARISM et le CEVIPOF.


Les séances du séminaire auront lieu au  site Pouchet du CNRS : 59/61 rue Pouchet, M°Brochant / Guy Mocquet / Porte de Clichy

Piratages audiovisuels: Des voies souterraines pour la mondialisation culturelle ?

Logo du site pirate "The Pirate Bay"
Pour cette séance du 16 avril 2010 au Site Pouchet, nous avions le plaisir de recevoir Tristan Mattelard (Professeur à l’UFR Cultures et Communication, Université Paris 8 ) , La discussion était engagée par Sonia Hajri (Doctorante à l’université Paris 3)
Avec la montée en puissance des moyens de reproduction numériques, le thème du piratage audiovisuel, cinématographique, musical ou informatique a vu, depuis la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, se développer une abondante littérature s’inquiétant des atteintes que celui-ci porte aux droits de propriété intellectuelle.
L’intervention de notre invité propose de s’éloigner du terrain à partir duquel est communément pensé le piratage — celui du téléchargement illicite dans les pays développés — pour cerner le phénomène dans toute la variété de ses manifestations, en privilégiant les terrains des pays du Sud et de l’Est.
Il s’agit, en s’appuyant sur les rares travaux menés sur ces terrains, de rompre avec les perspectives qui criminalisent le piratage audiovisuel pour interroger les ressorts profonds de celui-ci.
Au travers de cette analyse sur le piratage, ce sont quelques-unes des voies souterraines par lesquelles opère la mondialisation culturelle, qui jouent un rôle aussi décisif que méconnu dans l’approvisionnement en produits culturels des populations, qui sont éclairées.
Vous pouvez retrouver en cliquant ICI l’enregistrement audio de l’intervention de Tistan Mattelard et de la discussion qui s’en est suivi.

Internet est-il un espace public comme les autres ?

Illustration tirée du blog Legitiname, illustrant un article consacré à l'essor d'Internet
Séance du 26 mars 2010 – 10h-12h
Cette séance du séminaire était l’occasion de prendre connaissance et de discuter des derniers travaux de Dominique Cardon (Sociologue au laboratoire SENSE d’Orange Labs et Chercheur associé au Centre d’études des mouvements sociaux CEMS/EHESS). La discussion était engagée par Stéphanie Wojcik (CEDITEC)
Dominique Cardon avait fait de son intervention la présentation suivante : « En élargissant l’espace des prises de parole, Internet pose deux questions nouvelles à la forme traditionnelle de l’espace public. En premier lieu, il favorise des énonciations qui ne répondent pas nécessairement aux critères de publicité mis en oeuvre par les « gate-keeper » habituels, et instaure une sélection et une hiérarchisation ex-post des propos méritant l’attention publique. En second lieu, il transforme des échanges privés en échange public, notamment sur les sites de réseaux sociaux. On s’attachera à tirer des enseignements de ces deux transformations de l’architecture de l’espace public par Internet ».
Vous pouvez retrouver en cliquant ICI l’enregistrement audio de l’intervention de Dominique Cardon. Vous trouverez ICI, en bonne qualité audio, l’enregistrement de la discussion qui s’en est suivi.

