La banlieue comme enjeu de lutte symbolique

Julie Sedel, La banlieue comme enjeu de lutte symbolique. Contribution à l’étude des relations entre médias et champs sociaux, Le Bord de l'Eau 2009

Pour la cinquième séance de notre séminaire (et dernière de cette année universitaire) nous recevions Julie Sedel, docteure en sociologie du Centre de sociologie européenne, à propos de la thèse qu’elle a soutenue en 2007, sous le titre « La banlieue comme enjeu de lutte symbolique. Contribution à l’étude des relations entre médias et champs sociaux » (travail auquel le jury du Prix de la recherche de l’Inathèque a attribué une mention spéciale en 2008).

Julie Sedel venait plus précisément présenter les principaux résultats de son enquête, qu’elle vient récemment de publier dans une version remaniée  aux éditions INA / Bord de l’eau, sous le titre « Les médias et la banlieue », ainsi qu’une réflexion sur les problèmes que pose l’étude des relations entre univers sociaux différents, en l’occurrence les milieux populaires et les milieux plutôt dominants.
L’objectif de cette séance était de revenir sur l’impact des médias dans la construction et la mise en scène publiques des problèmes sociaux, en creusant un cas concret, celui des « banlieues »
Cet ouvrage vient d’apporter une pierre supplémentaire au petit édifice qui commence à se constituer en France autour d’une perspective de sociologie de la construction des problèmes publics, à travers une approche dédiée spécifiquement à l’étude du rôle des médias dans ce processus.
On sent en effet depuis quelques années un frémissement dans ce sens, aussi bien en provenance de la science politique, de la sociologie ou des sciences de l’information et de la communication, avec des travaux portant sur les problèmes de santé publique (sang contaminé1, amiante2), d’environnement (changements climatique3), de sécurité (sécurité routière4), la « nouvelle question sociale »5, pour ne citer que ces derniers.
Pour sa part, Julie Sedel proposait de discuter les résultats d’une longue enquête sur le terrain (menée dans deux ensembles de cités en région parisienne, à Gennevilliers et Pantin) et dans plusieurs rédactions de grands médias écrits et audiovisuels (Le Monde, Le Parisien, France 2 et France 3). Son propos est d’expliquer comment et pourquoi les journalistes construisent une image négative de la banlieue, et comment les acteurs intéressés (aussi bien les municipalités concernées et les services de communication qui en dépendent que les groupes sociaux ou associatifs sur le terrain) tentent d’y résister.
L’intérêt de ce travail est multiple :
– il interroge des processus qui commencent à être documentés sur les transformations du journalisme, pour le dire vite, mais en leur donnant corps et consistance, en observant comment ils s’appliquent concrètement à des enjeux sociaux ;
-il tisse également des liens et des ponts entre plusieurs approches disciplinaires, sociologie des médias d’un côté et « sociologie des banlieues » (qui combine plusieurs perspectives en termes de sociologie urbaine, sociologie de la jeunesse, sociologie des classes populaires, sociologie de l’immigration, etc.) de l’autre
-il a également le « bon goût » d’éviter un certain nombre d’écueils qui guettent toujours des travaux de ce type, comme le médiacentrisme ou le misérabilisme, en montrant que même les groupes sociaux considérés comme faibles (en l’occurrence les associations de quartier) sont capables d’accumuler et de recycler des ressources pour mettre en œuvre des stratégies médiatiques face aux médias dits dominants.
-plus généralement il permet de creuser la question de la circulation du répertoire de représentation des problèmes sociaux, processus fait de réinventions et d’hybridations lors du passage par l’espace public médiatique.
– ce travail est au-delà attentif à la complexité dans la construction de cette image publique des banlieues, image qui est le fruit d’une production collective complexe
La présentation est disponible en fichier audio à l’adresse :http://dl.free.fr/rtGwjShhD (cliquer, puis ouvrir avec le lecteur de votre choix).
Son intervention était discutée par Dominique Marchetti, chargé de recherche au CSE et sociologue des médias. Dominique Marchetti intervenait à titre de spécialiste de ce type de questionnement : sa thèse de sociologie portait sur la médiatisation d’un autre problème social, l’affaire du sang contaminé, et il s’est penché depuis sur d’autres problèmes, notamment l’Europe6 et plus récemment la sécurité routière7.
Photo de couverture : © David Kneafsey – Fotolia.com
1 Dominique Marchetti, Contribution à une sociologie des transformations du champ journalistique dans les années 80 et 90. A propos d’ « événements sida » et du « scandale du sang contaminé, thèse de sociologie, EHESS, 1997
2 Emmanuel Henry, Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007
3 Jean-Baptiste Comby, Créer un climat favorable. Les enjeux liés aux changements climatiques : valorisation publique, médiatisation et appropriation au quotidien, thèse en sciences de l’information et de la communication, Paris II, 2008
4 Mathieu Grossetête, La sécurité routière au radar des inégalités sociales. Codage et décodages d’un problème public, thèse de science politique, IEP de Toulouse, 2008.
5 Guillaume Garcia, Les causes des « sans » à l’épreuve de la médiatisation. La construction médiatique des mobilisations sociales émergentes : enjeux et perspectives, thèse de science politique, Paris IX-Dauphine, 2005.
6 Dominique Marchetti (dir.), En quête d’Europe. Médias européens et médiatisation de l’Europe, Rennes, PUR, 2004.
7 Dominique Marchetti (dir.), Communication et médiatisation de l’État. La politique invisible, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble,  coll. « Communication, Médias et Sociétés », 2008

Laisser un commentaire