Concentration de la presse, pluralisme de l’information

"Menaces sur le pluralisme de l'information", photo tirée du blog La Lettre de Jaurès
Pour cette séance du vendredi 29 mai 2009, nous recevions Franck Rebillard, maître de conférences à l’Institut de la communication – Université Lyon 2, et membre du laboratoire Elico (Equipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication), pour parler entre autres choses des résultats de l’étude qu’il conduit sur les Mutations de la filière «Presse et information» (MSH Paris-Nord / Ministère de la Culture et de la Communication). Franck Rebillard étudie les modalités socio-économiques des publications de l’information journalistique, dans la presse magazine et sur le web. Il contribue au Réseau d’Etudes sur le Journalisme ainsi qu’au groupe de recherche « Acteurs et production numérique éditoriale ».
Son intervention s’est centrée sur le pluralisme de l’information, en confrontant les analyses de l’économie industrielle et celles de la socio-économie critique. Il s’agissait d’une part de s’intéresser aux conditions économiques du travail journalistique, puisque le journalisme suit depuis sa naissance les évolutions du capitalisme. D’autre part, d’opérer à partir des outils de la socio-économie critique, qui apporte un autre son de cloche que le discours économique sur la presse habituellement tenu par les théoriciens du « choix rationnel ».
On le sait, le discours économique classique repose sur des postulats qu’il présente comme allant de soi : offre et demande posées de façon indépendante, individu rationnel connaissant son intérêt et sachant faire le choix qui y correspond, règne inconditionnel des prix… Or dans les faits l’offre, la demande, le marché, et même l’acheteur et le vendeur, sont le produit d’une construction sociale, de sorte qu’on ne peut décrire adéquatement les processus dits « économiques » sans faire appel à la sociologie. On pense aux structures sociales de l’économie, un des derniers livres de Pierre Bourdieu, qui avait pour objet de comprendre que sociologie et économie constituent en fait une seule et même discipline ayant pour objet l’analyse de faits sociaux, dont les transactions économiques ne sont après tout qu’un aspect.
La présentation de Franck Rebillard s’est adossée à une enquête, le fruit d’un travail co-réalisé avec  Bertrand CABEDOCHE, Béatrice DAMIAN et Nikos SMYRNAIOS. Avec un constat de départ : la presse écrite a connu, depuis le début des années 2000, des mutations importantes, dont on peut se demander si elles sont de nature à peser sur la diversité culturelle, ou plus exactement sur le pluralisme de l’information.
Ici, le blog innove, et vous propose d’écouter la présentation telle qu’elle a effectivement eu lieu : présentation et discussion ont été intégralement enregistrés.
Dans la première partie de l’exposé, Franck Rebillard fait un rappel historique du « renversement de doctrine » dans la manière dont les pouvoirs publics français conçoivent le maintien du pluralisme de la presse. Les ordonnances de 1944 posent pour principe qu’une presse pluraliste est incompatible avec un petit nombre de groupes de presse concentrant la plupart des publications. Sur cette question, les rapports publics qui se succèdent ces dernières années (Rapport Lancelot, Rapport Tessier) formulent des positions nettement plus nuancées. La seconde partie de l’exposé est consacré à présenter, via des éléments d’une enquête réalisée auprès de responsables gestionnaires de grands groupes de presse, les effets « en acte » de cette concentration en cours dans la presse française.

Laisser un commentaire