Courrier des lecteurs : un débat

Esther Bellot, Dame au courrier, 1921
Ecrire au journal, pour protester ou proposer, c’est tenter de bouleverser sa condition de lecteur – particulier, noyé dans la masse – et rappeler le principe démocratique sur lequel fonctionne la presse. Je lis, j’écris, j’ai des choses à dire. A l’heure des blogs et des tchats, le courrier des lecteurs tient d’ailleurs bien la corde – que serait par exemple Télérama sans lui ? En Suisse, où l’on vote plusieurs fois par ans, il semble même avoir une particulière dignité politique.
Le 15 janvier 2010, Patrick Amey (Université de Genève (Uni-Mail) – Département de sociologie) intervenait à propos des formes de légitimation et de cadrage de l’énergie nucléaire, à travers le cas du courrier épistolaire de la presse quotidienne. Marianne Doury (LCP-CNRS)  introduisait ensuite la discussion dans notre petite salle du site Pouchet du CNRS. Merci vous deux.
Prenant appui sur une recherche empirique menée sur le Courrier des lecteurs de la presse quotidienne suisse romande, l’intervention de Patrick Amey mettait en avant quelques-unes des stratégies énonciatives utilisées par des correspondants lecteurs à la veille d’initiatives populaires visant à supprimer l’énergie nucléaire en Suisse.
Sur la base de ce courrier épistolaire, il s’agissait aussi de montrer quels sont les enjeux inhérents à un débat public, où la figure du tiers (le lectorat) et les(auto)évaluations faites des locuteurs et des acteurs investis dans le débat, peuvent expliquer les différents registres et stratégies de crédibilisation mises en place par des correspondants-lecteurs. Podcastez-vous l’intervention de Patrick Amey, c’est passionant et gratuit !
Nous avons tous apprécié apprécié l’atmosphère, la pertinence, la rétroaction d’un auditoire qui s’est approprié la discussion (téléchargeable ici). Le sujet est d’ailleurs bien actuel, à l’heure où les débats tant sur les minarets suisses que sur l’identité française mettent en scène la parole du public – semblant de démocratie participative, pauvre cache-sexe.
++++++
Quelques semaines après l’intervention de Patrick Amey, j’ai trouvé au cours de mes lectures une citation faisant écho à son intervention :
« Durant des siècles, les conditions déterminantes de la vie culturelle affrontaient un petit nombre d’écrivains à des milliers de lecteurs. La fin du siècle dernier vit se produire un changement. Avec l’extension croissante de la presse, qui ne cessait de mettre de nouveaux organes politiques, religieux, scientifiques, professionnels et locaux à la disposition des lecteurs, un nombre toujours plus grand de ceux-ci se trouvèrent engagés occasionnellement dans la vie politique et intellectuelle. Cela débuta avec les boîtes aux lettres que la presse quotidienne ouvrit à ses lecteurs – si bien que, de nos jours, il n’y a guère de travailleur européen qui ne se trouve à même de publier quelque part ses observations personnelles sur le travail sous forme de reportage ou n’importe quoi de cet ordre. La différence entre auteur et public tend ainsi à perdre son caractère fondamental. Elle n’est plus que fonctionnelle, elle peut varier d’un cas à l’autre. Le lecteur est à tout moment prêt à passer écrivain. En qualité de spécialiste qu’il a dû tant bien que mal devenir dans un processus de travail différencié à l’extrême – et le fût-il d’un infime emploi – il peut à tout moment acquérir la qualité d’auteur. Le travail lui-même prend la parole. Et sa représentation par le mot fait partie intégrante du pouvoir nécessaire à son exécution. Les compétences d’accès à la culture ne se fondent plus sur une formation spécialisée, mais sur une technique complexe et deviennent par là bien commun ».
Extrait du livre de Walter Benjamin (1892-1940), L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée (publié en 1936).

Laisser un commentaire