La fabrique du people

Une couverture du magazine People
On s’épuiserait à compter les poncifs, élitistes ou populistes, qui s’interposent entre la presse « people » et ses observateurs.  Ceux qui en parlent ne la lisent pas, ceux qui la font restent discrets sur leur pratique. Le regard scientifique sur cet objet – la première presse en France en termes de vente – ne gagne rien à intérioriser les jugements portés sur lui.
Nous étions donc heureux de recevoir, le 19 février dernier entre 10h-12h, Jamil Dakhlia(Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université Nancy 2, CREM (Université de Metz)-LCP (CNRS, Paris) pour une intervention sur « La fabrique du people : Pratiques et identités professionnelles dans la presse de célébrités ». Caroline de Montety (Gripic / CELSA) avait accepté d’entamer la discussion ; Nous remercions nos deux invités, et le public nombreux et actif dans le cours de la discussion.
Jamil Dakhlia propose de son intervention le résumé suivant : « Taxés de complaisance quand ils offrent une image flatteuse des vedettes, ou accusés d’agressivité malsaine lorsqu’ils exploitent le filon de l’indiscrétion, les professionnels de la presse people voient leur activité systématiquement rabattue sur le registre de la faute journalistique. Sans éluder le problème de l’écart des pratiques people à la loi, à l’opinion commune ou à la doxa journalistique, seront ici examinées, grâce à des entretiens et à des observations in situ, les contraintes structurelles qu’imposent aux rédactions people leur dépendance à l’égard des agences photo, d’une part, et l’ambivalence de leurs liens aux personnalités, d’autre part. Puis seront explorés la « sphère subjective » et les systèmes de justification du journalisme échotier, en montrant comment les personnes interrogées négocient avec l’image négative qui leur est accolée pour donner du sens à leur rôle professionnel ».

Laisser un commentaire