Transformations du journalisme

Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, publié aux Presses Universitaires de Rennes et co-dirigé par Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard.
La troisième séance de notre séminaire recevait trois contributrices à l’ouvrage collectif Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, publié aux Presses Universitaires de Rennes et co-dirigé par Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard. Nous recevions donc les enseignantes-chercheuses, Valérie Croissant (MCF, Lyon-II), Valérie Jeanne-Perrier (MCF, CELSA) et Roselyne Ringoot (MCF, IEP de Rennes), tous trois membres du Réseau d’Etudes sur le Journalisme. Toutes trois conduisent depuis plusieurs années des projets sur les nouvelles pratiques et les nouveaux acteurs de ce journalisme en invention. L’ouvrage auxquelles ces chercheuses ont contribué traite des transformations des pratiques journalistiques relatives à la multiplication des publications en ligne et des magazines de marque, au phénomène des blogues, au déclin de la presse d’information générale payante et au succès de la presse gratuite et des magazines. Entre rappel des enjeux et des résultats du livre, et remise en jeu de ces acquits dans de nouvelles recherches en cours, la séance s’est articulée autour de la question suivante : Peut-on rendre compte des changements en cours dans la presse autrement qu’en termes de confusion, de subversion, de domination, de renoncement ?
Partant du postulat que le journalisme n’a jamais eu l’homogénéité qu’on lui attribue, nos invitées se sont efforcées de décrire ces objets en mutation dans une perspective non normative.
Rozelyne Ringoot rappelle que ce refus d’étudier ces objets par la norme avait deux principaux enjeux. D’abord, celui de ne pas tomber dans le piège essentialiste d’une recherche du « vrai journalisme », d’un « journalisme authentique ». Le risque était d’autant plus fort que – qu’on étudie par exemple le travail des rédacteurs du magazine EPOK, édité, distribué et vendu par la FNAC, ou celui des blogueurs – le risque est patent de relayer dans ses discours le stigmate venant de la presse institutionnelle. Il s’agissait aussi, rappelle notre intervenante, de relever le défi d’engager dans l’analyse un usage hétérodoxe de la notion de « pratique discursive », empruntée au Michel Foucault de Les Mots et les Choses – lequel, ce serait trop facile, n’a pas conçu la notion pour l’étude du journalisme. Roselyne Ringoot explique que le cadre conceptuel de cette enquête s’est attaché à distinguer les différentes pratiques de discours qui ont lieu dans l’écriture journalistique d’une part, lorsque les journalistes parlent de leur travail d’autre part, et enfin lorsqu’émergent, depuis d’autres espaces, des discours d’autres acteurs sur leur pratique.
Cette approche en terme de mise en relation des pratiques, et d’analyse des logiques de dispersions à l’œuvre supposait de ne pas prendre pour référence un discours « vrai » à l’aune duquel juger les autres. L’enjeu est de développer d’une part un appareillage conceptuel suffisamment souple pour conduire des enquêtes très différentes, et suffisamment fin d’autre part pour relever la qualité spécifique de ces objets « en marge » du jeu journalistique. Objets qu’une approche plus classique, en termes de « champ » ou de « domination », ou encore de « fonction » et d’« institutions », aurait pu risquer d’écraser.
Valérie Jeanne-Perrier rappelle que son propre travail sur les blogs et les blogueurs, co-conduit avec Florence Le Cam, s’inscrivait également dans cette perspective d’aller chercher hors de la pratique instituée du journalisme. La plupart des bloggers ont en commun avec nombre de journalistes, de définir leur propre pratique soit en épousant la norme journalistique, soit en s’y référant sur le mode de la critique, de la distance ou du refus. Son enquête montre les logiques de captation et de réincorporation par les bloggers des pratiques journalistiques dominantes.
Pourquoi s’être intéressées aux blogs ? En 2003, lorsque commence l’enquête, Valérie Jeanne-Perrier et Florence Le Cam observent qu’en France et au Québec s’épanouit la pratique des blogs, dans lequel les deux chercheuses repèrent ces fameuses pratiques de « hors champ journalistiques ».
S’ensuit une observation participante, la création d’un blog – (témoignage de ce passage sur le web :  une partie du blog archivé ici). Les chercheuses remarquent que, dans la circulation des discours autour du blog et notamment dans les commentaires, s’élaborent des manières inédites de faire du journalisme – des discours de professionnels des médias auxquels se mêlent d’autres discours issus des métiers de la documentation, des développeurs Internet. Le blog devient ainsi un dispositif d’imaginaires mêlés où « quelque chose » se raconte. L’ensemble de l’enquête s’est également adossée à un corpus de 200 blogs, où les chercheuses ont analysé les stratégies de « présentation de soi » des publiants.
La présentation de Valérie Croissant s’est partagé entre le compte-rendu de l’enquête à sur le magazine EPOK de la FNAC – mené avec Franck Rébillard, Anne-Lise Touboul et William Spano – et le compte-rendu de ses travaux centrés sur « l’ordinaire du journalisme ». L’enquête sur EPOK, qui démarre à partir d’une interrogation sur les « genres » journalistiques et leur hybridation, s’est en partie fixée par hasard sur ce support.
Support commercial – le journal traite des produits vendus par la FNAC, mais aussi distribué et vendu à la FNAC – EPOK se rapproche des supports de presse classique. L’enquête s’est poursuivie par l’analyse des discours des journaux institutionnels SUR la création du journal. Beaucoup de modération, très peu de dénonciation contre cette forme particulière de journalisme culturel… qui emploie par ailleurs plusieurs « plumes » du journalisme culturel de la presse.
La présentation de ces trois chercheuses nous a permis une brève visite d’objets hors-norme du journalisme, objets en mutation dans une perspective non normative – autant de nouvelles façons de faire du journalisme. Autant de pratiques à la marge qui se rapportent à un enjeu central, puisqu’elles modifient tant les pratiques des journalistes «traditionnels », que l’image que ceux-ci peuvent avoir de leurs lecteurs. L’ouvrage évoque plusieurs autres travaux novateurs qui abordent l’étude de la presse par ses objets les moins légitimes – citons parmi eux les travaux de Jamil Dakhlia sur la presse people, ou ceux d’Annette Hill au Royaume-Uni sur la « Factual TV », la TV qui reste allumée et qu’on regarde en passant devant. Se dessine ainsi une tendance forte, dans l’étude des médias, à relativiser l’importance institutionnelle des « grands médias » pour s’intéresser à des objets heuristiques, et très importants par ailleurs dans la consommation que tout un chacun en fait.
Vous pouvez cliquer ici pour écouter l’intervention de nos invitées.